Trois ans après le « free adgate », voici venu le temps de la « adblock war »…

Note préliminaire : je comptais publier cet article le 29 mars 2016, mais Cyrille Borne a pondu un article qui m’a fait penser que la publication devait être avancée de quelques heures.

J’enfile mon costume d’historien à deux centimes d’euros pour l’introduction de cet article. Souvenez-vous, nous sommes début janvier 2013. L’opérateur Free via une mise à jour du micrologiciel l’option de bloquer la publicité à vue, le tout à la discrétion de l’internaute. C’est alors le grand bal des faux-culs et des hypocrites qui commence, hurlant à tout va qu’on viole la neutralité du réseau… Benjamin Bayard de la FDN n’était pas du même avis. Étrangement, d’ailleurs 🙂

Surtout que cela touche les dites personnes en plein amour propre, je veux dire en plein portefeuille. Il faut rester honnête. Depuis 2013, la situation des personnes qui vont sur la toile sans bloqueur de publicité est une horreur sans nom. Quand je dépanne des amis et que je leur demande : « Tu veux que je te mette un outil pour bloquer les publicités ? », c’est tout juste si je ne vois pas couler des larmes de bonheur sur leurs joues.

Tuxicoman a fait un petit test… Aux résultats effarants. Sur trois articles de trois journaux qui touchent des sommes non négligeables en subventions, à savoir Liberation, Le Figaro et L’Express (merci Daniel pour la piqûre de rappel), en virant le contenu publicitaire, on gagne jusqu’à 87% en temps de chargement, et 68% en taille récupérée… Loin de 10 à 15% que j’avais mesuré en juillet 2014.

Le Geste, en gros le syndicat qui défend bec et ongles le modèle du financement publicitaire, a lancé une opération de blocage de bloqueurs de pubs, visant AdBlock plus, le moins éthique de tous. NextInpact en a parlé avec au passage quelques coups de pieds à une industrie qui ne veut pas se remettre en question. Ce qui m’a inspiré la commande suivante au dessinateur de talent Péhä :

fred_vs_adblock2 Continuer la lecture de « Trois ans après le « free adgate », voici venu le temps de la « adblock war »… »

De la pollution des commentaires liés à l’éternel conflit du Moyen-Orient.

Cet article est un coup de gueule qui concerne ma lassitude de l’import en Europe et ailleurs du conflit au Moyen Orient.

Conflit entretenu en parfaite COLLABORATION par les EXTRÉMISTES juifs qui ont noyauté le Likoud et les EXTRÉMISTES musulmans du Hamas, deux mouvements boutefeux et de fouteurs de guerre qui n’ont aucun intérêt à ce que le processus de paix reprenne.

Aux personnes qui vont vouloir parler du conflit israélo-palestinien dans les commentaires comme pour l’article précédent qui m’a foutu en colère au point de fermer les commentaires, voici ce que je vais dire, et ce sera simple : VOUS ME CASSEZ LES COUILLES, QUELQUE SOIT VOTRE CAMP !

Mon point de vue est simple, et s’exprime ainsi, débouchez-vous les oreilles : Je ne suis ni pour les uns, ni pour les autres, mais pour que les deux peuples cohabitent en paix !

Si on ne peut plus parler d’un album de musique sans être empoisonné par ce conflit, que dire ?

Il est facile d’employer le terme de génocide, comme cela a été le cas dans le commentaire qui m’a forcé à fermer l’article précédent.

Qu’on parle alors de celui qui a lieu depuis la fin des années 1950 au Tibet et où sa population est lentement mais sûrement réduite à néant par le pouvoir central de Pekin. Mais c’est vrai que se mettre à dos le milliard et demi de chinois, c’est pas trop conseillé.

Il y a des SALAUDS des DEUX côtés, quelque soit la guerre. Maintenant, si vous êtes INCAPABLES de comprendre cela, je vous invite à aller voir ailleurs.

Je vais donc finir ce billet avec un titre de Georges Brassens reprit par Maxime Le Forestier.

Merci de votre compréhension.

Quand culture rime avec argent… Un petit « worst of » des pratiques des acteurs de la culture…

Oui, j’utilise un « néologisme ». On emploie souvent le terme de « best of » pour parler du meilleur. Mais pourquoi ne pas parler du pire, donc le terme « worst of » (le pire de) pour montrer les dérives qu’on peut constater.

Commençons par le monde de l’édition du livre. Dans un article du site « Lecteurs en colère« , on apprend que désormais certains éditeurs, apparemment une minorité, s’amusent à pondre des versions différentes du même livre au format électronique.

En gros, c’est pour reprendre le titre de l’article en question, « l’invention du livre numérique au format poche ».

Pour vous mettre l’eau à la bouche, je cite le morceau de choix du début de l’article, c’est assez clair…

[…]Dans toute courte vie d’un livre, celui-ci commence souvent par un grand format. C’est le cas du livre qui nous concerne aujourd’hui. Paru aux Editions Denoël, Cleer de L. L. Kloetzer suit ce cheminement classique.

Ce titre ayant rencontré un certain succès, il a donc continué sa vie sous le format poche, chez Folio SF.

Rien d’anormal jusque-là. Mais si on se penche sur la version numérique de ce titre, c’est là que tout se complique un peu. Un livre numérique, tiré du format poche ou du grand format, est à peu de chose près le même ; le texte n’a pas soudainement rétréci ou perdu de sa valeur.

Et pourtant, dans le groupe Gallimard (eh oui, précisons que Denoël et Folio SF font partie du même groupe), ils ont réussi à inventer le livre numérique au format poche…[…]

Le reste de l’article est assez intéressant sur certaines pratiques qui sont vraiment très croustillantes.

Bah, je sens arriver les arguments en béton armé pour justifier ce genre de pratiques… Mais ne soyons pas aveugle, et parlons donc d’une pratique qui me débecte particulièrement et qui touche l’industrie de l’inculture musicale : la multiplication des éditions à tort et à travers…

Continuer la lecture de « Quand culture rime avec argent… Un petit « worst of » des pratiques des acteurs de la culture… »

Distrowatch, le site que l’on aime à détester… :)

Dans un article du mois d’août 2013, je parlais du sport préféré – car les utilisateurs de GNU/Linux ne sont pas uniquement barbus, myopes et amateurs du duo pizza plus soda – à savoir casser du sucre sur Distrowatch.

Dans l’article en question, je parlais des trollifères statiques de fiches d’informations vues quotidiennement. Mais un commentaire sur l’article consacré à mon précédent coup de gueule, Laurent Napias a posé la remarque qui tue, je cite :

Par contre, je ne comprends pas que tu continues à baser ton argumentaire via une source qui nous le savons tous n’apporte absolument rien : distrowatch.

C’est ici le noeud du problème. Contrairement à ce que dit le commentaire en question, Distrowatch apporte énormément. J’ai cité dans mon article coup de gueule une statistique intéressante : la mortalité des distributions indexées sur le site.

Qui selon, mon humble avis de vieil emmerdeur, est le révélateur de la politique du « fork qui est lancé comme on en a envie d’uriner ». Je vous conseille aussi de lire un article de Philippe Scoffoni très intéressant sur le sujet.

Continuer la lecture de « Distrowatch, le site que l’on aime à détester… 🙂 »

Les occasions manquées des distributions GNU/Linux.

Cyrille Borne, grand consommateur d’Orangina rouge à l’orange sanguine ou de Nutella (??), a déposé dans un commentaire sur un billet posté par Cep une vision assez sombre pour les distributions GNU/Linux. Voici la partie du commentaire en question qui parle justement de cet avenir.

Compte tenu du public qui va s’orienter dessus, je pense que les distributions grand public sont condamnées, on aura debian pour les gens comme moi, Arch pour les gens comme toi qui remplace Gentoo il y a quelques années, peut être une distribution grand public comme Ubuntu et encore. Moralité, Manjaro, trop petit, finira par crever. Les distributions en rolling release ça continuera à faire marrer les gens qui ont du temps à consacrer au paramétrage fin de la machine, jubiler d’avoir la dernière bibliothèque.

J’adore la pique sur les rolling releases, mais passons. Et je pense que Manjaro Linux a les reins plus solides que Cyrille ne l’estime.

Cependant, cela m’a fait penser à plusieurs occasions manquées plus ou moins récente dans le domaine des distributions GNU/Linux. Et précisément trois d’entre elles. Plus ou moins chronologiquement, Gobolinux, Frugalware Linux et la Linux Mint Debian Edition.

Continuer la lecture de « Les occasions manquées des distributions GNU/Linux. »

Le « faux-lettrisme » numérique, caractéristique des « digital natives » ?

Par « faux-lettrisme », je veux dire : la connaissance imparfaite de l’outil informatique et de certaines notions qui sont indispensables à une bonne hygiène numérique.

J’ai pu lire récemment la traduction d’un article anglais sur Lunatopia qui m’aurait fait exploser la vessie de rire si le constat n’en était pas terriblement vrai : « Les gamins ne savent pas utiliser les ordinateurs… Voici pourquoi ca devrait vous inquieter. »

Je vous conseille la lecture de cet article qui est une sacrée claque. On considère souvent à tort que la jeune génération alias « Digital Natives », les 16 à 25 ans sont des cracks en informatique car ils y passent une grande partie de leur temps libre. Rien n’est plus faux.

Prenons un groupe de 100 personne de cette tranche d’âge, utilisant quotidiennement l’informatique, imaginons le résultat que donnerait les questions suivantes.

  1. Qui sait ce qu’est un navigateur internet ? Et m’en citer un nom ?
  2. Qui sait comment réinstaller MS Windows s’il le faut ?
  3. Qui sait nettoyer son disque dur des fichiers inutiles ?
  4. Qui défragmente régulièrement le contenu de son disque dur ?

Je pense que les résultats seraient… catastrophiquement intéressant à observer. Car il faut être honnête. Une grande partie des 16 à 25 ans passe son temps libre sur Facebook – pour parler du dernier tube à la mode ou dire que Mamie Jeannette a attrapé la grippe intestinale – sur Twitter pour poster leurs états d’âmes qui n’intéressent qu’eux ou encore sur Ask.fm a poser des questions qui ont autant d’intérêt que la dernière saison de la dernière télé-réalité à la mode.

Continuer la lecture de « Le « faux-lettrisme » numérique, caractéristique des « digital natives » ? »

Ubuntu Edge, où comment un vapor-hardware devient un superbe coup de communication.

Si vous n’avez pas entendu parler de l’Ubuntu Edge, c’est que vous n’êtes pas branché technique, et surtout gadget pour barbus. Le 22 juillet, date d’annonce du projet et du lancement participatif, j’exprimais mon point de vue dans un article qui me faisait penser que Canonical voulait s’assurer d’écouler quelques milliers d’exemplaires de son téléphone.

Outre le fait que demander 32 millions sur un mois semble se réveler de plus en plus irréaliste, même si Bloomberg a déposé un « don » de 80 000 dollars.

Cependant, le compteur qui avait explosé dans les premiers jours est très loin du compte.

J’ai fait une capture d’écran à 9 h 46, ce 8 août. Et le compteur est à 8 509 946 $.

Pour mémoire le compteur dépassait les 4,5 millions en un peu moins de 48 heures, dixit l’article du 24 juillet de PC-Inpact.

Continuer la lecture de « Ubuntu Edge, où comment un vapor-hardware devient un superbe coup de communication. »

De l’inculture historique profonde des opposants les plus extrèmes au « mariage pour tous »….

Je m’étais juré de ne plus pondre de billets sur le mouvement des anti- « mariage pour tous », mais leur volonté d’obstruer et de museler les partisants d’une égalité complète des personnes, à cause de leur orientation sexuelle comme jadis à cause de la couleur de peau ou de la confession, sur le plan civil m’oblige une nouvelle fois à pondre un billet.

Dans une volonté de casser une des égéries du mouvement du mariage pour tous, j’ai nommé Caroline Fourest , un slogan est ressorti, plagiant les mouvements anti-racistes, je cite le morceau de l’article en question :

Massés sur les quais, surchauffés, cavalant dans les couloirs, ils scandent « Première, deuxième, troisième génération, nous sommes tous des enfants d’hétéros ».

Tous des enfants d’hétéros ? Vraiment ? Il n’y a jamais eu de mariage arrangé pour cacher la honte d’un parent homosexuel ?

L’histoire de France a au moins deux personnages célèbres qui descendent d’un homosexuel notoire. J’ai nommé Philippe Egalité, et son fils, un certain Louis-Philippe 1er, ultime monarque français (1830-1848). En dehors du deuxième Empire, bien entendu.

Philippe Egalité, de son véritable nom Louis-Philippe d’Orléans (1747-1793), mort sur l’échafaud, député aux Etats Généraux en 1789, s’engagea pour la Révolution, au point qu’il vota pour que Louis XVI finisse sur l’échafaud le 21 janvier 1793.

Remontons donc la généalogie de Philippe Egalité. Son père était Louis Philippe d’Orléans, dit « Le Gros » (1725-1785). Son grand-père, Louis d’Orléans, dit « Le Pieux » (1703-1752).

Continuer la lecture de « De l’inculture historique profonde des opposants les plus extrèmes au « mariage pour tous »…. »

Publicité sur les sites web : Quand on cherche le bâton pour se faire battre…

…Il ne faut pas se plaindre de se retrouver avec le fessier en marmelade. Le 9 avril, Pc-Inpact (un des rares sites sur lequel mon bloqueur de pub est désactivé) a pondu un article sur l’électro-choc que provoque une utilisation massive d’Adblock.

Votre serviteur y a été cité, ainsi que le plus méchant prof de maths de la blogosphère francophone, j’ai cité Cyrille Borne. Je cite le passage en question, concernant la culpabilisation des vilains internautes qui osent utiliser un bloqueur de pubs sur leurs navigateurs :

Dans le premier cas, c’est le côté culpabilisateur qui semble avoir le plus posé problème, surtout que l’on trouve un dossier conseillant l’utilisation d’Adblock Plus sur le même site. Il est toujours possible de lire plusieurs réactions qui vont dans ce sens et qui avaient été publiées à l’époque sur le blog de Cyrille Borne ou sur le compte Google+ de Frederic Bezies par exemple.

D’ailleurs Cyrille a pondu un billet récemment sur le gain de visite suite à l’article de PC-Inpact.

Continuer la lecture de « Publicité sur les sites web : Quand on cherche le bâton pour se faire battre… »

Coup de gueule : Manif pour tous, la volonté de maintenir une ségrégation sexualisée ?

C’est un article que j’ai longtemps hésité avant d’écrire, car je pense que je me mettrais à dos pas mal de personne avec mon propre avis sur un sujet brûlant et clivant : le mariage pour tous.

Depuis le début, je suis resté silencieux, mais les débordements récents m’ont inspiré ce billet. Je le dis de but-en-blanc : je suis pour l’ouverture du mariage aux personnes de même sexe. Oui, je suis une personne qui considère que le terme Egalité du fronton de nos mairies est bafoué.

Je suis né deux mois avant que Georges Pompidou ne meurt d’un cancer. Pour les personnes ayant une culture historique faible ou incomplète, Georges Pompidou est décédé en avril 1974. Je suis né dans une République qui considérait encore les personnes homosexuelles comme des malades mentaux. Et qui au nom du peuple français continuait à trancher en deux au niveau de la nuque des personnes condamné à la peine capitale.

Avant que Robert Badinter abolisse cette abomination, il y eut trois exécutions : celle assez controversée de Christian Ranucci, de Jérome Carrein et de Hamida Djandoubi.

L’abolition est passée sans référendum. Il faut dire qu’à l’époque l’abolition aurait été sûrement rejetée. En 1982, l’homosexualité est dépénalisée, contrairement à certains pays où être homosexuel est passible de la peine capitale, encore de nos jours.

Continuer la lecture de « Coup de gueule : Manif pour tous, la volonté de maintenir une ségrégation sexualisée ? »

Le mouvement #geonpi, une vaste arnaque ?

Une révolte est née parmi les auto-entrepreneurs et les entrepreneurs tout court. Ils se plaignent qu’on les prennent pour des pigeons, qu’ils doivent s’acquitter dans le projet de la loi de finances 2013 d’une taxe de 60,5%.

Oui, mais sur quoi précisément ?

Cet article, au titre qui sent bon le vitriol, de contrepoints.org éclaire les 60,5% en question, je cite le morceau en question sur la taxe.

Je ne connais pas un seul fondateur de startup qui acceptera l’idée que, en créant une entreprise dans laquelle il va investir toutes ses économies et des années d’efforts, souvent sans se payer, il donnera à l’État 60,5% de son gain quand il vendra sa boite s’il réussit. Il faut savoir que 9 startups sur 10 échouent, et dans ce cas personne ne rembourse le fondateur.

Vous avez bien lu, 60,5% en cas de revente de l’entreprise. Jusqu’à preuve du contraire, si on monte une boite, ce n’est pas pour la revendre quelques années plus tard. Sinon, quid d’entreprise comme FaceBook, Google, ou encore Iliad, même si Iliad est née avant la folie des startup qui a connu son heure d’infamie avec l’explosion de la Bulle 1.0.

Et il est connue que toute personne qui se mets à son compte fonde une start-up, même le plombier qui se met à son compte en parallèle d’une activité salariée 🙂

Continuer la lecture de « Le mouvement #geonpi, une vaste arnaque ? »

Tuons une légende urbaine du logiciel libre sur MATE.

Une légende urbaine a été propagée sur MATE, dérivé du code source de Gnome 2.32.1. Cette légende urbaine, propagée entre autre par cet article de ManiacGeek, je cite le morceau en question, veut que MATE soit une réalisation de Linux Mint, alors que l’interface maison de Linux Mint, c’est Cinnamon !

« A tel point que les utilisateurs se sont précipités sur MATE, le fork de Gnome 3 développé pour Linux Mint. »

C’est faux ! Archi-faux ! Ultra-faux ! MATE n’est pas né avec son inclusion dans la Linux Mint 12, je cite les notes de publication de Linux Mint 12 :

« MATE is brand new, it’s not completely stable yet, and it’s missing a few parts. It’s being actively maintained and with close collaboration between the MATE developers and Linux Mint. With time the project will gain maturity and provide users with a traditional and solid desktop experience. »

Ce qui donne traduit :

MATE est tout jeune, ce n’est pas encore complètement stable et il manque quelques morceux . Il est activement maintenu avec l’étroite collaboration entre les développeurs de MATE et de Linux Mint. Avec le temps le projet gagnera en maturité et fournira aux utilisateurs une expérience traditionnelle et solide de bureau.

De plus, dès septembre 2011, 3 mois après le lancement du projet, j’avais consacré un article à MATE. soit deux mois avant que la Linux Mint 12 ne sorte.

Enfin, pour tuer cette légende urbaine de manière complète, voici le message posté le 18 juin 2011, annonçant la naissance de MATE, du moins, son introduction :

Hello everyone.
I’ve made a GNOME2 fork. I’ve called it « Mate ».
My english is not so good. And so, maybe I can not give support in English.
Correct me if I’m wrong. Any suggestion is welcome.

…sorry about short description.

MATE Desktop Environment, a non-intuitive and unattractive desktop for users, using traditional computing desktop metaphor. Also known as the GNOME2 fork.

Inutile de traduire, je pense.

Alors, la prochaine fois qu’une personne dira : « MATE, le projet de la Linux Mint ? », il ne restera plus qu’une chose à faire : lui donner une fessée cul-nu, en place publique avec une poignée d’orties bien fraiches !

Vers une informatique de défiance ?

Nous vivons une époque formidable. Mais si ! Depuis des années, on nous parle de sécurisation de l’informatique personnelle. Je suis entièrement d’accord, il faut sécuriser l’informatique, surtout à une époque d’ultra-connectivité.

Cependant, l’énième avatar de cette volonté de sécuriser l’informatique, à savoir la technologie SecureBoot (et l’effet « indésirable » que cela entraînera à terme sur la communauté du libre au plaisir non dissimulée de Microsoft, comme je l’ai exprimé sur un article écrit pour Chatinux), risque de provoquer la naissance d’une informatique où la défiance sera la règle.

Depuis le projet « Palladium » de 2003, tous les efforts pour rendre l’informatique plus sure se résume à rajouter verrous sur verrous, clés sur clés. Depuis la célèbre puce Fritz les efforts ont été constants.

Les verrous numériques ont fait depuis longtemps la preuve de leur inefficacité ou de leur nuisance envers les utilisateurs honnêtes. Les verrous des DVD et des BluRay ont soit été cassés soient contournés. Cette course à l’armement sera sans fin.

Quand on me parle du principe de SecureBoot, qui n’autorise le démarrage que si la clé annoncée par le système d’exploitation est autorisée donc valide, ça me fait penser à une scène du film « Gattaca« .

Dans cette scène, on voit la population « valide » accéder à leurs lieux de travail en se basant sur une goutte de sang, comme une clé pour ouvrir une porte. Des outils vérifient que cette goutte de sang est celle d’une personne qui a le droit d’accès ou pas.

Mais il ne faut pas oublier que d’autres étapes de cette informatique signée existe dejà : par exemple l’AppleStore ou encore la fonctionnalité GateKeeper du futur MacOS-X Mountain Lion.

Car l’informatique dite « de confiance » ne pourra l’être sans une forme minimale de censure. Censure technologique qui sera l’utilisation de clé qui donnera l’autorisation ou non au système d’exploitation de lancer l’application.

D’ailleurs, le principe existe depuis des années sur MS-Windows, avec les pilotes dit WHQL. Cependant, on peut toujours installé un pilote non-WHQL, le système prévenant l’utilisateur.

On ne protègera pas uniquement l’informatique par l’obscurité et l’empilement de verrous plus ou moins solide. Un minimum de pédagogie et d’information est nécessaire.

SecureBoot est une mauvaise réponse à une bonne question : comment éviter que des logiciels vérolés ne démarre sur une machine ?

Et pour finir, je reprendrais la conclusion de mon article sur Chatinux :

Tirons donc notre chapeau à l’enseigne de Microsoft qui en combattant le problème des machines qui pourrait faire démarrer une version frelatée (piratée ?) d’un OS, cela aura comme effet “kiss-cool” de se débarrasser d’un concurrent minuscule : GNU/Linux. Quoique la communauté GNU/Linuxienne s’occupe très bien de son cas toute seule, comme j’ai pu l’écrire sur mon blog personnel, avec un billet teinté d’humour acide.

En voulant conforter l’utilisateur en lui disant : avec telle et telle technologie tu seras à l’abri, cela créera d’abord un sentiment fallacieux de sécurité et engendrera une défiance envers l’outil informatique au final.

Ah, qu’il est bon d’avoir un bouc émissaire…

L’ancien triumvirat téléphonique qui prépare des plans de dégraissage sociaux a décidé que Free Mobile était responsable de cela et aussi de tous leurs malheurs depuis janvier dernier… Tout comme de l’entente illicite qui leur a valu récemment la confirmation d’une amende d’un demi-milliards d’euros, plus connue sous le nom du « Yalta du Mobile ».

Donc, Free Mobile qui en janvier dernier ne proposait que 2 offres. Pour mémoire, cette vidéo aux alentours de la 4ième minute montre la simplicité des offres de l’opérateur Univers Malpropre Mobile SFR. Il est vrai qu’au nom du confort de l’utilisateur, rien ne vaut une démultiplication des offres. Histoire de s’y perdre complètement à la fin, et de mieux siphonner les finances du gentil client.

Et que dire des croches-pieds ? La couverture insuffisante en février dernier, puis la saisine par les syndicats de la téléphonie mobile – hommes de paille des dirigeants du triumvirat historique – du Conseil d’Etat en juin dernier.

Je suis chez Free Mobile depuis janvier dernier. Cela fait donc 6 mois. Pour 15,99€ mensuel, je consomme en moyenne 1 h 30 à 2 heures de voix, 100 à 150 Mo de data et une centaine de SMS. J’avais eu un consommation équivalente auparavant chez BTP Bouygues Télécom. La note ? Pas loin de 70€…

Donc, dans le pire des cas, j’ai déjà économisé 54*6 = 324 €. Si on sort les 99€ que m’a couté mon téléphone nu, donc non subventionné, je suis bénéficiaire au maximum de 225€… Et je suis libre de partir quand j’en ai envie, si j’en ai envie, avec une carence de 10 jours.

C’est donc sur l’arnaque du téléphone subventionné dont on ignore le coût réel que Free Mobile a décidé de contre-attaquer, et SFR (qui lui a mis pas mal de bâton dans les roues) se prend une plainte en pleine face. Juste retour du bâton ?

Je cite :

Une grande partie des opérateurs mobiles, dont les trois historiques France Télécom, Bouygues Telecom et SFR, subventionnent l’achat par leurs clients de téléphones portables en échange de la souscription d’un engagement de longue durée de 12 mois, ou le plus souvent de 24 mois.

« C’est une façon de faire du crédit à la consommation déguisé (…) sans se soumettre aux contraintes légales », déclare Xavier Niel dans l’entretien à Capital, dont des extraits sont mis en ligne sur le site internet de la publication.

« Cela revient à pratiquer des taux d’usure de 300 ou 400% que le consommateur ne voit pas », ajoute-t-il.

Une question simple vient à l’esprit : dans le cadre d’un bon vieux contrat qui permet de rendre captif un client sur un ou deux ans, combien coûte le téléphone au final ? Et combien coûte le forfait ?

Pour mémoire, j’avais reproduit un entretien avec une « conseillère SFR » en février dernier.

J’ignore quel sera le résultat de la plainte. Mais si cela pouvait permettre de montrer l’arnaque que sont les mobiles subventionnés, ce ne serait pas un mal au final. Free n’est pas le chevalier blanc, mais au moins, chaque fois qu’il a fait des offres, le client a été gagnant au final. Souvenez-vous des offres à 45 € par mois pour de l’adsl nu en 2002…

L’oiseau du tonnerre a fait couler pas mal d’encre électronique.

Depuis une grosse semaine, un bruit se répand sur la blogosphère libre : la Fondation Mozilla va arrêter le développement de Mozilla Thunderbird… Non seulement, deux développeurs du logiciel, démontent la rumeur, à savoir Ludovic Hirlimann, et Mike Conley mais Tristan Nitot met une nouvelle fois les points sur les i et les barres sur les t

Je me suis abstenu de parler de cette annonce prématurée sur le blog, mais l’une des meilleures réponses que j’ai lu est celle de PostBlue : Thunderbird : pas de nouveauté, pas de chocolat :

Certains libristes s’emballent, lisent vite la nouvelle de la génération mac se faisant une bonne gorge chaude à dire que « chez-eux-c’est-mieux-d’abord », et nous y sommes : Mozilla va arrêter le développement de Thunderbird. D’autres d’ailleurs vont plus loin encore, puisque l’arrêt de Thunderbird enfoncerait la crédibilité de la communauté opensource.
[…]
Pour moi, voir la mort d’un projet à l’arrêt de sa course effrénée aux nouveautés, au profit d’une recherche plus poussée de stabilité et de sécurité est, en soi, quelque chose de drôle. Oui, vraiment : drôle. Allons dire ça à Debian ou à LaTeX, qu’on se marre. Il ne m’étonnerait même pas qu’on en vienne à se se taper sur la cuisse, le rire gras et tonitruant, en pensant à tant de beauf^WAppl^WUbun^Wsuperficialité à l’égard du logiciel. Pas de nouveauté, pas de chocolat, c’est ça ?
[…]
La stabilité et la sécurité d’un logiciel tel qu’un client mail en sont pour moi les deux caractéristiques essentielles, qui ne peuvent pas s’effacer au bénéfice d’un « effet d’annonce » aussi vide que l’éjaculat-pré-release de Firefox. Cette illusion de la nouveauté, parée de tant d’artifices clinquants, m’effraie : peut-on avoir confiance en un projet qui, tous les trois mois et demi, ajoute un bouton ci et là, change un menu mais pas ses fonctions, juste histoire de rester psychologiquement à jour, sans pour autant assumer de se consacrer à la stabilité et à la sécurité de celui-ci ? À mon avis, non.

C’est le genre d’article que j’aurais voulu écrire, mais je pense que les mots auraient été un peu moins diplomatique.

Maintenant qui croire ? Les personnes qui sont au coeur du développement du logiciel ou de sombres magazines partisans ?