Void Linux, elle en est où ?

Le 28 juillet dernier, je faisais un article sur une distribution GNU/Linux rolling release – dont pour élitiste et amateur de masturbation intellectuelle – la Void Linux.

J’ai eu envie de faire un point, surtout après l’annonce de la sortie de Gnome 3.10 pour cette jeune distribution. J’ai donc récupérer l’ISO 64 bits du mois d’août 2013, et j’ai lancé l’installation. Simple conseil. Avant de lancer l’installateur, utilisez donc cfdisk pour partitionner votre disque. Car parted est… non, pas de commentaires 😉

Ou mieux, d’utiliser SystemRescueCD pour éviter les mauvaises surprises.

L’installation est strictement la même, donc je vous renvoie à l’article de juillet pour les détails « gores ».

Pour la localisation ? Cela se passe en trois étapes :

  1. Vérifier que la bonne locale est activée : localectl set-locale LANG=fr_FR.UTF-8
  2. Décommenter la bonne ligne dans /etc/default/libc-locales
  3. Entrer xbps-reconfigure -f glibc-locales

Après l’installation de la base, j’ai installé Xorg, et quelques outils en tant que root avec la commande :

xbps-install -Sy xorg xinit xorg-apps xorg-fonts xf86-video-vesa

Le support multimédia, version « je ne me prends pas la tête » :

xpbs-install -Sy gst-plugins-good gst-plugins-bad gst-plugins-ugly alsa-utils
xpbs-install -Sy gst-plugins-good1 gst-plugins-bad1 gst-plugins-ugly1

Et le morceau de choix : Gnome 3.10 en personne et quelques outils avec un petit :

xpbs-install -Sy gnome gnome-tweak-tool rhythmbox shotwell

Pour être tranquille, j’ai rajouté le paquet telepathy-idle pour éviter un bug dans l’outil de gestion des comptes de Gnome grace à : xpbs-install -Sy telepathy-idle

Pour compléter l’offre logicielle de départ, j’ai rajouté LibreOffice avec : xbps-install -Sy libreoffice-bin-i18n-fr

A noter qu’au premier démarrage, vous avez l’assistant de Gnome qui vous accueille. On peut toujours le clore si on a créé un compte utilisateur auparavant. Mais le mieux est d’aller à son terme, sinon, il est proposé à chaque fois.

Je n’ai pas rajouté Flash, mais si vous en avez besoin, il faut décommenter la ligne http://xbps.nopcode.org/repos/current/nonfree dans /etc/xbps/xbps.conf. Ensuite l’ajout de flash se fait avec un petit xbps-install -Sy adobe-flash-plugin

Et l’ensemble en vidéo, c’est du rapide et du bien solide, modulo un logiciel un peu chatouilleux 🙁

Mis à part le crash de l’outil d’ajout de compte – jeunesse de Gnome 3.10, paquet manquant (??), l’ensemble très utilisable. Il reste donc à attendre que l’ensemble se stabilise, car je l’avoue la distribution commence à prendre de la puissance.

A propos, si vous êtes intéressé et que vous voulez donner un coup de main, ce sera apprécié par la petite communauté de Void Linux, soit via irc grâce à #xbps sur freenode, soit par la communauté sur Google Plus dédiée.

4 réflexions sur « Void Linux, elle en est où ? »

  1. En tant que contributeur, je suis très heureux de voir un bon article et une jolie vidéo sur Void, car finalement on a tendance à un peu oublier le fait que maintenir des paquets c’est assez compliqué (niveau temps).
    Je suis aussi satisfait de voir que les traductions de LibreOffice fonctionnent, car ce n’était pas un paquet facile à ajouter (pkgs splitté).
    Bref, c’était intéressant.
    Ypnose

    1. J’ai fait du mieux que j’ai pu. Et tu as pu voir sur irc que j’ai un peu galéré, mais j’ai donné les informations pour simplifier la tache des personnes curieuses. La Void Linux sera une distribution à surveiller, car sa montée en puissance sera lente mais sûre.

      Peut-être ma découverte de cette année, comme la Manjaro Linux a été celle de la fin de l’année 2012.

      1. Je n’ai absolument rien à te reprocher, ton article est bon. Ton retour sera également utile, si quelqu’un veut se jeter à l’eau.
        En tout cas, nous sommes très content que tu l’apprécies.

        1. J’aime les rolling release, et comme je te l’ai dit, dans ce domaine c’est pour moi la révélation de 2013. Reste à transformer l’essai. Et ne te gène pas pour reprendre cet article pour celui que tu dois écrire !

Les commentaires sont fermés.