EvolveOS, le retour de SolusOS en plus viable ?

Ah, SolusOS. Distribution GNU/Linux qui devait révolutionner son petit monde, dont la version 2 qui devait utiliser le code de Gnome 3.4 pour proposer un environnement spécifique, ConsortOS, qui se révéla être un sacré flop. Au point que la fin du projet fut explosive.

Donc, le développeur derriere SolusOS a décidé de remettre un projet sur la table, EvolveOS. Cependant, cette fois, le projet est plus modeste. En effet, l’environnement de bureau d’EvolveOS, Budgie Desktop utilise les technologies d’affichage de Gnome 3.

Comme un certain Cinnamon, sauf qu’il ne forke pas le code du moteur d’affichage, mutter. D’ailleurs, c’est précisé en toute lettre dans les orientations du projet : pas de fork.

Avoid forks. Forking is part of the beauty of free software, however it should always be considered as the very last possibility. An example of this is our desktop environment, which is both a dependent technology and avoids the need for a fork, by leveraging the GNOME 3 stack.

Ce qu’on peut traduire par :

Éviter les forks. Forker le code fait partie de la beauté du logiciel libre, mais cela doit toujours être considéré comme la dernière possibilité. Un exemple est notre environnement de bureau, qui est à la fois une technologie dépendante et évacuant la nécessité d’un fork, en tirant parti des technologies de GNOME 3.

La version 2 de son environnement étant sortie le 12 mars dernier, c’est grace à un article partagé par Devil505 que j’ai pris connaissance de son existence. Et si on en croit l’annonce, il est fort possible qu’EvolveOS utilise une base OpenSuSE… En effet,les paquets précompilés n’étant disponibles que pour Fedora et OpenSuSE.

J’ai voulu voir ce projet qui est basé tout comme Cinnamon sur les technologies de Gnome 3. J’ai donc installé une Archlinux avec Gnome 3, et j’ai récupéré le paquet budgie-desktop-git sur AUR.

En n’oubliant pas que c’est encore un environnement en plein développement, avec les limitations que cela implique. De plus, c’est une version plus récente que la 2.0 de l’annonce du site. Donc, potentiellement améliorée 🙂

L’ensemble est très rapide à compiler, c’est pour cela que je l’ai inclus dans la vidéo ci-dessous. Il suffit d’utiliser yaourt et d’utiliser les commandes suivantes :

yaourt -G budgie-desktop-git
cd budgie-desktop-git
makepkg -s
yaourt -U budgie-desktop-git-2.242.ba79d62-1-x86_64.pkg.tar.xz

Une fois le paquet compilé et installé, j’ai fermé la session gnome et ouvert la session Budgie Desktop. Mais vous verrez tout cela et plus dans la vidéo.

Comme vous avez pu le constater, le démarrage est très long, l’interface fait furieusement penser à certaines captures d’écran de ChromeOS. Pour info, il est possible de récupérer des ISOs de la version ChromiumOS (libre) chez ArnoldTheBat et vous pourrez voir !)

En tout cas, on reprend l’ergonomie des projets à la MS-Windows avec une interface générale qui fait penser à celle qui a été le standard entre 1995 et 2011.

Parmis les bons points ? Franchement plus rapide que Cinnamon une fois lancé. Mais il est assez lent à se lancer, la faute à VirtualBox ?

L’ensemble est assez intuitif, mais il n’apporte rien de révolutionnaire, c’est juste une réinvention de la roue. Dommage que le clic droit ne semble pas fonctionner, et que la zone de notification en bas à droite semble un brin figée.

Cinnamon n’a pas beaucoup de cheveux blancs à se faire pour le moment. Restera à voir quand EvolveOS sortira une première version indépendante, avec une version moins spartiate de cet énième clone visuel de l’interface qui a été celle de Microsoft Windows 95 à Windows 7 inclus.

4 réflexions sur « EvolveOS, le retour de SolusOS en plus viable ? »

  1. Sert a rien ce bureau , s’il ne vient pas avec ses propres applications …. d’autant qu’il a l’air un peu mou du genou !!

Les commentaires sont fermés.