Slackware Linux : 21 ans déjà, et toujours en vie.

Dans le monde darwinien des distributions GNU/Linux, seules quelques vénérables distributions dépassent les 10 ans, voire les 15. On peut citer Debian GNU/Linux, Red Hat, Archlinux, Gentoo Linux, ou encore la Slackware Linux. Elle est à peu de chose près la distribution la plus vieille encore en vie.

Sa première version a été annoncée le 17 juillet 1993, et tenait à l’époque sur… 24 disquettes environ. Avec un noyau linux 0.99pl11, gcc 2.4.5, XFree 86 en version 1.3… Toute une époque 🙂

J’ai voulu voir où en était la future Slackware 14.2 (ou 15.0), 8 mois après la sortie de sa version 14.1. J’ai donc récupéré via Bittorrent l’ISO de la version 64 bits.

[fred@fredo-arch ISO à tester]$ qemu-img create -f qed disk-slack.img 128G
Formatting 'disk-slack.img', fmt=qed size=137438953472 cluster_size=65536
[fred@fredo-arch ISO à tester]$ kvm64 -hda disk-slack.img -cdrom slackware64-14.1-install-dvd.iso -boot order=cd &

Pour les détails techniques de l’installation, je vous renvoie à l’article que je consacrais à la Slackware 14.1 beta en septembre 2013. Seule différence cette fois, j’utilise Xfce en place de KDE SC.

La première chose faite a été de vérifier que la locale est bien « fr_FR.UTF8 » dans /etc/profile.d/lang.sh et ensuite je me suis occupé du fichier /etc/slackpkg.conf en décommentant un des miroirs francophones proposant la version current.

Une fois tout cela terminé, j’ai lancé le quatuor infernal.

slackpkg update
slackpkg install-new
slackpkg upgrade-all
slackpkg clean-system

Après avoir créé un compte utilisateur, j’ai récupéré les paquets nécessaires à l’installation de LibreOffice en français et de Flash. AlienBob propose des paquets pour LibreOffice et Adobe Flash sur ses dépots, pour les versions actuellement supportées de la slackware, aussi bien en 32 qu’en 64 bits.

Pour finir, j’ai configuré le démarrage en mode graphique en modifiant le fichier /etc/inittab pour lui faire comprendre que je démarre en init 4, et non en init 3.

Pour compléter, j’ai fait une petite vidéo de la Slackware Current. Désolé pour le côté « caverneux » du son, cela est dû au fait que le matériel que j’utilise est un peu vieux. Surtout qu’il y a eu un problème technique qui m’a coupé le son au bout de 30 secondes 🙁

Bien qu’ayant dû passer par les dépots d’AlienBob, j’avoue que j’ai été agréablement surpris. Bien sûr, la gestion des dépendances est inexistante, l’évolution lente, mais malgré tout, les logiciels sont relativement frais.

Voir que la première distribution que j’ai jamais installée en dur arriver à l’âge de 21 ans, ça me fait tout drôle. Après tout, Ubuntu fêtera ses 10 ans en octobre prochain. Mais combien de disributions sont mortes entre temps ?

Des centaines, sans aucun doute. Même le détesté mais utile Distrowatch ressence depuis 2002 la mort de 433 distributions. Sans oublier celle qui sont restées sur la liste d’attente. Donc, 500 ? 550 ? Le saura-t-on jamais ? Quoiqu’il en soit, encore une fois, bon anniversaire Slackware Linux !

6 réflexions sur « Slackware Linux : 21 ans déjà, et toujours en vie. »

      1. Clair et c’est en prime un des premiers bon système économique dans le libre, pour ce type de projets. En gros si je me souviens bien les gens contribuent et le dev oriente la distribution comme ils le souhaitent.

  1. Dans tes précédentes vidéos le son n’était pas vraiment mauvais tu as ressorti du vieux matériel de la cave ? 😀
    Tu n’as jamais eu l’idée de tester à l’heure actuelle la version comme la « Slackaware avec un noyau linux 0.99pl11, gcc 2.4.5, XFree 86 en version 1.3 » pour faire la comparaison ?
    A pluche.

Les commentaires sont fermés.