Vers une nouvelle ère de l’informatique annoncée par la gratuité progressive des systèmes d’exploitation ?

Durant des années, en gros depuis le début de l’informatique personnelle, il y a eu les combats du genre Atari et son TOS contre Amiga et son Workbench. Pour les machines « professionnelle », il y a eu les combats PC contre les Macs d’Apple et les différentes versions de MacOS depuis 1984.

Mais aussi des combats fraticides au sein même du camp du PC : MS-Dos contre DR-Dos, OS/2 d’IBM (au début co-développé avec Microsoft) contre Microsoft Windows. Et les distributions GNU/Linux contre Microsoft Windows. Vous avez noté que dans ce court chapeau d’introduction, j’ai cité au moins 8 noms de systèmes d’exploitation.

Le 22 octobre 2013, Apple lors de sa keynote a lancé une annonce fracassante : Mavericks, alias MacOS-X 10.9 serait gratuit. Quoi ? Un système d’exploitation gratuit ? Autant dire que pour les personnes ne jurant et ne connaissant souvent que par l’informatique non-libre, c’est une révolution.

Pour les vieux baroudeurs de l’informatique alternative, c’est la normalité. Si on ne fait pas payer le système d’exploitation, on a toujours un autre moyen de se financer. La réponse dans le cas d’Apple est simple et double :

  1. La vente de matériel : ordinateurs, écran, clavier, souris
  2. Son magasin de logiciels

Le logiciel libre se finance en faisant payer le support technique ou encore par des dons. C’est d’ailleurs un des problèmes cruciaux du logiciel libre : comment se financer. Les déboires de Canonical dans ce domaine (Affaire « amazon », un spyware pour la Free Software Foundation, ou encore les démélés avec Banshee) montre la difficulté de trouver une forme de pérennité financière.

D’ailleurs, il ne reste plus désormais que Microsoft Windows, dans le domaine de l’informatique personnelle, dont les mises à jours et les versions complètes sont payantes. La question reste : pour combien de temps ?

Car sans la vache à lait qu’est Microsoft Office et l’autre que sont les ventes de licences auprès des constructeurs, Microsoft aurait des problèmes pour financer ses développements.

Si on ne fait pas payer cet outil indispensable, car sans système d’exploitation, l’ordinateur qu’il soit portable ou fixe n’est qu’un tas de circuits intégrés sans vie, on fera cracher l’utilisateur au bassinet via la vente de logiciels.

Le nerf de la guerre, ce n’est plus – pour le moment ? – le système d’exploitation, mais les logiciels qui tournent dessus. Et cela, Google l’a bien compris avant tous les autres acteurs. Même si les Chromebooks ne sont pas des réussites flagrantes, cela permet d’avoir des ordinateurs à « petit prix » sans avoir besoin de débourser le moindre centime à Microsoft ou à Apple.

On passe par les outils de Google pour la bureautique, la navigation, ou encore la gestion des photos, de la musique, le tout passant par le magique cloud. On perd en confidentialité ce qu’on gagne en matière financière.

Deux autres acteurs en ont pris conscience : Canonical et la Fondation Mozilla. Le premier avec le projet Ubuntu Touch, le deuxième avec FirefoxOS. Les deux projets sont encore jeunes, mais on un point commun : une distribution linux avec une interface en QML pour l’un, en HTML pour l’autre. Ce qui leur manque ? Des applications, mais cela viendra en temps et en heure, du moins, il faut l’espérer.

Quand je vois le monde des distributions GNU/Linux qui se singent les unes les autres, où les nouveautés n’arrivent plus que par miracle, on peut se demander si le monde des systèmes d’exploitation ne va pas tomber dans l’oubli. J’avoue que sans des projets différents comme Handy Linux ou les divers BSD libre, je m’ennuierais énormément.

Car comme a dit Linus Torvalds dans le film Revolution OS : il n’y a rien de plus transparent qu’un système d’exploitation. Il exécute les ordres de l’utilisateurs en lui permettant d’utiliser les logiciels quand et où c’est nécessaire.

5 réflexions sur « Vers une nouvelle ère de l’informatique annoncée par la gratuité progressive des systèmes d’exploitation ? »

  1. Ha tiens, j’avais pas vu.
    Mais c’est pas gratuit de base avec un Mac leur OS ?
    Et va pas y avoir comme sur Win8RT ou iOS (iPhone/iPad) une obligation non contournable de passer par le store pour les applis ?

  2. Oui gratuit mais ça ne tourne que sur leur matériel qui coûte la peau des fesse donc c’est du foutage de gueule 😉

    Si demain ils mettent à disposition une ISO compatible PC je change d’avis… mais ils ne le feront pas car on s’apercevrait alors que OSX est compatible avec à peu près rien du tout en dehors du matériel Apple.

      1. Oui justement j’ai testé ce genre de choses (notamment iAktos) et tu te rend compte que le matériel supporté est très restreint. On est bien loin de la compatibilité de Linux. Par exemple les cartes wifi Intel ne sont pas supportées.

Les commentaires sont fermés.