Cinnamon 2.0 ? Un premier aperçu de cet environnement de bureau.

Cinnamon, l’environnement de bureau de la LinuxMint, jadis basé sur les technologies de Gnome-Shell s’est affranchi en partie d’elles avec la version 2.0 de l’environnement.

Dans un long article qui regroupe les principales nouveautés, on apprend que le code est désormais indépendant de la version de Gnome, tout en utilisant les outils proposés par Gnome. Pour contrecarrer l’effet de bord lié au retard constant d’une version d’Ubuntu par rapport à la version stable de Gnome ?

En gros, Cinnamon passe à la vitesse supérieure : de simple gestionnaire de fenêtres à celui d’environnement de bureau.

J’ai donc créé une machine virtuelle avec une Archlinux (dépôts stables uniquement), et après avoir installé une base avec Xorg et NetworkManager, j’ai rajouté Cinnamon avec la ligne de commande suivante en tant que root :

pacman -S cinnamon cinnamon-control-center cinnamon-screensaver nemo

Pour le gestionnaire de connexion ? Lightdm, pour minimum les dépendances de Gnome installées.

pacman -S lightdm lightdm-gtk3-greeter

Pour compléter l’équipement logiciel, et avoir au moins un éditeur de texte basique comme gedit ou un outil de gravure comme brasero et quelques autres outils complémentaires ? Il y aura un ou deux doublons, mais on peut toujours les purger par la suite. J’ai aussi rajouter gnome-terminal pour avoir un émulateur de terminal texte, toujours utile 😉

pacman -S gnome-extra gnome-terminal.

Parmi les logiciels enlevés, car en doublon ? Principalement gnome-online-accounts.

J’ai remplacé Evolution par Mozilla Thunderbird, largement plus adapté à un usage « classique ». Mais le mieux est de le voir en action. La bande son de la vidéo ? Un extrait du dernier album du duo « Hungry Lucy », « Pulse Of The Earth »

L’utilisation du mode logiciel est dû à l’utilisation de Qemu. Cependant, même en mode logiciel, l’environnement répond assez rapidement, ce qui est plaisant. Les trucs, comme jongler entre les différents bureaux virtuels avec le principe du raccourci touches ctrl avec alt et les flèches de direction gauche et droite est assez facile à deviner. Je suis cependant plus circonspect sur l’utilité des applets Cinnamon alias Desklets. Et oui, le Cyrille de la partie de la vidéo où j’utilise l’outil de gestion d’utilisateur est bien Cyrille Borne 😉

Cinnamon 2.0 est le premier pas vers un projet assez ambitieux. Celui de fournir un environnement de bureau complet, et concurrencer ainsi Gnome, Mate Desktop, Xfce ou encore KDE SC. Suite logique après avoir forké le code de Nautilus pour proposer Nemo.

Je n’ai pas inclus Unity car c’est plus un gestionnaire de fenêtres concurrent au Gnome Shell avec les outils de Gnome pour le moment.

Reste à savoir si ce ne sera pas un trop gros morceau à avaler pour l’équipe de la LinuxMint. Et si le projet ne connaitra pas le même sort que la Linux Mint Debian Edition qui est en train de moisir comme une chaussette abandonnée.

Sa force pourrait être son indépendance relative de la distribution mère. Car les utilisateurs de la LinuxMint ne pourront avoir accès à cet environnement qu’au mois de novembre prochain.

Reste à savoir si les autres outils seront forké les uns après les autres, où si Cinnamon s’arrêtera ici.

9 réflexions sur « Cinnamon 2.0 ? Un premier aperçu de cet environnement de bureau. »

  1. J’ai testé rapidement Cinnamon, ainsi que Mate sans pour autant être convaincu , Xfce me suffit largement pour l’utilisation que je fais de la machine, surtout avec un matériel un peu ancien.
    A pluche.

  2. Je décerne le WTF d’or au menu. C’est vraiment la seule chose qui m’est venue à l’esprit quant j’ai vu la taille du truc par rapport à ton bureau arch.

    Et j’ai toujours cette impression de vouloir faire une menu similaire à windows 7 quant je le vois.

    Pourtant, il y aurait moyen de faire quelque chose de vraiment pratique à l’usage sans pour autant avoir une taille comme celle là.

    Pour allé, vu que ce soir me fait chier, vais me mettre une arch dans une vm :p

  3. Salut… et fraternité tant qu’à faire…
    Bon. Suis utilisateur de Mate, voire de gnome-classique, et j’avoue que je n’ai pas l’impression que quelqu’un ait inventé l’eau chaude…
    Tous ces environnements de bureau, ou qui se veulent tels, (s’espèrent), se ressemblent tous. Rien de nouveau sous le soleil de Linux.
    Finalement, les seuls qui ont tenté d’inventer quelque chose sont les dev de gnome-shell. Même le classique est nouveau dans le look de l’ancien….
    Unity finalement a au moins de mérite de nous faire envisager l’utilisation du bureau de façon un peu différente, que l’on trouvera plus ergonomique, ou pas…
    Mais alors là, suis esbaudi par le rien que j’aperçois… Pas un jugement sur les dev qui ont sans doute travaillé d’arrache clavier pour çà, mais là, franchement. Une copie d’un truc déja copié… le seul truc qui m’intéresse chez cinnamon, c’est l’applet météo…

    1. Je suis d’accord dans l’ensemble. Cependant, Gnome Shell et Unity utilise le même principe de base : un bureau vide, un dash (rétractile ou pas), et une interface de recherche pour applications et documents.

      Ensuite les deux divergent sur certains points, mais ce sont les deux seuls qui ont tenté de nouvelles bases pour l’approche de la gestion du bureau.

      Les autres (Cinnamon compris) sont restés dans les clous.

      1. « un bureau vide, un dash (rétractile ou pas), et une interface de recherche pour applications et documents. »

        Ça me fait penser à Mac OS X donc je ne vois pas d’invention. Tout comme le menu global.

  4. Il serait intéressant de savoir si les (bugs?) défauts de jeunesse de cinnamon qui traînent depuis le début jusqu’à la 1.8 sont encore présents dans cette nouvelle mouture. Je pense notamment à la lenteur d’ouverture du menu ? Pour ma part je trouve cet environnement tout aussi beau sur un plan purement esthétique qu’excellent au niveau de l’ergonomie. L’ayant installé sur une Mint Lts mais également sur une Manjaro je n’ai jamais constaté, sur mes machines, une consommation excessive de ressources par rapport à un bureau xfce, customisé certes.

  5. Merci pour cette précision.
    C’est vrai que l’interface de cinnamon ressemble un peu à celles de MS… En mieux ! 🙂
    Cela dit, contrairement à $crosoft, Linux est très personnalisable, rien n’empêche, par exemple, de placer le panel en haut, c’est d’ailleurs ce que je fais systématiquement sur mes distros. Idem pour le changement/l’ajout de thèmes, d’applets…

    Puis je crois à la nécessité d’interfaces permettant aux néo-linuxiens une transition en douceur du cauchemar windowsien au monde libre GNU/Linux.

Les commentaires sont fermés.