Mango Linux 0.0.1 : quand le syndrome UDGLPMCVCB frappe…

UDGLPMCVCB ? Un acronyme pour : Une Distribution GNU/Linux Pour Mon CV, C‘est Bien ! Cela résume parfaitement le principe qui se cache derrière la Mango Linux. Gerinald sur le forum Terre-des-tux en a parlé rapidement, et bien évidemment, je me suis porté volontaire pour présenter cette distribution.

Mango Linux
, c’est quoi ? Une distribution GNU/Linux qui en partant d’une base OpenSuSE, rajoute des outils pour le design et développement web, la création d’animation, l’édition d’image… L’iso ne semble être disponible qu’en 32 bits pour le moment. Et pour la récupérer, on est obligé d’avoir un compte ouvert chez Google, Linked-In, FaceBook, ou encore un OpenID.

D’ailleurs, si vous voulez des captures d’écran, c’est niet. L’hébergement utilisé n’est pas assez « puissant »… Ce n’est pas très rassurant dès le départ.

De manière plus complète, si on en croit la liste des logiciels utilisés, on peut trouver en plus, dans les grands « paquets » :

Bref, mis à part Kaffeine, l’équipement classique de 95% des distributions GNU/Linux pour le bureau.

Mais ne soyons pas mauvaise langue, et laissons une chance à cette distribution de montrer ce qu’elle a dans les tripes. J’ai utilisé VirtualBox.

Premier défaut : on est obligé de se connecter en root dès le départ. Sympa pour la sécurité… On se retrouve dans un Gnome 3.6, vierge de toute option. En passant par le menu Activités, j’ai pu accéder à l’installateur qui est celui des versions live d’OpenSuSE. Donc un des plus abordables en mode graphique. Cependant, il reste en franglais 🙁

Après l’installation, l’assistant de première configuration nous accueille. Et je vous laisse découvrir la chose en video… Pour info, j’ai essayé en vain avant d’enregistrer la vidéo de dépasser la résolution écran 640×480? Surement un bug de VirtualBox…

A moins que l’installateur ait franchement merdé dans son fonctionnement, que dire de plus que : gnnnn ?!

Pour conclure, une simple question me vient à l’esprit : pourquoi gâcher de la bande passante pour un projet qui fait preuve dès le départ de son inutilité. Vous voulez votre Mango Linux ? Prenez votre distribution préférée, rajoutez Chromium, Kaffeine, Gimp, Blender, Audacity, Rhythmbox, le tout avec IceWM. Et voila. Vous l’avez. Y a-t-il besoin de proposer une distribution pour si peu ? Non.

D’ailleurs, un chiffre résume bien la situation. C’est le récapitulatif de la gazette de Distrowatch qui annonçait l’arrivée de la Mango Linux dans la liste d’attente.

Number of all distributions in the database: 759
Number of active distributions in the database: 303
Number of dormant distributions: 47
Number of discontinued distributions: 409
Number of distributions on the waiting list: 295

Sur le total de distributions listées, 409/759 soit 53,88% sont mortes. 47/719 soit 6,19% dans le coma. Donc on peut estimer que 60% des distributions ne sont plus actives. Est-il besoin d’augmenter ce score avec une énième distribution comme la Mango Linux ? Même pour une version 0.0.1, je suis déçu 🙁

A vous de voir, mais pour moi la réponse tombe sous le sens 😉

4 réflexions sur « Mango Linux 0.0.1 : quand le syndrome UDGLPMCVCB frappe… »

  1. « rajoutez Chromium, Kaffeine, Gimp, BLINDER, Audacity, Rhythmbox ». Non, c’est BLENDER avec un « e ». Petite faute de frappe.
    Sinon excellent article, comme d’habitude 🙂

  2. Je suis assez d’accord sur le non-intérêt de ce type de cette distribution.

    Par contre, dans les distributions non actives, je ne pense pas qu’il faille inclure celles qui sont sur la liste d’attente (1/3 du total) même si toutes ne seront pas forcément dignes d’intérêt.
    J’en veux pour exemple Livarp que j’ai essayé parce que le concept exposé dans une interview du podcast Parole de Tux
    Il nous explique notamment que quelqu’un a proposé sa distribution mais qu’elle reste en liste d’attente et que pour la faire monter plus vite, une petite donation serait le meilleur moyen. Pour autant, même si ce n’est pas une grosse distro, elle est très active et a le mérite d’exister ne serait-ce que pour expérimenter autre chose que Gnome/KDE/Lxde/Xfce

    1. Je n’ai fait que prendre les distributions ajoutées dans la liste des distributions recensées pour mes calculs.

      Sinon, pour la suite, je suis d’accord, la distribution la plus vieille sur la liste d’attente (encore vivante ?) date de 2004 🙁

Les commentaires sont fermés.