Archlinux et Unity : où en est-on ? Le retour ;)

La dernière fois que je parlais du port de l’environnement développé par Canonical pour sa distribution Ubuntu, c’était en février 2013.

J’ai donc voulu voir les progrès effectué par le port qui est essentiellement le travail de Xiao-Long Chen.

Apparemment, seul le port pour Archlinux est maintenu. Le port entamé pour Fedora Linux semble être un brin mort. La dernière modification remontant au… 4 mai 2013 ! Des infos sur ce port pour Fedora Linux ?

Je concluais le précédent article ainsi :

Que dire pour conclure ce rapide article : que l’environnement est vraiment très avancé dans l’utilisation qu’on peut en faire quotidiennement. Mis à part Mozilla Firefox qui m’a fait un gros caca nerveux, et modulo les lenteurs liés à la carte graphique peu véloce, Unity sur Archlinux est très proche d’être utilisable sans soucis.

Je suis donc parti d’une Archlinux avec Gnome, LibreOffice, Mozilla Firefox, Mozilla Thunderbird. Ensuite, j’ai simplement suivi le wiki proposé par Archlinux.

En clair ? J’ai commencé par ajouter les dépots suivants à mon /etc/pacman.conf


[Unity-for-Arch]
SigLevel = Optional TrustAll
Server = http://dl.dropbox.com/u/486665/Repos/Unity-for-Arch/$arch


[Unity-for-Arch-Extra]
SigLevel = Optional TrustAll
Server = http://dl.dropbox.com/u/486665/Repos/Unity-for-Arch-Extra/$arch

Ensuite, j’ai rentré les lignes de commandes magiques pour installer unity et ses extras.


yaourt -Syu
yaourt -S $(pacman -Slq unity)
yaourt -S unity-extra

A noter que le nombre de paquets à installer est très faible… A peine 650 Mo pour la base et une centaine de paquets 🙂

Quant aux extras, il rajoute encore 150 Mo et une cinquantaine de paquets, dont LightDM, le gestionnaire de sessions de Canonical.

Bon point pour la vie privée, les options « sulfureuses » d’Unity concernant la recherche en ligne sont par défaut désactivées. J’ai donc voulu voir à quoi ressemblait le port d’Unity, en sachant qu’il sera incomplet par rapport à la version proposée par Canonical. La bande son ? « Dead Frequencies » de Marker Beacons. http://altermusique.org/Marker-Beacon/Dead-Frequencies/

La port est très instable sous VirtualBox. Unity plante avec une régularité de coucou suisse. Est-ce du à l’utilisation d’une base Gnome 3.10 au lieu de la version 3.8 utilisé par Unity sous Ubuntu 13.10 ?

En tout cas, je n’ai pas autant de plantage avec une machine virtuelle Ubuntu et donc le Unity officiel à l’intérieur. De plus, l’ensemble est en franglais. Ce qui n’est pas très agréable à l’utilisation 🙁

Autant dire que le constat positif que j’avais dressé il y a plus d’un an n’est plus franchement à l’ordre du jour, et la conclusion sera simple : « Si vous voulez utiliser Unity, ne vous prenez pas la tête. Utilisez Ubuntu ! »

6 réflexions sur « Archlinux et Unity : où en est-on ? Le retour ;) »

  1. C’est vrai qu’Unity manque de portage, mais d’un autre côté les distros qui utilisent Gnome utilisent plutôt la dernière version et Ubuntu personnalise ou réadapte beaucoup les applis Gnome à sa façon. Du coup ça crée un mélange bancal.
    Mais sans vouloir jouer aux fanboys, Unity est plus utilisable que ce que d’aucuns laisseraient croire. Aujourd’hui c’est un environnement mature et la 14.04 à venir d’Ubuntu devrait en faire un très bon cru d’après moi!

    1. Il est vrai qu’unity s’est amélioré au fil des versions. Mais j’avoue que la tournure qu’il prend me fait dire qu’il sera bientôt orienté en priorité pour le projet touch. Et qu’une version bureau sera maintenue, faute de ne pas pouvoir la laisser tomber.

      Dommage cependant que Compiz soit encore utilisé… Car c’est une horreur à l’utilisation 🙁

      1. Je pense mais ce n’est pas un scoop, que le port est rendu volontairement difficile. Utiliser Unity en dehors d’Ubuntu ne doit pas être au goût de Canonical 🙂

        Je ne veux pas râler pour râler mais à chaque nouvelle version d’Ubuntu je le teste histoire de voir et c’est le seul environnement de bureau que je n’ai jamais pu utiliser plus de 10 minutes 🙂

        Bref, je ne suis pas prêt de quitter Gnome pour un machin pareil, mais ton billet tombe. La seule tentative de portage dont j’avais connaissance était celle de Fedora en effet et je me demandais pas plus tard qu’hier où ça en était. Tu m’as répondu 🙂

        1. Je penserai la même chose que toi quand le portage de Unity 8, basé sur Qt et pas sur un gnome patché dans tous les sens, sera impossible sur une autre distribution. On a encore un an à attendre.

Les commentaires sont fermés.