Viperr 4 beta : le serpent mord encore et toujours ?

J’ai déjà parlé de la Viperr plusieurs fois sur le blog : Lors de la version 1.0, de la beta de la version 2 ou celle de la version 3. Créé à l’origine par Alexandre Singh alias Darthwound, le projet a été repris par Frédéric Thouin alias Penthium2 depuis sa version 3.

Pour schématiser à l’extrème : vous prenez la dernière Fedora Linux, vous y rajoutez OpenBox et des outils légers, et vous avez en gros la Viperr. Ou pour reprendre les termes de la page d’accueil de la distribution :

Viperr est un remix ayant pour objectif de coupler les qualités de CrunchBang avec les avantages d’une base Fedora®.
Voici donc un live MEDIA léger et rapide, pratique, simple, original, et incluant des logiciels récents mais stables.

Sur la page Google+ du projet, une annonce a été faite récemment, celle de l’arrivée de l’image ISO de la béta. Uniquement disponible en 64 bits pour le moment, la version 32 bits devant suivre. Cette nouvelle version de la Viperr est basée sur la Fedora Linux 19 sortie il y a quelques jours.

J’ai donc fait chauffer mon wget et j’ai récupéré l’ISO.

[fred@fredo-arch ISO à tester]$ wget -c http://coyotus.com/viperr/iso/Viperr4_bWW030713_x86_64.iso
–2013-07-05 08:37:36– http://coyotus.com/viperr/iso/Viperr4_bWW030713_x86_64.iso
Résolution de coyotus.com (coyotus.com)… 2001:41d0:1:1b00:213:186:33:4, 213.186.33.4
Connexion vers coyotus.com (coyotus.com)|2001:41d0:1:1b00:213:186:33:4|:80…connecté.
requête HTTP transmise, en attente de la réponse…200 OK
Longueur: 850395136 (811M) [application/octet-stream]
Sauvegarde en : «Viperr4_bWW030713_x86_64.iso»

100%[======================================>] 850 395 136 1,53MB/s ds 8m 19s

2013-07-05 08:45:55 (1,63 MB/s) – «Viperr4_bWW030713_x86_64.iso» sauvegardé [850395136/850395136]

Pour la présentation, j’ai utilisé ce bon vieux VirtualBox.

Après un démarrage rapide, on se retrouve sous le bureau de la Viperr 4 beta. L’installateur se lance au bout de quelques secondes. Ce n’est pas un bug de la béta, après avoir contacté le mainteneur de la Viperr qui m’a donné des informations complémentaires. Pas grave, je comptais l’installer de toute façon. Et on peut toujours fermer le programme si on veut utiliser la Viperr sans passer par la case installation.

Et ici, on retrouve Anaconda nouvelle génération, l’installateur qu’on aime à détester. Inutile de s’apesantir dessus. Contrairement à la Fedora Linux 19 version Gnome, j’ai directement créé un compte utilisateur dès le départ. Il n’y a pas d’assistant de création d’utilisateur dans Viperr après l’installation de la distribution.

Une fois la distribution installée, et la session utilisateur ouverte, l’assistant de finition se lance. Ses tâches principales sont dans l’ordre suivant :

  1. Récupération et installation des mises à jour
  2. Installation de LibreOffice (4.1rc1 ?) en lieu et place d’Abiword (si on le désire)
  3. Activation du verrouillage du pavé numérique avec numlockx
  4. Ajout du support des imprimantes.
  5. Ajout de Dropbox, du greffon Adobe Flash Player
  6. Ajout de LAMP, pour le développement et l’auto-hébergement web
  7. Pour les joueurs, on peut rajouter Minecraft
  8. Ajout des fonds d’écrans supplémentaires (Viperr et Minecraft)

Une des grosses différences entre la Viperr 3 et la Viperr 4 est l’utilisation de la barre Tint2 en lieu et place d’un composant de Xfce pour pour gérer le menu, l’affichage de l’heure, de la date, des bureaux virtuels, des applets.

Et comme d’habitude, une petite vidéo de la distribution en action pour montrer l’ensemble de manière dynamique 😉

L’ensemble est très rapide, minimaliste mais sans tomber dans l’austère et le complètement inutilisable. J’avoue que j’ai bien apprécié la vitesse de l’ensemble. Le choix des logiciels proposés est intéressant, même si j’ai une préférence pour QuodLibet et VLC au lieu d’Exaile et Gnome MPlayer 🙂

Pour finir, c’est une distribution qui se bonifie au fil des versions, et qui mériterait largement de devenir à terme un « spin » officiel de la Fedora Linux. Les deux seuls points noirs : l’obligation de modifier le menu à la main en cas d’installation de logiciel, et le chargement de session qui est un peu lent.

Maintenant, à vous de voir, mais j’avoue que cette version risque de faire de l’oeil à mon ordinateur portable 😉

4 réflexions sur « Viperr 4 beta : le serpent mord encore et toujours ? »

  1. Intéressant, je suis à la recherche d’un bon remix/fork de fedora qui pallierait à ses divers inconvénients.
    Mais qu’apporte cet distro ? Juste une custo openbox (qui sera perdu pour moi qui utilise des install en dur avec homes dir) et un script de post install ?
    Quels sont les repos utilisés (ceux de fedora ou leur propres repo) ?
    Est ce que la distro apporte des packages spécifiques et si oui quoi ?
    Merci des infos !
    PS : pour modifier les menus openbox tu as obmenu.
    PS2: Je me rappelle plus si openbox gère les fichiers .desktop

  2. merci frédéric pour ton article.

    pour répondre a manifesto il y a très peu de soft en plus, en effet c’est surtotu une costumisation de l’interface openbox, mais ca a la mérite d’aporté une install de fedora directement en openbox

    pour les soft pur viperr en plus il y a :
    nitrogen
    tint2svn
    pitile
    transset-df

    et si je croise un soft que je trouve bien ou qu’on me soumet qui n’est pas dans les depots Fedora et qu’il est pas trop dur a compiler en rpm alors je le génère.

  3. merci pour ces précisions.
    A mon avis y a plein de choses intéressantes à faire en améliorant fedora qui est riche en logiciel mais avec des limites etranges.
    Chrome, driver non libres et virtualbox, en ce moment je suis souvent sur Korora mais c est pas encore ca.

Les commentaires sont fermés.