Un petit jeudi culturel, oui un en seul mot, ça vous tente ? :)

La dernière fois que j’ai fait un billet culturel assez long, cela remonte au mois de mars dernier.

Ayant été occupé par la publication de mon premier roman entre temps (au format papier et électronique), j’avais fait une pause dans les longs billets culturels. Compensons cela avec un livre, un film et deux albums.

Le livre en question, c’est « Kitchen » de Banana Yoshimoto, nom d’écriture de l’auteure japonaise Mahoko Yoshimoto. J’aime bien de temps en temps me plonger dans la littérature nippone, surtout avec des auteures comme Yoko Ogawa ou encore le célèbre Haruki Murakami, 1Q84 étant un bijou que je vous conseille chaudement, et dont j’ai parlé en mai 2012.

« Kitchen » est un recueil de deux nouvelles sorties en 1987. Dans la nouvelle principale, l’auteure nous raconte les aventures de Mikage Sakurai, agée d’une vingtaine d’années qui vient de perdre sa grand-mère, seule famille qui lui restait et qui se réfugie dans la cuisine de son appartement pour se couper du monde. Un jour, une connaissance, Yûichi Tanabe l’invite à venir vivre avec lui et sa mère, Eriko.

Couverture de Kitchen

C’est un roman très spécial, et même si je l’ai presque fini (il doit me rester une vingtaine de pages à lire), c’est un texte intrigant, qui nous fait réfléchir sur comment supporter la perte d’êtres proches.

Continuons avec une énorme déception cinématographique, qui nous vient aussi du pays du Soleil Levant, je veux parler de l’adaption de Space Pirate Captain Harlock en images de synthèse.

Affiche de Space Pirate Captain Harlock - 2013

Si vous avez aimé les versions dites « 78 » et « 84 » de la série animée, fuyez cette adaption. Le scénario est un lointain dérivé de l’histoire d' »Albator 84″. On reprend certains éléments, mais mis à part les personnages et le vaisseau mythique, c’est tout.

On sent que le scénario est poussif, parfois tiré par la perruque. Les personnages ont une apparence trop parfaite, sans aucun défaut. La fumée qui suit l’Arcadia (nom de l’Atlantis en version originale) donne l’impression que c’est une locomotive à vapeur poussive.

Les graphismes masquent un scénario complètement insipide. Déception énorme. Demandez à ce qu’on vous le prête comme je l’ai fait pour éviter de vous en mordre les doigts. Dommage pour cette série mythique des années 1970-1980.

Parlons maintenant musique. Deux albums complètement différents. Le premier, c’est un album de musique médiéval à laquelle je m’intéresse depuis que j’ai été initié à la musique renaissance teintée de folk et de rock du duo Blackmore’s Night.

J’ai reçu récemment le premier album d’une troupe « Les Dragons du Cormyr ». L’album enregistré en 2009, « Ex Nihilo », qu’on peut écouter sur la page d’accueil de la troupe. Outre des créations de la troupe, elle reprend des airs traditionnels irlandais avec « Dans An Dro », bretons avec « Ar C’hazig Yaouank » et séfarade « La Rosa enflorence ».

Si vous ne connaissez pas les compositions inspirées de l’époque médiévale, c’est une bonne occasion de découvrir des mélodies qui ne ressemblent en rien à la production actuelle qui pollue les ondes radios et la télévision. L’album est achetable sur la boutique de l’Echoppe Médiévale.

Pour finir, une production plus récente. C’est hier soir que j’ai appris la sortie du nouvel album du duo allemand « Botany Bay ».

Ce duo qui change régulièrement de voix féminine (des choses qui arrive) vient de proposer son nouvel album « In Between Years », 3 ans après leur précédent EP « No Excuse » et près de 7 ans après son premier album « Grounded ».

L’album est un mélange de mélodies inspirées par le trip-hop, la pop, des morceaux entièrement instrumentaux comme « A Question », mais aussi des balades tout ce qu’il y a de plus classique comme le titre « Gegen die Zeit » où la voix de Stefanie Mühr donne toute sa puissance.

C’est un album sous licence CC-BY-NC-SA au prix libre à partir de… 0€.

Bonne écoute et bon jeudi de l’Ascension 2014 ! 🙂

5 réflexions sur « Un petit jeudi culturel, oui un en seul mot, ça vous tente ? :) »

  1. Je vous trouve un peu injuste avec Albator. Votre commentaire n’est pas totalement faux mais je pense que l’on fait ici face à une mauvaise traduction des dialogues en version française. Les traducteurs, comme c’est souvent le cas pour les productions asiatiques, n’ont fait que du mot à mot. Or, en Occident nous n’avons pas le même héritage culturel que celui de l’Asie et notamment en ce qui concerne l’héroïsme, d’où cette impression de lourdeur. que l’on retrouve également dans les Bioman et consorts.

    1. Il n’y a pas que cela. Le scénario est aussi tiré par la perruque, pour ne pas dire complètement incohérent par moment.

      Même Albator 84 qui est « moins » aimé à un scénario plus solide. On a l’impression que le scénariste ne savait plus quoi inventer pour se sortir du labyrinthe dans lequel il s’était mis. Nulle définition culturelle ici 😉

  2. Les Dragons du Cormyr, je trouve sympa, pour Albator je passe mon tour car je n’ai jamais vraiment accroché avec les dessins d’animation Asiatique.
    A pluche.

  3. Bonjour,

    Concernant Capitain Harlock, je partage entièrement le point de vue de Frédéric et quelle deception.
    C’est lent, incohérent, le dialogue semble avoir été rédigé par un enfant de 4 ans ( VOST pour ma part), même si les dessins sont assez bon .
    Pour un amoureux de Manga animé (au sens large du terme) , c’est une honte. J’en profite pour conseiller Berserk qui est d’un tout autre niveau et surtout ma série culte Full metal Alchemist qui est juste « cultissime ».

    Cordialement,

Les commentaires sont fermés.