Du cassage de gueule de distrowatch comme sport linuxien préféré…

S’il est un domaine où nombre de fanboys linuxiens s’entendent, c’est sur la volonté de casser la gueule des statistiques de Distrowatch. L’idée de ce billet m’est venu à partir d’un post sur google plus qui annonçait que les pages vues concernant la distribution Debian GNU/Linux dépassait désormais celle de sa descendante, Ubuntu.

Bien entendu, le premier commentaire a été assez joyeux, tout comme la réponse que j’en ai fait. Un certain Paul McSpadden nous a sorti :

You’re using distrowatch as a credible source? Could I please ask that you avoid being like all the other news outlets and stop sensationalism.

Ce qu’on peut traduire par :

Vous utilisez distrowatch comme une source crédible ? Puis-je vous demander d’éviter d’agir comme les autres sites d’informations et arrêtez le sensationnalisme.

Ma réponse a été un peu énervée, mais résume bien ma pensée :

just gave us a more reliable source for statistics. And it will be great.

Or, will I say : « Shut the fuck up ? » Of course, I don’t mean it in a bad way.

Ce qu’on peut traduire par (le plus proche du sens originel) :

Donnez nous juste une source fiable pour les statistiques. Et ce sera bien.

Ou, devrais-je dire : « Fermez votre gueule ? » Bien entendu, sans vouloir être méchant.

Et c’est ici, qu’on trouve le noeud du problème : à chaque fois qu’une personne casse une dizaine de kilos de sucre sur le dos de distrowatch, aucune solution n’est proposée pour donner des statistiques qui seraient plus fiables.

Si on regarde les statistiques des pages vues, qui ne veulent pas dire téléchargement ou installation de la distribution en question, le top 5 ressemble à ceci sur diverses périodes.

Sur les 7 derniers jours (en sachant que cela couvre la période du 29 juillet au 4 août 2013) :

  1. Mint
  2. Debian
  3. Puppy
  4. Ubuntu
  5. OS4

On peut noter la sortie durant cette période d’une nouvelle version d’une énième dérivée d’ubuntu, OS4 OpenLinux 13.6. Donc, qu’elle soit à la cinquième place doit être liée à sa sortie, non ?

Remontons donc à la période des 30 derniers jours (donc du 5 juillet au 4 août) :

  1. Mint
  2. Debian
  3. Ubuntu
  4. PCLinuxOS
  5. Fedora

L’arrivée de PCLinuxOS est normale. 3 versions de la PCLinuxOS (Mate Desktop, KDE SC et LXDE) sont arrivées au beau milieu de la période.

Et pour Fedora Linux c’est aussi normal. La Fedora Linux 19 est sortie le 2 juillet.

Sans oublier deux sorties pour la Linux Mint : la version Xfce le 12 juillet et la version KDE SC le 21 juillet.

Remontons maintenant sur les 3 derniers mois (donc 6 mai au 4 août) :

  1. Mint
  2. Debian
  3. Ubuntu
  4. Mageia
  5. Fedora

Dans cette période, on peut rajouter la sortie de la Debian GNU/Linux 7.1, le 15 juin, la Mageia 3 le 19 mai, la Linux Mint 15 le 29 mai

Bien entendu, il y a toujours la sortie d’ubuntu qui est un événement, mais cela date de fin avril.

Autant dire que sur des périodes jusqu’à 3 mois, l’actualité joue beaucoup.

Si on monte à 6 mois ?

  1. Mint
  2. Ubuntu
  3. Debian
  4. Mageia
  5. Fedora

Et un an ?

  1. Mint
  2. Mageia
  3. Ubuntu
  4. Debian
  5. Fedora

D’ailleurs comme le précise la page dédiée sur distrowatch :

The DistroWatch Page Hit Ranking statistics are a light-hearted way of measuring the popularity of Linux distributions and other free operating systems among the visitors of this website. They correlate neither to usage nor to quality and should not be used to measure the market share of distributions. They simply show the number of times a distribution page on DistroWatch.com was accessed each day, nothing more.

Ce qu’on peut traduire par :

Le classement statistique de Distrowatch est une façon ludique de mesurer la popularité des distributions Linux et d’autres systèmes d’exploitation libres parmi les visiteurs de ce site. Ils correspondent ni à l’usage ni à la qualité et ne devraient pas être utilisés pour mesurer la part de marché des distributions. Ils montrent simplement le nombre de fois où une page de distribution sur DistroWatch.com a été consulté chaque jour, rien de plus.

Si on ne peut pas tirer de notions comme les parts de marchés respectives, on peut toujours en tirer une leçon : c’est que les volontés de s’informer sur les distributions du top 5 regroupe au minimum le même trio : LinuxMint, Debian GNU/Linux et Ubuntu. Les deux dernières places étant squattées par Fedora Linux et Mageia la plupart du temps.

En clair, la grand-mère (Debian GNU/Linux), la fille (Ubuntu) et la petite-fille (LinuxMint) si je peux prendre cette image.

A chacun de voir les leçons à en tirer, mais je trouve le top 5 assez monocolore, pas vous ? Et qu’il n’y a pas beaucoup de renouvellement.

16 réflexions sur « Du cassage de gueule de distrowatch comme sport linuxien préféré… »

    1. Si on veut, si on veut. En tout cas, je ne me souviens pas que le classement était autant critiqué quand durant 5 ou 6 années de suite, la distribution de Canonical monopolisait la première place.

      A moins que je ne me trompe, bien sûr.

      1. Peut-être parce que c’était plus proche de la réalité ?

        PCLinuxOS c’est une des distros les moins connues sur le web, il n’y a d’ailleurs jamais aucune actu ni sur le planet-libre ni sur linuxfr, ni sur les sites généralistes. Alors quand je vois distrowatch la placer si haut j’ai quand même de sérieux doutes. Si tu veux des sources plus fiables je te suggère de comparer le nombre de téléchargements sur les sites officiels, ou même faire un sondage sur Linuxfr, tu devrais obtenir quelque chose de plus proche de la réalité.

        Sinon je ne suis pas un pur anglophone mais dire STFU à quelqu’un c’est pas très poli.

        1. Peut-être parce que c’était plus proche de la réalité ?

          C’est quoi la réalité ? 😀

          PCLinuxOS c’est une des distros les moins connues sur le web, il n’y a d’ailleurs jamais aucune actu ni sur le planet-libre ni sur linuxfr, ni sur les sites généralistes.

          C’est pourtant une vieille distribution, aussi vieille qu’Ubuntu avec laquelle une guerre a eu lieu vers 2005-2006 si mes souvenirs sont bons.

          Quant au planet-libre, même si j’ai été parmi les premiers à y être, et même à une période modérateur, la diversité sur le plan des distributions est assez réduite.

          Alors quand je vois distrowatch la placer si haut j’ai quand même de sérieux doutes.

          Tu fais quoi des effets d’annonces de sorties ?

          Si tu veux des sources plus fiables je te suggère de comparer le nombre de téléchargements sur les sites officiels,

          Quelle fiabilité ? Nulle ou presque. Je pense que nombre de sites officiels présentant leur distribution comme la distribution ultime ne s’amuserait pas à arranger les chiffres.

          ou même faire un sondage sur Linuxfr, tu devrais obtenir quelque chose de plus proche de la réalité.

          Vu que nombres de linuxiens francophones ne sont inscrits, ça donne toujours la même problématique : la représentativité des votes.

          Sinon je ne suis pas un pur anglophone mais dire STFU à quelqu’un c’est pas très poli.

          Pas du tout, mais ça soulage de remettre des donneurs de leçons à leur place… 😀

        2. PCLinuxOS est connue, peut être moins en france car si je me souviens bien la francisation est pas top.
          Qu’elle soit en tête du classement ne me surprend pas, c’est une bonne distribution.

        3. PCLinuxOS est très utilisé dans le monde anglophone. Comme c’était un équivalent de Mandrake/Mandriva, il n’y avait aucune raison qu’elle se développe chez nous.

          1. Pas un équivalent, une dérivée à l’origine. Et vraiment aussi employée ? L’absence de versions aux alentours de 2007-2008 a été un des facteurs de son « déclin » au niveau mondial.

  1. On tape aussi sur les statistiques gratuitement selon moi car les statistiques sont correctes, c’est ce qu’on leur fait dire qui ne l’est pas toujours. La plupart du temps, si un intervalle de confiance était donné, certaines interprétations « orientées » seraient impossibles.

    1. C’est pour cela que je dis qu’avant les statistiques de « curiosité » (si on peut les appeller ainsi) ne sont vraiment intéressantes qu’à partir de 6 mois pour corriger l’effet de « boom » liées aux annonces de sorties.

  2. A mon avis, les réactions contre le classement Distrowatch ne sont en général pas des critiques contre le site lui-même mais plutôt contre ceux qui cherchent à faire dire tout et n’importe quoi à ce classement (parce ce que conjoncturellement ça les arrange). A force de citer ad nauseum Distrowatch comme « preuve » de la popularité de telle ou telle distribution par rapport à telle ou telle autre, on finit forcément par en énerver certains et je les comprends.

Les commentaires sont fermés.