Mémoires télévisuelles d’un enfant des années 1970, épisode 4 : Les séries mythiques de 1975 à 1985

Cet article est la suite de celui consacrés aux dessins animés qui ont marqué l’enfance des vieux trentenaires / jeunes quadragénaires. Dans ce billet, je vais parler des séries – pour « enfants » ou pas qui ont marqués les années 1975-1985. Autant dire qu’il y aura du lourd.

Et même s’il est impossible d’être exhaustif, je vais essayer de parler des séries qui m’ont plus marqués.

Et commençons par les dames, et l’adaptation du roman « Die Rote Zora und Ihre Bande » de Kurt Held, alias « Zora La Rousse », une série Germano-Helveto-Yougoslave de 1978. Diffusée en 1981, la série se situe dans la Yougoslavie (en Croatie ?) dans les années 1930.

Ce sont les aventures d’une bande de jeunes orphelins vagabonds qui vivent de menus larcins dirigée par une jeune fille rousse, Zora. L’actrice qui interprète le rôle éponyme Lidija Kovačević est devenue professeur de lettre après sa courte carrière d’actrice.

Inutile de présenter cette série, le générique d’une des seules diffusions de cette courte série suffira à faire renaître la nostalgie.

Cependant, la production française était loin d’être insignifiante à l’époque. Spécialement pour certaines séries devenues cultes par la suite.

Comme je suis un passionné d’histoire, commençons une des plus célèbres séries historiques de cette période. Qui est aussi une série policière. Bien entendu, vous l’avez compris, je parle de la série « Les Brigades du Tigre ». Comment oublier les introductions en images d’Epinal, le narrateur qui pose l’ambiance. Et « La complainte des apaches » du générique ?

Entre Jean-Claude Bouillon, Pierre Maguelon et Jean-Claude Tribout, l’ambiance surannée, et des énigmes franchement bien ficelées, c’est une série qui a très bien vieillie surtout la première époque (1974-1978), même si je suis moins « fan » des deux dernières saisons (1982-1983) qui se déroulent après le premier conflit mondial.

La troisième série est le point de départ d’une quadrilogie : « Les faucheurs de marguerites » (1974) qui parlent des tous débuts de l’aviation.

Au travers d’une famille fictive, les Dabert, l’histoire de l’aviation jusqu’au deuxième conflit mondial. J’avoue que je n’ai jamais accroché aux suites qu’ont été « Le Temps des As » (1978) qui parle du premier conflit mondial, « La conquête du Ciel » (1980) qui se base dans les années Folles, et « L’Adieu aux As » qui se situe dans les années 1930.

C’est sûrement l’évocation des pionniers de l’aviation (Otto Lilienthal, Clément Ader ou encore les frères Wright) qui m’ont fait conservé un bon souvenir de la série.

Une dernière série, et j’ai eu du mal à choisir vu la richesse en série de qualité à l’époque, c’est le premier volet des aventures de Joëlle Mazart, alias Pause-Café (1981). La toute jeune Véronique Jeannot qui montre les déboires d’une assistante sociale aux prises du tournant des années 1980. J’avoue que j’ai toujours préféré la première saison à la deuxième, beaucoup plus dure que la première.

Quoique la première ne se soulageait pas dans la dentelle, en parlant ouvertement de suicide, de sexe, d’échec scolaire et d’autres sujets quand même sérieux pour l’époque. Et qui sont toujours d’actualité, 32 ans plus tard.

Sans oublier que Marc Lavoine a un petit rôle dans la série.

Pour éviter de me faire traiter de tous les noms, voici quelques autres séries qui ont bercé mes jeunes années :

  • Arsène Lupin avec Georges Descrières
  • Les Rois Maudits (version de 1972, pas la resucée de 2005 qui était… sans commentaires !) Et qui pouvait égaler Jean Piat dans le rôle de Robert d’Artois ?
  • Marie Pervenche (car plus déjantée que Daniel Evenou, fallait le faire)
  • Maguy (le duo Rosy Varte – Jean Marc Thibaut était au top)
  • Les Tripodes, série de SF grand-bretonne dont j’ai déjà parlé sur mon blog.
  • Buck Rogers au XXVe siècle avec Gil Gerrard et Erin Gray
  • Cosmos 1999 avec Barbara Bain et Martin Landau
  • Galactica, la version de 1978

Et j’ai du encore en oublier un paquet… Désolé, désolé, désolé… Car ce fût une époque de productions de qualité, qui ne considérait pas qu’en alignant trois effets spéciaux à la suite, on faisait une série 😉

7 réflexions sur « Mémoires télévisuelles d’un enfant des années 1970, épisode 4 : Les séries mythiques de 1975 à 1985 »

    1. J’ai pas tout connu. J’ai découvert certaines séries lorsque j’étais en vacances en France, mais c’est vrai que ce sont de sacrés souvenirs:
      les brigades du tigres, cosmos 1999, galactica, heu…. sankukai…. 🙂
      Par contre, Maguy ou Marie-Pervenche non, jamais accroché.
      Et merci pour le souvenir d’Arsène Lupin mais avec Déscrières, le meilleur interprète de la série (générique inoubliable de Dutronc!)

      @Jeff: « Les Pardaillan » peut etre? (Merci Googl)

      1. J’ai volontairement parlé des séries trans-générationnelle. Mais tu me donnes une idée pour un billet, tiens 😉

        C’est vrai que Georges Descrières, c’est Arsène Lupin, du moins pour les trentenaires et plus !

Les commentaires sont fermés.