OpenSuSE 13.1 : le retour du Caméléon… Trop vert ou malchance de mon côté ?

La distribution OpenSuSE fait partie des vénérables ancètres dans le domaine des distributions GNU/Linux. Elle est la descendante de la SuSE Linux née en 1996, après avoir été une traduction de la Slackware Linux pour le public allemand durant près de 4 années, entre 1992 et 1996.

Elle fête donc cette année ses 17 ans d’existence en tant que distribution à part entière. J’ai récupéré l’ISO en version KDE. Pour quelle raison ? Elle est simple, et se trouve dans les notes de publications de la version 13.1, du moins dans sa version anglophone, section détails :

KDE Plasma Desktop is the default in openSUSE, and the 4.11 version of this Free Desktop is a long term maintained release.

Ce qu’on peut traduire par :

Le bureau KDE Plasma est le défaut dans la openSUSE, et la version 4.11 de ce bureau libre est une publication maintenue sur le long terme.

En effet, c’est la première version « evergreen » de la distribution au caméléon, qui contrairement aux autres versions sera maintenue durant les 3 ans qui suivent sa sortie au lieu de 18 mois. En gros, l’équivalent des LTS de Canonical pour Ubuntu.

J’ai donc lancé VirtualBox pour voir ce que le caméléon nous propose cette fois.

L’installateur de l’OpenSuSE est un des meilleurs que j’ai pu voir. Il est très beau, fonctionnel, et assez rapide. Il faut compter une grosse dizaine de minutes pour que le processus d’installation soit terminé.

Dans les détails, on peut noter que par défaut, une partition /home séparée est proposée au niveau de l’installateur. Et que pour les courageux, on peut tâter du btrfs.

Le processus concernant la post-installation est assez rapide. A vrai dire, l’installation s’est presque résumée à du cliquodrome pur et simple.

Et les ennuis commencèrent. Non seulement, le système est en anglais, mais le réseau n’est pas fonctionnel.

Il faut aller dans Yast, section réseau pour configurer la carte réseau pour qu’elle se mette en route ! Bizarre.

Mozilla Firefox essayait de trouver un réseau inexistant 🙁

Sûrement un bug de Virtualbox. On apprécie de voir que Yast a été redéveloppé en Ruby, ça dépote par rapport à son incarnation précédente 😉

Une fois ceci résolu, on peut enfin accéder aux dépots logiciels et mettre le système en français. Du moins, essayer de le mettre en français.

Car je me suis cassé les dents dans un premier temps. Un sacré paquet de mises à jour m’attend. Jamais vu autant de mises à jour pour un système aussi fraichement sorti.

J’ai réussi de guerre lasse à installer le français (en même temps que Flash et les greffons gstreamer mp3 et apparentés). Il faut passer par Yast et installer la traduction à la main. Je pensais bêtement que Yast s’occuperait de récupérer les paquets via son outil pour gérer les localisations. Trop simple ?! Ou encore qu’il aurait été logique que les paquets linguistiques soit récupéré à l’installation… Quelle étrange idée, après tout ! 🙂

J’ai donc fait une capture vidéo de la OpenSuSE 13.1. La bande son ? Un extrait du premier mouvement de Ghosts I-IV de NiN.

Pour conclure, il est étrange que j’aille à chaque fois ou presque de déconvenues en déconvenues quand je veux faire « mumuse » avec les différentes versions d’OpenSuSE. Cette fois, entre la connexion non fonctionnelle dès le départ, yast qui n’a été qu’à moitié utile pour m’aider à installer la traduction française, pour ne parler que des bugs les plus ennuyeux, je n’ai pas été à la fête. Et encore, je suis parti sur le bureau par défaut de la OpenSuSE.

A moins que la plus grosse partie des bugs que j’ai rencontré soit lié uniquement ? à l’utilisation d’une machine virtuelle ?

Avec Yast, on peut se demander si parfois, il n’y a pas trop de doublons avec les outils de configuration du bureau. Car on peut craindre que Yast et l’outil de configuration du bureau ne se tappe mutuellement dessus. Tout n’est pas complètement noir cependant. Les installations de logiciels sont très rapides, ce qui est un bon point.

Cependant, la distribution me laisse un goût d’inachevé dans la bouche. Surtout suite aux petits bugs qui pourrait décourager un utilisateur « lambda » qui serait étonné de ne pas pouvoir arriver à mettre son système en français dès le départ.

Mais comme je l’ai dit plus haut, c’est sûrement et uniquement des bugs liés à l’utilisation d’une machine virtuelle. Car la distribution OpenSuSE est pas si mal que cela. Donc, des bugs de jeunesse de cette version ?

38 réflexions sur « OpenSuSE 13.1 : le retour du Caméléon… Trop vert ou malchance de mon côté ? »

  1. Bonjour
    j’avais installé la 12.quelque chose pour voir, découvrir OpenSuse et KDE. Ni l’un ni l’autre ne m’ont séduit.
    Multiples reboots à l’install, francisation longue, bug divers etc.
    Pour ce qui est de KDE j’ai vu et je n’ai jamais trop compris la logique du truc. En tout cas le menu n’est vraiment pas pratique à utiliser avec un touchpad.
    Quant à Yast, pas compris non plus grand chose… Du coup les mise à jour et même les install c’est un peu au petit bonheur la chance: on clique à droite, on clique à gauche et on prie.

    Bref au bout d’un mois virée et remplacée. j’en garde le souvenir d’une distri lourdingue, à la fois par sa consommation de ressources et par son ergonomie très peu évidente, surtout pour un débutant.

    KDE a ses adeptes mais franchement je ne lui trouve aucune qualité. Mais l’intérêt du libre c’est de pouvoir adapter son outil à ses goûts, non? Et là on est loin des miens.

  2. Je suis très surpris par ce retour d’expérience très négatif. OpenSuse est tout au contraire une distro efficace, rapide et ergonomique. Bon il est vrai que je l’utilise sous gnome, n’ayant moi non plus jamais trouvé d’intérêt à KDE. La gestion du réseau est en réalité très simple, il suffit de demander à Yast de passer par networkmanager : 2 ou 3 clics et pas plus pour y arriver. Ensuite on regarde quels paquets sont recommandés par le gestionnaire de logiciel et en deux temps trois mouvements on est en français : Il faut juste être un peu attentif. Je préfère nettement OpenSuse à Ubuntu, qu’il s’agisse de l’ergonomie ou de l’esthétique, y’a pas photo ! Bref, dommage pour ce test manqué qui pourrait en décourager plus d’un d’essayer cette belle distro.
    TYatoufo

    1. Réponses rapides :

      1. Le réseau doit être fonctionnel dès le départ.
      2. Des traductions absentes et / ou incomplètes, c’est un bloquant.
      3. Yast ressemble à une usine à gaz.
      4. Attentif ? Si l’installateur faisait son boulot en entier, ce serait mieux.

      Test manqué ? Désolé d’avoir exprimé mon expérience et mon ressenti.

      Je n’ai jamais eu que des expériences médiocres avec cette distribution, cette version en étant un nouvel exemple.

      1. Tester sur un live cd… Quelques bug et plantages en 10min de test… Abandon immédiat. Je ne crois plus depuis belle lurette que Ubuntu soit une super distribution, mais franchement, comparé à OpenSuse, Feu Mandriva, et même Fedora… Force est de constater que je n’ai jamais rien gagné en stabilité avec ces distributions. Soit pire, soit les même bugs.
        Et pour le point particulier de KDE. Je prendrais au sérieux cet environnement quand je pourrais le tester sans le planter en moins de 5 min (c’est une vision d’ensemble, c’est parfois des applications, mais que je considère de base). Je ne sais pas quoi en penser d’ailleurs. Comment juger un environnement qui continue de planter perpétuellement (beaucoup moins qu’au début certes…) depuis que la version 4 est sortie?
        Finalement, on a une distro déclinante avec un bureau déclinant pour un résultat décevant. Logique.

        1. C’est ton point de vue. Je considère au contraire que KDE SC s’améliore de versions en versions. Il faudra voir comment le passage à la 5ième génération se fera.

          Sur ta conclusion, j’aurais malheureusement tendance à la partager.

          1. Mais je suis d’accord avec toi, cela c’est terriblement amélioré! Mais c’est comme si la méthode avait été directement de tout faire avec le plus d’ambition possible… et simultanément! Le résultat final sera sans doute bon… Mais le temps lui s’écoule! En plus, les techno ou Qt se renouvellent dans l’intervalle. Je finis donc par douter qu’un état stable ne soit jamais atteint. De plus, malgré les constats initiaux sur la surcharge graphique des interfaces (je me souviens d’un billet de Seigo sur le sujet), il n’y a aucun avancement la-dessus. Se serait le comble que Qt émerge par d’autres interfaces (LXDE, Unity) et que KDE ne serve que de bibliothèque de code.

          2. Je m’en doutais un peu. J’ai entendu parler d’un projet KlyDE dont j’ignore s’il est encore vivant. En ce qui concerne lxde, ce serait une « fusion » avec le projet RazorQT. Et il serait intéressant de voir combien de temps Unity 8 (??) qui se base sur QT et QML utilisera encore une base Gnome.

            Ce sera intéressant à voir 😉

      2. Bonjour à tous

        ben je sais pas comment vous vous êtes débrouillé pour cette installation, j’en ai quatre dont deux mises a jour depuis 12.3 et deux réinstallées et je n’ai eu aucun de ces soucis, le réseau est fonctionnel des le premier démarrage en DHCP, il est géré par Yast et ifup par défaut ( et a vrai dire plutôt mourir que de me servir de cette crotte de NM qui a été si longtemps la source des problèmes réseaux), pour les traductions, idem….êtes vous sure d’avoir cocher en français au début 😀

        Après pour Yast l’usine a gaz tout ça tout ça , ça fait dix ans qu’on entend la même chose, j’entends ça depuis que je suis dessus et ça date de la 6.2 ou 6.4………. a coté de ça ça évite au néophyte de mettre les pattes dans le cambouis contrairement aux autres distrib en générale( je parle pas de mageia, c’est la même que opensuse en bleu) a noter que je rechigne pas a mettre les pattes dedans hein (j’adore slackware aussi) et depuis ca refonte en Ruby il est devenus plus accessible

        quant a l’installeur, comme dise la plupart des informaticiens le problème viens souvent de la masse organique en face du clavier…..et je crois qu’avec cette phrase

        « Je n’ai jamais eu que des expériences médiocres avec cette distribution, cette version en étant un nouvel exemple. »

        on ne doute a aucun moment de votre objectivité

        Cordialement

        jluce

        1. ben je sais pas comment vous vous êtes débrouillé pour cette installation, j’en ai quatre dont deux mises a jour depuis 12.3 et deux réinstallées et je n’ai eu aucun de ces soucis, le réseau est fonctionnel des le premier démarrage en DHCP, il est géré par Yast et ifup par défaut ( et a vrai dire plutôt mourir que de me servir de cette crotte de NM qui a été si longtemps la source des problèmes réseaux), pour les traductions, idem….êtes vous sure d’avoir cocher en français au début 😀

          Dans ce cas, je vais prendre le contrepied de l’argumentation développé ici. NetworkManager ? Jamais été aussi fonctionnel depuis des années. Quant à ifup et yast, désolé, mais ça merde grave par moment. Moins que wicd.

          J’ai utilisé, et c’est assez clair, le liveCD version KDE. Et oui, j’avais activé le français dès le départ. Simplement que la post-configuration s’est viandé pour le réseau.

          Après pour Yast l’usine a gaz tout ça tout ça , ça fait dix ans qu’on entend la même chose, j’entends ça depuis que je suis dessus et ça date de la 6.2 ou 6.4………. a coté de ça ça évite au néophyte de mettre les pattes dans le cambouis contrairement aux autres distrib en générale( je parle pas de mageia, c’est la même que opensuse en bleu) a noter que je rechigne pas a mettre les pattes dedans hein (j’adore slackware aussi) et depuis ca refonte en Ruby il est devenus plus accessible

          A une différence près : yast ne s’infiltre pas partout comme une tumeur cancéreuse. Et sa réécriture en Ruby lui a fait du bien. Il est enfin rapide.

          quant a l’installeur, comme dise la plupart des informaticiens le problème viens souvent de la masse organique en face du clavier…..et je crois qu’avec cette phrase

          Le seul point positif avant l’attaque limite ad-hominem de ta part.

          Simple remarque : à cause d’une OpenSuSE, j’ai détruit du matériel à l’époque de sa version 9.x. Et ça m’avait facilité le transit intestinal à l’époque.

          Ensuite, il y a eu la période « distributions 64 bits tellement matiné de paquets 32 bits dont certains non désinstallable » qu’on pouvait parler de distribution 48 bits.

          Mais c’est vrai, je suis une tanche, une personne qui est incapable de savoir voir la vérité : « OpenSuSE est infaillible », nous sommes, pauvres utilisateurs qui rencontront des bugs qui sont parfois dignes des bétas, des PEBKACs en puissance.

          1. oulah tu t’emballes 😀 (vu qu’on se tutoie)

            j’écris ici mon ressentie car je trouve ton blog géniale et c’est l’un de ceux que je lis avec intérêt avec celui de la noireaude (merci Gerinald). malgré tout encore une fois tu ne parles pas de la 13.1 mais de la 9 X ou de l’époque ,et c’est vrai, des version 48 bits, et encore tu oublies les débuts de la version 11.0 , a pleuré, ou encore la sortie de la 12.3 qui n’ont pas été sans soucis. d’où la réflexion sur l’objectivité.

            de plus je ne fait que te faire part de l’experience d’un gus qui en a quand même installé 4

            dans tous les cas, loin de moi le fait de penser que tu est une tanche……si je l’avais penser je ne t’aurais pas répondu.

            désolé de t’avoir offensé.

            Cordialement

            jluce

            PS c’est quoi PEBKACs ??

          2. J’avoue que j’ai été un peu sur les nerfs, surtout avec les personnes qui ne lisaient que la moitié de l’article.

            Et si j’ai parlé de la 9.1, c’est la seule que j’ai eu en dur sur ma machine. Depuis, OpenSuSE me fait crasse sur crasse, que ce soit dans Qemu ou VirtualBox. La faute à pas de chance.

            Quant au PEBKAC, tu l’as défini en parlant de masse organique 😉

            Merci pour l’éclaircissement.

  3. D’expérience, j’installe toujours OpenSuse depuis l’iso DVD complète plutôt qu’un live cd car il y a en effet régulièrement des problèmes de traduction sinon :/ Je n’ai pas encore testé cette version cependant..

  4. Salut.
    Je viens de l’installer sur un PC physique avec l’iso du DVD. Le réseau était fonctionnel immédiatement et la langue Francaise en place correctement.
    J’ai bien cru que ma Canon MP610 allait être reconnu directement, mais le rêve s’est arrêté en route, dommage…

  5. Deux fois que je lis et deux fois que j’arrive pas a comprendre comment tu fais pour avoir des problemes!!!
    Deja pour commencer précise bien que tu fais des installations virtuelles, car en durs et ceci sur trois pc, j’ai un systeme complet, et tout en français, ainsi que la connexion.

    Pour la connexion, un truc interessant, les portables sont sous networkmanager des la fin de l’installation, ce qui est plutot bien vu que seul networkmanager gere bien la mobilité, et mon pc bureau lui est géré par ifup donc yast des la fin de l’installation, ce qui est pas plus mal..

    Bien sur dans mon cas j’utilise que le DVD car les lives sont souvent incomplet dans les paquets, ce que t’as eu est du a l’utilisation d’un live! Si je me souvient bien seul mandriva proposait des live pour des pays differents, un live pour l’europe et les langues qui vont avec ect….

    amicalement

    1. Ma réponse sera courte : tout est précisé dans l’article. Type d’installation, média source, etc.

      Je cite l’article :

      J’ai donc lancé VirtualBox pour voir ce que le caméléon nous propose cette fois.

      et encore :

      Elle fête donc cette année ses 17 ans d’existence en tant que distribution à part entière. J’ai récupéré l’ISO en version KDE

      Étrange que 99% des distributions en liveCD ou liveDVD ne posent aucun problème ou presque sur le plan réseau et / ou traductions.

      Pour le reste, j’ai déjà répondu. Il suffit de ne pas lire l’article en diagonale.

      Amicalement,

  6. Installé via virtualbox en netinstall juste pour voir, tout s’est bien déroulé, « frenchisé » d’emblée (KDE), 23 mises à jour post-install, nickel! La OpenSUSE m’a toujours fait bonne impression…

    Ca me donnerait presque envie de l’installer en dur à côté de Arch/openbox.

  7. Salut,

    Pour ma part, gros problème que je rencontre en ce moment même, l’installation reste bloquée sur la partie « Configuration–>Contrôle de l’installation » depuis maintenant 30 minutes. C’est la deuxième fois que je relance l’installation, la première fois j’ai coupé le pc (portable) puis après redémarrage, je tombe sur l’écran d’accueil…mais que sont devenues les étapes restantes de l’installation que je n’ai pas traité??

    Avez-vous rencontré un cas similaire?

    Merci.

  8. Salut,

    @seb95
    « ce qui est plutot bien vu que seul networkmanager gere bien la mobilité »
    Faudra (peut-être) essayer un jour un manager intégré comme connman avec ce qui va autour 😉

    KDE, j’ai jamais réussi à franchir le pas & vu que je ne supporte déjà pas QT, cela va avoir du mal a évoluer…

  9. J’ai longtemps utilisé gnome parce que c’était assez léger et sobre, et avant kde était une usine à gaz. Depuis que je suis passé sur Arch et après l’orientation prise par gnome, j’ai choisi kde, et c’est vraiment très stable, jamais aucun plantage.

  10. Pfiouuu … que de commentaire … 🙂

    Bon, j’ai installé cette version en dur … étant un ancien de Alionet et de Susy, je me devait de l’installer 🙂

    L’installation c’est donc faite en dur, comme dit plus haut, et avec le Live-KDE.

    J’ai aussi eu droit à la langue de Shakespeare, alors que la case francophone à bien été cochée, et j’ai eu le même souci de réseaux qui n’était pas détecté, et duquel j’ai dû aller dans Yast l’activer.

    Certes, c’est un poil énervant quand on sait que les 90% des distro se connecte automatiquement quand on fait une installation … ce que j’ai toujours eu jusque maintenant, et je n’ai pas une connexion « fantaisiste ».
    Surtout que je ne sait toujours pourquoi, mais Susy me voyait deux cartes ethernet, alors que …. je n’en ai que une seule … j’ai dû m’y reprendre à plusieurs fois avant de la voir enfin s’occulter, pour laisser place à une seul carte (chipset), et enfin me laisser courir sur le Net 🙂

    Un point qui me semble pour moi déroutant, c’est le doublon, voir le triplé, des programmes que l’on rencontre dans Apper …. dont au passage, je me suis servi directement pour franciser KDE, sans passage par Yast (sale vieux réflexe de bête Geek 😉 )

    J’en viens à ce que en final, je ne sait pas quel version prendre … d’autant que ce sont les mêmes version .. en doublon ou triplé … lol

    Hormis ce point, et le fait que j’ai installé en btrfs … oui, suis téméraire … lol … cette distro roule très bien, fluide, pas de latence malgré que je n’ai pas installé de pilote nVidia, je préfère garder Nouveau, qui en fin de compte est aussi efficace … rien à redire.

    @Pluche
    Gerinald

  11. Salut,
    je viens d’installer la 13.1 à partir de l’iso netinstall et avec comme bureau Xfce4 sur mon portable ou il y a un certain Win… 8 et tout s’est passé nickel ! Super content parce quà part Ubuntu, c’est la seule distribution qui veut bien s’installer sur ce PC. 🙂

      1. ..aucun problème chez moi avec in live cd gnome et tout se passait très bien déjà en 12.3. Cette distribution s’installe très rapidement mais, en y repensant, je me souviens qu’il m’est arrivé parfois de barboter un peu trop longtemps à mon goût en anglais; avant de comprendre que je devais télécharger les paquets qui vont bien. Bref, chacun ses goûts, son histoire et ses expériences et il ne sert pas à grand-chose de polémiquer sur un blog intéressant et utile dont le tenancier est malheureusement un rien susceptible; sans rancune. Tatoufo

        1. Pas susceptible. Aigri par l’aveuglement de certaines personnes qui ne veulent pas voir ce qui leur crève les yeux.

          Et dans le cas d’une distribution qui se veut pour des utilisateurs « classiques » qui aiment avoir l’ensemble fonctionnel, cette version souffre de certaines carences, dont le réseau capricieux ou les paquets linguistiques non installé par défaut depuis un liveCD, alors que la concurrence offre les deux plus ou moins correctement activés dès le départ.

          C’est surtout cela qui m’a fait tiqué.

  12. Comme tu l’a dit les goûts et les couleurs se discutent pas, il en est de même selon les expériences qui se vivent différemment selon ce qu’on recherche et les outils dont on dispose. Certains s’en sortent sans grand problèmes tandis que d’autres c’est le cauchemar. Ici par exemple l’expérience est positive: http://www.muktware.com/2013/11/opensuse-13-1-review-os-grown-ups/16598.
    Fred fait donc bien de parler des ses difficultés ça prépare l’esprit aux éventuels problèmes.
    Je me souviens aussi que lors du développement de cette dernière version il était demandé de faire des retour d’expérience plus en dur qu’avec virtualbox (peut-être parce que beaucoup de retour étaient en virtuel?).

    A part cela il faut il faut noter qu’opensuse sort son épingle du jeu quand à la gestion d’uefi avec secureboot activé et ce haut les mains.

Les commentaires sont fermés.