La convergence des écrans, nouvelle « marotte » de l’informatique ?

J’aurais bien employé le terme de mode à la place de celui de marotte. Depuis plusieurs années, après avoir voulu appliqué le principe généreux du « écrire une fois du code, pouvoir le lancer partout », on est passé à la volonté, tout aussi généreuse de vouloir faire du code et des interfaces utilisateurs qui soient utilisables sur les principaux écrans de la vie quotidienne.

En clair, vouloir proposer une interface identique pour les téléphones intelligents, les tablettes tactiles, les ordinateurs classiques, et pour les téléviseurs connectés. Une interface commune pour des écrans allant de 4 à 60 pouces, soit de 10,24 cm à 153,6 cm de diagonale.

Il y a trois acteurs principaux dans ce domaine. Un ancien, Apple, qui depuis la sortie de son iPhone premier du nom en 2007 propose un iOS qui fonctionne aussi bien sur téléphone que sur sa tablette iPad, mais pas sur ordinateur (quoique MacOS-X se « iOS »ise de plus en plus).

Un plus jeune, Microsoft. En 2012, il sort MS-Windows 8 et son interface « Modern UI » qui est clairement pensée pour les tablettes tactiles. Continuation de l’ergonomie introduite avec son OS pour téléphone Windows Phone. D’ailleurs sa tablette tactile maison, avec un clavier qui fait penser à celui du zx80 de Sinclair, n’est pas ce qu’on peut appeler un franc succès.

Vu la réaction à la sortie de l’interface ModernUI, on peut se dire qu’il reste du pain sur la planche.

Et pour finir, Canonical, célèbre promoteur et développeur de la distribution GNU/Linux Ubuntu, qui est devenu synonyme de Linux pour le grand public. Depuis l’arrivée controversée de l’interface Unity, début 2011, sa volonté de faire fonctionner l’interface Unity sur support tactile (téléphone intelligent et tablette avec l’OS Ubuntu Touch) aussi bien que sur ordinateur classique est claire.

Le développement de technologie comme Mir pour remplacer Xorg va clairement dans le sens d’unifier au maximum le code. Et donc atteindre le Graal actuel, la convergence.

Cependant, pour le moment, les efforts des trois principaux acteurs semblent ne pas franchement être couronné de succès. Je me trompe sûrement, mais je ne vois pas l’intérêt d’avoir une interface unique sur des appareils aussi différents et complémentaires en utilisation qu’un téléphone, une tablette tactile, un ordinateur et un téléviseur.

Je sais qu’il existe les tablettes qui font téléphone, mais c’est encombrant à ranger. On peut téléphoner avec un ordinateur, mais cela nécessite l’utilisation d’un outil tiers à la Skype.

J’avoue que je reste quand même dubitatif sur cette convergence et cette interface unique passe partout. Seul l’avenir nous dira si la convergence restera un beau principe ou sera une réalité.

9 réflexions au sujet de « La convergence des écrans, nouvelle « marotte » de l’informatique ? »

  1. Faut voir ce que tu entends par « convergence ».
    Si c’est « copie visuelle parfaite », seul MS a tenté avec Windows… et c’est un poil raté.
    Ubu essaye, c’est trop tôt pour dire le succès.
    Google essaye de faire ça à sa sauce : interface via Chrome(books), etc. mais Android est « neutre » en terme d’interface donc dur d’intégrer ça. Google joue sur la convergence des services plutôt que celle du visuel UI.
    Idem pour Apple.
    Quoique chez Apple, le flat design est partout (desktop/mobile), non ?

    Le souci quand tu veux faire converger des interfaces, c’est que l’utilisation des appareils (desktop/mobile) n’est pas la même donc dur de proposer… la même interface.
    Pour faire simple : imagine ton Wiko (je crois que tu as le Go Launcher) sur un ordinateur de bureau…

    Autre exemple : essaye dans une VM une ISO d’Android x86, ça marche mais… ce n’est pas ergonomique.

    1. Faut voir ce que tu entends par « convergence ».
      Si c’est « copie visuelle parfaite », seul MS a tenté avec Windows… et c’est un poil raté.
      Ubu essaye, c’est trop tôt pour dire le succès.

      Surtout que la convergence n’aura lieu que dans le cycle qui mènera à la 16.04 LTS.

      Google essaye de faire ça à sa sauce : interface via Chrome(books), etc. mais Android est « neutre » en terme d’interface donc dur d’intégrer ça. Google joue sur la convergence des services plutôt que celle du visuel UI.

      Ce qui est une approche plus intelligente et surtout moins casse-gueule.

      Le souci quand tu veux faire converger des interfaces, c’est que l’utilisation des appareils (desktop/mobile) n’est pas la même donc dur de proposer… la même interface.
      Pour faire simple : imagine ton Wiko (je crois que tu as le Go Launcher) sur un ordinateur de bureau…

      Justement, c’est ici le noeud du problème.

      Autre exemple : essaye dans une VM une ISO d’Android x86, ça marche mais… ce n’est pas ergonomique.

      Pas vraiment, non :D

  2. Yep, mais il va peut-être falloir redéfinir l’ergonomie en informatique, parce amha, supprimer l’outil entre la main et le support, c’est plutôt une régression, même/voire surtout si c’est fait au nom du user/friendly (à définir aussi, tiens…). Et quand je vois le nombre de claviers/béquilles/docks pour « tactilodromes » qui sortent, je me dis que les smartphones (et leur créateurs surtout) ont foutu un joyeux foutoir…

  3. À ce que j’ai compris, Ubuntu essaie de faire en sorte que l’interface s’adapte et change d’elle-même à la taille de l’écran. Je ne sais pas encore ce que ça donne, mais ça me paraît assez bien si on peut avoir une vraie interface desktop avec un téléphone branché en HDMI ou une tablette branchée avec souris et clavier.

  4. KDE semble prendre la bonme voie avec une interface qui pourra s’adapter à chaud (quand on branche ou débranche un clavier par exemple).

    Même Android dispose d’une interface bien différente entre téléphone et ardoise. Mais Unity, GNOME-Shell, Windows 8 tombent tous dans le même piège: mélanger tactile et souris/clavier.

    1. Je comprends convergence comme le même code dessous mais une interface graphique différente en fonction de la taille de l’écran ou de l’utilisation donc pour moi c’est plasma-desktop, plasma-netbook, plasma-active et plasma-media-center.

      1. Tout à fait d’accord avec toi. Comme autre exemple, je citerai XBMC dont on peut modifier l’apparence, en fonction du périphérique que l’on utilise : PC, télévision, tablette tactile, ou smartphone. Le thème standard « Confluence » convient bien à des moyens d’entrée de type clavier/souris, en revanche avec une interface tactile de type clavier/touchpad, il est plus confortable d’utiliser le thème « re-touch ».

  5. @sinma
    Toutafè, voire +
    Surtout que cela devient un poil compliqué à suivre l’histoire, à tous les niveaux, arm vs i686/x64 hybride/ou pas avec un nuage de cloud (pléonasme) & que déjà, tu n’est + admin « out of the box » avec un chromebook & que sans vouloir ratiociner (mais un peu quand même), les smartphones ont foutu le dawa…
    Misère

Les commentaires sont fermés.