Manjaro Linux réussit-elle où la Linux Mint Debian Edition s’est « plantée » ?

Derrière ce titre un brin provocateur, se cache une question de base : peut-on faire une distribution GNU/Linux rolling release rationalisée, à destination des utilisateurs ne voulant pas se prendre la tête, sans se planter dans les grandes largeurs ?

La réponse est non, si on regarde la destinée de la Linux Mint Debian Edition. La première fois que j’ai parlé de la distribution, c’était en août 2011, avec la sortie de la LMDE 2011.08RC. Les notes de publication précisaient à l’époque :

Linux Mint Debian Edition (LMDE) is a rolling distribution based on Debian Testing.

Ce qu’on peut traduire par :

Linux Mint Debian Edition (LMDE) est une distribution à publication en flux continu basée sur Debian Testing.

9 mois plus tard, en avril 2012, le discours avait bien changé. On pouvait lire dans les notes de publication :

Linux Mint Debian Edition (LMDE) is a semi-rolling distribution based on Debian Testing.

Ce qu’on peut traduire par :

Linux Mint Debian Edition (LMDE) est une distribution à publication en flux semi-continu basée sur Debian Testing

Ce qui m’avait fait dire lors du bilan de l’année 2012 :

Commençons par l’occasion manquée de l’année sur le bureau Linux, j’ai nommé la LinuxMint. Elle avait tout cette année pour prendre son envol, en proposant une vraie distribution à publication en flux continu avec son interface Cinnamon par dessus. La LinuxMint Debian Edition est un fiasco, avec des « services pack » réguliers qui est tout sauf de la publication en flux continu.

Je pourrais réécrire la même chose. J’ai eu l’occasion d’installer une LMDE 2013.03 basée sur Mate Desktop.

Apparemment, l’ISO de la Linux Mint Debian Edition n’a pas été régénérée pour faire prendre en compte le septième Update Pack. Outre les montées en version de logiciels, la plus grosse modification a été l’arrivée du noyau linux LTS 3.10. Ce qui entraine la récupération de 1133 paquets pour un total de 713 Mo.

Mais si on regarde l’exemple de Manjaro Linux, qui reprend le principe de la LMDE mais en utilisant une base Archlinux, on serait tenté de répondre que oui, on peut faire une distribution conviviale en flux continu et le tout rationnalisé par un tampon hebdomadaire voire plus court.

La base Archlinux pourrait faire peur et être synonyme pour certaines personnes de l’hérésie qu’est la ligne de commande.

Qui dit convivial dit installateur simple d’accès et qui fait bien son travail. Thus, introduit avec la Manjaro Linux 0.8.8 prend en charge cette partie sensible Le support en mode graphique utilisateur (et donc convivial) est annoncé pour la version de Thus pour la Manjaro Linux 0.8.9 des technologies comme l’UEFI, LUKS et LVM. Version qui sortira au début du printemps 2014.

Thus est très simple d’accès, il reprend l’ergonomie générale de l’installateur de la LMDE. Donc, difficile de faire plus simple. Voici les principales étapes de Thus.

Il y a aussi des outils graphiques pour gérer les paquets, comme Pamac ou Octopi. Même si les deux sont encore en cours de développements intense, ils n’en restent pas moins utilisable.

Cerise sur le gateau, on peut récupérer les packs de mises à jour hebdomadaire, le deuxième pack pour Manjaro Linux 0.8.8 étant le dernier en date, sans passer par la ligne de commande.

Pamac est encore rustique, mais il fait son travail, et oui, en mode graphique ! Donc convivial, non ? 🙂

Vous me direz : Archlinux, c’est pas vraiment une distribution qui est connue pour avoir des vieux logiciels comme un noyau linux LTS. C’est faux. Par défaut, la Manjaro Linux propose un noyau linux LTS assez récent. Au moment où je rédige cet article, c’est le 3.10.22.

Le seul point difficile, c’est la gestion des paquets linguistiques complémentaires. Mais cela se résout par l’utilisation de l’outil Manjaro Gestionnaire de paramètres. Et même s’il reste quelques minuscules bugs, que l’on peut mettre sur le dos d’une version non encore finalisé de la distribution, ça reste très acceptable. Surtout en comparaison de certains autres projets où rajouter les paquets de traduction et les faire prendre en compte est une vraie galère 🙁

La réussite actuelle de la Manjaro Linux peut-elle s’expliquer par le fait qu’elle peut s’occuper à plein temps d’adapter les paquets d’Archlinux, et ne pas avoir à gérer une deuxième distribution en parallèle comme c’est le cas pour la LMDE ?

La LMDE, est-elle cinquième roue du carosse pour l’équipe de LinuxMint ?

Evidemment, il restera à voir comme l’équipe de la Manjaro Linux va gérer l’année qui vient. Si elle la gère comme 2013, il y a fort à parier que Manjaro Linux va se faire une jolie place au soleil.

Au détriment de ce qui aurait pu être une vraie révolution et une bouffée d’air frais dans le petit monde des distributions GNU/Linux, la LMDE qui s’est révelée être au final un pétard mouillé.

18 réflexions sur « Manjaro Linux réussit-elle où la Linux Mint Debian Edition s’est « plantée » ? »

    1. salut Fred,

      Moi je suis utilisateur de Manjaro depuis le début et je trouve que la version XFCE fonctionne pas super bien.
      thunar n’est pas au mieux de sa forme et Firefox se ferme sans raison lors du surf entre autre.
      Effectivement c’est une distrib super en version openbox suaf thunar qu’il faut remplacer par pcmanfm selon moi.
      apres j’ai parcourru l’avis de Cyrille sur la question et je suis d’accord avec lui concernant les vrais débutant sous linux. Sinon pour le reste je m’en sert au bureau et quand j’éteins mon pc j’attend que 4secondes comparer à mes collègues windowsiens par exemple.
      Je regrette juste de ne pas avoir du temps pour m’impliquer dans le projet manjaro.

      Longue vie à Manjaro

  1. Du coup, plus du tout besoin de ligne de commande pour installer Manjaro de A à Z ?
    Et installer Flash ou d’autres trucs du genre, Pacman en graphique marche ?

    Bonux : y’a un wiki équivalent au vieux mais incontournable wiki de Ubu-Fr ?

    1. Si tu veux installer une manjaro depuis la net-edition (pour un environnement tiers, comme Gnome ou KDE), tu peux.

      Sinon, tu as Pamac / Octopi pour les mises à jour et les installations graphiques. Et tu as steam préinstallé si tu en as besoin.

      Incontournable le wiki d’ubuntu-fr ? Compare-le au wiki anglophone d’archlinux…

  2. Oui mais l’anglais, pas trop mon truc car c’est du technique donc grande méfiance. C’est aussi le wiki C’est aussi le wiki Ubuntu qui me fait rester sous Mint car elles sont compatibles. Je ne parle pas de LMDE que j’ai abandonné pour les raisons que tu mentionnes.
    Ils auraient pu régénéré des isos avec les gargantuesques mises à jour. Tout le monde n’est pas en haut voire très haut débit.
    Le forum Manjaro-fr est très bien géré (modos nickel) et bien féquenté. Ils ont même pensé à une section spéciale pour moi : le coin débutant 😉

  3. Salut Fred,

    Très intéressant ton article, pour ma part, mon ordinateur à l’efi et toutes mes installations de manjaro ont plantés là où Fedora à réussi…

  4. Moi c’est le contraire, manjaro a réussi là où fedora 19 m’a planté, biensûr en passant en mode texte. Opensuse 13.1 gère bien l’uefi. je tenterai avec fedora 20 pour me fixer. Sinon Manjaro semble vraiment sur la voie de la réussite par rapport à LMDE. Mais la comparer à ce stade à certaines distros ausi implantées que ubuntu et son wiki ou autre attendons de passer 2014 🙂 et puis les bugs, c’est normal à ce stade de sa jeunesse, attendons qu’elle gagne en expérience pour autant que cela ne rende pas l’OS inutilisable.

Les commentaires sont fermés.