OpenMandriva Lx 2013.0 : La version communautaire « non-officielle  » de la Rosa Linux ? Ou sa « Mageia 1  » ?

Rosa Linux, c’est un peu la suite « officielle » de Mandriva Linux. Ou du moins, un fork basé sur le code de la Mandriva Linux 2011. D’ailleurs, c’est Mandriva Linux qui l’avoue :

Pour les postes de travail, choisissez la future OpenMandriva Linux, la distribution communautaire qui a repris le développement des distributions historiques de Mandriva. OpenMandriva est un projet indépendant, fondé en France, et qui a pris comme base la distribution russe ROSA, elle-même issue de Mandriva Linux. Le résultat est une infrastructure entièrement indépendante de fournisseurs américains et que ne laisse personne collecter vos données.

J’ai voulu voir comment se situait la OpenMandriva Lx par rapport à la Rosa Linux. un truc qui m’a fait tiqué dans l’annonce de la OpenMandriva Lx est ceci: « Nous avons additionné les résultats (en différentes langues – Ndt) de l ’enquête à partir de la RC2, et il s’avère que SimpleWelcome a été le vainqueur, au lieu de Kickoff. SimpleWelcome est le lanceur par défaut pour cette version, mais Kickoff est toujours inclus dans l’ISO, au cas où vous le préférez. »

Plusieurs hypothèses sont alors envisageables.

  1. OpenMandriva, un simple toilettage de la Rosa Linux avec quelques avancées techniques ?
  2. La reproduction du schéma utilisé par RedHat : Utiliser la Fedora Linux comme base de test communautaire et prendre une versions sur 7 ou 8 pour produire une nouvelle RedHat Enterprise Linux à destination des entreprises et des groupes voulant une distribution GNU/Linux supporté au minimum 5 à 7 ans ?
  3. Une base pour s’affranchir de la Rosa Linux à terme, comme jadis la Mageia 1 a été une Mandriva 2010.1 retravaillée et toilettée pour s’affranchir de Mandriva Linux ?

Dans le but d’éclairer un peu ma lanterne, j’ai installé dans deux machines virtuelles distinctes une Rosa Linux Fresh R1 à jour (environ 1200 paquets récupérés, j’ai laissé tomber le compte après 800 paquets et 3 heures d’attente…), et dans l’autre une OpenMandriva Lx 2013.0 fraichement récupérée et installée.

Sur le papier, les deux distributions sont très proches, pour ne pas dire jumelles. Les grosses différences principales ?

Pour la Rosa Linux Fresh, noyau Linux « nrj » 3.10.9 avec systemd 194. Pour la OpenMandriva ? Noyau Linux « nrj » 3.11.8 et systemd 208.

Sinon ? Ce que l’utilisateur peut voir ? Quelques nouveaux fonds d’écran, des avatars utilisateurs différents, et le retour de certains outils DrakX absent de la Rosa Fresh R1. Et le thème général de décorations fenêtres.

Le reste ? Identique. Mêmes versions de KDE SC et de ses composants, LibreOffice, Mozilla Firefox et Mozilla Thunderbird, même lanceur, même icones (ou presque). On pourrait mettre deux ordinateurs en parallèle, un sous Rosa Linux Fresh R1, l’autre sous OpenMandriva, on ne verrait pas la différence. Il faut vraiment voir le fond d’écran différent et le bouton d’accès au lanceur « Simple Welcome ».

D’ailleurs, ce n’est pas tout. On voit que la OpenMandriva n’est schématiquement qu’une Rosa mise à jour sur certains plans.

Vous ne me croyez pas ? Comparons alors rapidement en vidéo les deux distributions. La bande son ? « Tisza meets Dunav » de Letna, publié sur le netlabel Zymogen en 2008.

J’avoue que je suis très mitigé quand je vois à quoi ressemble la première publication d’OpenMandriva Lx. Elle est basée, c’est officiel, sur la Rosa Linux. Mais j’avoue que voir ce qui n’est qu’une copie à peine améliorée de la Rosa Linux me laisse sur ma faim. Assiste-t-on comme pour la Mageia 1 à la création d’une base qui sera peaufinée par la suite ? Ou simplement à une version communautaire de la Rosa Linux qui n’en porte pas le nom ?

A vous de me dire, j’en perds le peu de latin que j’ai pu jadis acquérir à l’école. Je m’étais fait gentiment remonter les bretelles en disant que l’OpenMandriva avait été créé pour trancher la gorge de la Mageia. Je crains que ce ne soit l’inverse et qu’OpenMandriva aille vite rejoindre le musée des distributions GNU/Linux ayant manquées leur public.

Seul l’avenir nous le dira.

7 réflexions sur « OpenMandriva Lx 2013.0 : La version communautaire « non-officielle  » de la Rosa Linux ? Ou sa « Mageia 1  » ? »

  1. Hmmm, ça peut aussi faire penser à une division de territoire, Mandriva à l’ouest et Rosa à l’est, ce qui permet d’avoir deux communautés, deux support technique, etc. Ils ont peut être des idées commerciales, en entreprises, etc. Au seins d’un société belge par exemple en cas de support, tu es toujours plus tenté par un numéro même en Espagne par exemple que un en Russie. Enfin, c’est juste une idée comme une autre 😉

    1. Pour simplifier :

      1. La Mandrake est devenue la Mandriva.
      2. En 2010, des codeurs insatisfait de la politique de la Mandriva lancent Mageia.
      3. Mandriva est devenu plus ou moins officiellement la Rosa Linux. De la Rosa Linux on obtient l’OpenMandriva.

      J’ai résumé mais en gros, c’est le cheminement suivi 😉

  2. Salut. Article intéressant mais tu compares OpenMandriva avec Rosa, peu connue, alors qu’en débutant la lecture je me demandais surtout ce que ça valait face à Mageia. Après tout ce sont deux distributions « concurrentes » non ? 😉

    En fait ça n’a pas grand chose à voir visuellement. La version KDE de Mageia est relativement classique, tandis que sur OpenMandriva on se demande un peu où on a atterri, dolphin ressemble au vieux nautilus, et le menu de lancement me rappelle Gnome Shell ou Unity.

    Autant j’aime beaucoup cette Mageia 4, très prometteuse pour sa version stable, autant OpenMandriva est un extraterrestre qui n’a pas trop de raison d’exister, le fruit d’un inceste entre Mandriva et Rosa.

  3. Pour l’install en dur unetbootin fonctionne parfaitement pour créer une clef usb, contrairement à ce qui est affirmé un peu partout sur les forums. Apparemment les sources des repos sont bien chez Rosa :abf.rosalinux.ru.

  4. Hello 🙂

    @fred: bonnes remarques, pour apporter quelques éléments de réponse je fais pointer vers le premier élément de la faq, pas encore traduit en français. http://wiki.openmandriva.org/en/DISTRO_FAQ et oui, il y aura de plus en plus de divergences entre Rosa et OM Lx, mais il fallait d’abord sortir du statut de vaporware :p

    @gewi: oui unetbootin fonctionne bien et abf est un systeme en grappe, openmandriva possède ses propres serveurs (8 en Suisse) et les a associés à ceux de Rosa pour faciliter l’échange de code mais on aurait pu séparer complètement les deux. http://abf-blog.rosalinux.ru/post/45918710619/doubling-of-abf-power-64-build-clients . Abf est un projet parallèle et opensource, qui a d’ailleurs un nouveau nom de domaine: abf.io .

Les commentaires sont fermés.