2500e billet, déjà…

Le blog est né fin septembre 2005, et après avoir fêté son 2000e billet le 30 janvier 2013, voici donc le 2500e au compteur.

Il m’aura fallu 568 jours, soit un an, 7 mois et 22 jours pour y arriver. Sur les 81 semaines écoulées, cela fait une moyenne de 6,17 billets par semaine. Houla, c’est peut-être un peu beaucoup, mais il faut dire que l’actualité a été chargée, surtout grace à la musique, les coups de gueule sur la surdose publicitaire ou encore sur mes essais scripturaux, sur les presque 20 mois qui viennent de s’écouler.

Donc, si la moyenne se maintient, le 3000e billet sera courant avril ou mai 2016, si le blog existe encore. Je me demande à combien de billets j’en serais pour les 9 ans du blog, fin septembre 2014…

Et bien entendu, l’indispensable capture d’écran ;)

2500e billet de blog

Je suis un vilain idéologue, vous l’ignoriez ? :D

J’ai reçu un courrier enflammé de la part d’une personne travaillant pour un site que j’avais employé dans un vieil article concernant mon point de vue sur la dangerosité intrinsèque de faire dépendre le financement d’un site internet par la seule manne publicitaire. Un vieux billet d’avril 2014 avec une vidéo à l’appui.

Apparemment, ayant froissé certaines sensibilités d’un site qui doit avoir 20 à 30 fois plus de visites quotidiennement que mon humble blog, dont le pic a été une journée à 2500 pages vues, et qu’un article vu peut-être une centaine de fois depuis sa rédaction a été source d’un fil de messages où les leçons de morale se sont succédées aux « vous n’y connaissez rien », ou encore « votre métier de blogueur n’a rien à voir avec celui d’éditeur ».

Statistiques juillet 2014

Non seulement, je ne suis pas un blogueur de métier, et s’il y a une cinquantaine de personnes en France métropolitaine qui peuvent le prétendre, ce doit être le bout du monde.

Mais qu’on soit blogueur ou éditeur, on tombe sous le coup de la loi du 29 juillet 1881, dite loi sur la liberté de la presse.

Je suis d’accord, l’humble blogueur que je suis n’a pas à se poser de questions sur comment payer la facture de l’hébergement du blog ou le salaire des collaborateurs. D’ailleurs, dans le respect de la loi de 1881, je préfère par sécurité fermer les commentaires d’un article au bout d’une semaine, les spams ayant tendance à arriver sur les vieux articles.

Des gros sites dits d’informations jouent avec le feu, mélangeant allègrement le publi-rédactionnel avec le vrai rédactionnel, imposent des panneaux infranchissables, des intermèdes musicals ou autre cochoncetés de ce style. Du pousse au crime pour installer un bloqueur de publicité, donc. A cause de cette minorité d’orifice excréteur fessiers, les sites honnêtes et respectueux envers leurs visiteurs payeront les pots cassés.

La principale remarque a été que je suis un idéologue , et je dois dire que je suis en partie d’accord. J’ai des opinions et des idées, je les exprime, je les argumente.

On pourrait appliquer ce terme aussi à Ploum quand il parle du sujet de la publicité sur la toile, que ce soit son coût réel, son coût humain, ou sur un business-model en mal de renouvellement.

Continuer la lecture de Je suis un vilain idéologue, vous l’ignoriez ? :D

Opération transparence !

Avec un titre digne d’un mauvais film d’espionnage, j’ai décidé de faire un petit listing des coûts engendrés par la catégorie musique de mon blog. Je vais prendre la période janvier à juillet 2014 comme exemple, en sachant que la moyenne est à peu près la même depuis environ deux ans, même si j’ai levé un peu le pied.

Comme je l’ai précisé dans un précédent article, chaque fois que je parle d’un album, c’est que je l’ai acheté, ou encore et je le précise en toutes lettres, je l’ai reçu en cadeau de la part du groupe ou de l’artiste, comme pour l’EP d’In Limbo.

Juillet 2014 : Transition et Cyborgs de Kassiel : 2x5€

Juin 2014 :

Mai 2014 :

Continuer la lecture de Opération transparence !

Les blogueuses et blogueurs indépendants, denrée en voie de raréfaction ?

Il faut le dire, la situation est simple. Les blogueuses et blogueurs indépendants, c’est une denrée en voie de raréfaction. Il y a plusieurs maux qui gangrènent la blogosphère, qu’elle soit francophone ou mondiale. C’est la gueulante d’Agnès sur son blog qui m’a donné l’idée de ce billet.

Dans ces maux, on peut citer principalement :

  1. La monétisation classique via les régies publicitaires aux placards plus ou moins discrets
  2. Les articles sponsorisés qui sont clairement du léchage de bottes des produits des annonceurs
  3. Les blogueurs influents qui se font acheter via des appareils ou des produits de tests en avant première

Je ne reviendrais pas sur le cul-de-sac de la monétisation via les régies publicitaires. Ici, Lionel Dricot alias Ploum a fait un article magnifique sur ce point précis.

Sur le deuxième point, il faut être réaliste et ne pas nier le côté foncièrement étouffoir à critique qu’est l’article sponsorisé. Forme dérivée du publireportage de la presse papier classique, il n’a que peu ou pas d’intérêt.

C’est vrai ? Qui irait mordre la main de l’annonceur en déclarant que son produit, c’est de l’excrément de chien en barre ?

Ce qui a fait perdre toute crédibilité ou presque à la presse du jeu vidéo classique, avec des tests où les notes sont au minimum du 16/20 même si le produit est tout juste bon pour récurer la cuvette des toilettes. Et à 60€ le jeu de nos jours… :(

Il ne reste plus que des magazines comme Canard PC pour oser dire : Oui, ce titre est une merde, fuyez en courant !

Quant aux conflits d’intérêt de cette presse, je vous renvoie aux détails croustillant de cet article d’Acrimed…

Le problème de conflits d’intérêt et articles sponsorisés sont tels qu’un article satyrique sur le blogosphère de la mode est un petit bijou à lire tant on sent le fond de vérité qui sous-tend

Continuer la lecture de Les blogueuses et blogueurs indépendants, denrée en voie de raréfaction ?

2014 : est-ce trop tard pour lancer un blog ?

Quand je me suis lancé dans l’aventure du blog, en 2005, j’ai vraiment galéré avant de trouver l’outil qui me conviennent. Ce fut finalement WordPress, à l’époque en version 1.5, qui finit par être mon outil. D’ailleurs, quand je lançais cette version du blog en septembre 2005, je ne pensais pas qu’il dépasserait les trois semaines de vie. Nous étions à l’époque florissante des Skyblogs pour les personnes n’ayant pas une mémoire de poisson rouge :D

Oui, les premiers billets étaient franchement courts et très peu argumenté. J’ai du mettre environ 18 à 24 mois pour trouver mon style, et le conserver. Depuis, je suis lentement monté à près de 1000 à 1200 pages vue par jours, ayant eu des records à presque 2500 visites. Mais la plupart du temps, j’ai dans les 1200 pages vues par jours, dont la répartition est du 40% de visiteurs humains et 60% de robots de moteurs de recherches.

Autant dire que pour un petit blog qui ne pratique aucune SEO, c’est déjà très bien. J’écris juste des billets, je mets les mots clés qui conviennent, et vogue la galère.

D’ailleurs, je suis très bien placé dans le classement ebuzzing des blogs inscrits dans le domaine du logiciel libre du mois de juin 2014, le résultat de juillet 2014 arrivant aux alentours du 5 juillet. Il est vrai qu’être présent sur Google+ et Twitter – non, je n’ai pas de compte chez les fesseurs de caprins – aide un peu.

Une troisième place juste derrière le Framablog et Toolinux, c’est quand même pas mal de la part d’un petit blog, non ? Et non, je ne me considère pas comme un blogueur influent, juste comme une personne qui tient un blog et qui dit ce qu’elle pense en toute indépendance.

Si je peux me faire plaisir avec de tels résultats, c’est ce qu’ils sont obtenus de longue haleine… Qui me valent en retour des courriers de professionnels qui me proposent de rédiger des contenus optimisés, voire des offres d’articles sponsorisés. Cependant, c’est contre la charte informelle que j’ai développé dès le départ, et que j’ai résumé en version électronique dans la page « A propos » du blog.

Un copier-coller s’impose :

Messieurs et Mesdames des entreprises qui veulent me vendre du contenu pré-rédigé, sachez que vous aurez droit à une fin de non recevoir.

Je me suis déjà expliqué sur ce genre de refus en février 2011, novembre 2012 puis novembre 2013.

Je ne suis pas comme Esaü qui vendit son droit d’ainesse contre un plat de lentilles. Je suis indépendant et je tiens à le rester, par respect envers les personnes qui visitent ce blog.

Pourquoi cette longue introduction ? C’est quand j’ai lu un billet d’un expert dans le domaine du blog qui explique les grandes étapes pour lancer son blog. Avec des points qui me chagrine particulièrement.

Continuer la lecture de 2014 : est-ce trop tard pour lancer un blog ?

Petite mise au point sur le blog.

Suite à l’article précédent dont les commentaires se sont terminés par un point godwin, et en accord avec le grand patron du Blog-Libre, les billets qui sont trop polémiques et qui pourrait encore avoir des commentaires se terminant en point godwin seront publiés sur le Blog-Libre.

De plus, moins de 48 heures après mon passage à Chromium, j’ai fait machine arrière. J’avais agi en partie à cause d’une tendance à la radicalisation que je ressens dans la communauté du libre actuellement. Je m’en suis expliqué dans ce billet publié sur le Blog-Libre.

J’ai été à deux doigts de mettre la clé sous la porte du blog, mais je me suis dit que cela aurait été une trop bonne occasion de laisser gagner les extrémismes.

Continuer la lecture de Petite mise au point sur le blog.

Une partie de la blogosphère française en train de crever à cause de sa dépendance publicitaire et des articles sponsorisés ?

C’est la réflexion que je me suis fait en allant sur le site d’un blogueur influent français dont j’ai déjà parlé à l’époque du Free Adgate.

Etant allé sur le blog en question, sur la page d’accueil, on peut voir des billets « proposés » ou « sponsorisés » par telle ou telle marque.

Que ce soit par HP (six billets entre avril 2014 et mai 2014, au moment où je rédige ce billet le 9 mai 2014 !) ou encore par Qobuz comme celui-ci on se demande si la blogosphère française ne tend pas lentement vers le canal de publi-rédactionnel. Sans oublier que le blogueur en question semblerait avoir un intérêt potentiel, comme le souligne la fin de l’article en question sur Qobuz.

Quelques questions peuvent rester en suspens, cf le morceau volontairement anonymisé :

Et pour conclure, si ça vous intéresse, Qobuz offre 30% de réduction sur son catalogue en Studio Masters avec le code ******. Et sinon, sachez qu’il est toujours possible de s’inscrire gratuitement à l’offre d’essai du service.

C’est bien connu, les entreprises dans le domaines des NTIC sont des philanthropes :D

Car sur le plan légal, un article sponsorisé, c’est du publi-rédactionnel. Donc, de la publicité enrobée dans un soupçon d’article de blog pour que la pilule passe mieux.

Continuer la lecture de Une partie de la blogosphère française en train de crever à cause de sa dépendance publicitaire et des articles sponsorisés ?

Tenir un blog, c’est dur et réconfortant à la fois.

Ah, les blogs. A chaque nouvelle invention, que ce soit l’arrivée du réseau de fesseurs de caprins, de l’oiseau bleu, du P blanc sur fond rouge, ou encore du fantomatique Diaspora*, on nous annonce leurs morts.

Alors, soit les blogs sont des zombies, soit ils ont la peau dure :D

Il est vrai que si on limite les blogs à des plateformes comme Skyblog et son « Lache tes coms » qui sentent bon l’an 2008, des blogs comme celui de Cyrille Borne, de Tristan Nitot ou encore le mien – faut bien se lancer des fleurs de temps en temps – ne sont pas vraiment légion.

Alors quand un blog fête ses deux ans, c’est normal d’en parler. Agnès a passé ce cap symbolique très récemment, et pour un blog qui parle uniquement de culture écrite et musicale, c’est déjà bien.

Pour l’occasion, elle propose une opération avec des auteurs qui court jusqu’au 13 avril. Tous les détails sont dans le billet anniversaire.

A vous de voir si vous voulez découvrir des nouveaux auteurs, pas ceux qui encombre les rayons des grandes surfaces culturelles avec leur production annuelle.

La blogosphère francophone : quelle indépendance a-t-elle au final ?

Dans un article Cyrille Borne parle de la « prise de conscience » du blog qui est (était ?) à mes yeux l’exemple parfait de ce que la blogosphère francophone « professionnelle » : une photocopieuse à communiqué de presse, vivant de la publicité, donc avec une indépendance se réduisant comme une peau de chagrin.

Je vous renvoie à l’article, il résume très bien l’hypocrisie de la blogosphère francophone professionnelle. S’il y a de la publicité, vous pouvez tout aussi bien tourner les talons.

Mais il faut dire les choses comme elles sont, dès que la publicité apparait, l’indépendance disparait d’elle-même. Hier soir, dans le magazine Capital, un reportage était consacré au Low Cost.

Dans le reportage consacré aux smartphones d’entrée de gamme (qui sont suffisant pour nombre d’utilisateurs qui font du téléphone, du SMS, et quelques photos), on voyait une brochette de blogueurs invités par un fabriquant anglais du nom de Kazam, et qui après leur avoir fait l’article leur faisait cadeau du dernier « haut de gamme » de la marque, le Thunder Q4.5.

Et peu après, on voyait des captures d’écrans des sites qui parlaient – à n’en pas douter – en bien du smartphone qui valait dans les 170 €.

Je ne voudrais pas me montrer suspicieux, mais cela empeste l’opération de communication à plein nez, et au passage, on s’achète pour « un plat de lentille » des pages complaisantes.

Oserais-je dire que les blogueurs invités n’ont plus d’indépendance ? Que ce sont des idiots utiles qui permettent à une marque de se faire de la publicité à vil prix ?

Mais non, ce sont juste des êtres humains avec leur faiblesse. Mais c’est bien connu, l’humain est doué de raison et sait faire la différence entre un article « commandé » et un article vraiment critique (dans tous les sens du terme).

Mais il est vrai que cela fait longtemps que je n’ai plus lu un article comme celui d’un Amstrad 100% qui, parlant du merdissime Chicago’s 30 dans son numéro 13, en page 83, déclarait :

Tiens, je viens d’éteindre mon CPC. Tiens, la K7 de Chicago’s 30 vient de se retrouver dans la poubelle. Tiens quelqu’un profitant du fait que j’ai le dos tourné vient d’y mettre le feu dans l’intérêt de la santé publique. Mais comment je vais finir mon article, moi ?! »

La note était de 20%… Qui a vu de telles notes récemment, que ce soit dans un magazine ou sur un blog ?

Retour de pause… Et mise au point.

Après cinq jours de pause plus que bienvenus, j’ouvre de nouveaux les vannes du blog. Mais avant toute chose, je voudrais éclaircir quelques points.

Si je maintiens les commentaires ouverts durant une semaine après la publication du billet, c’est à une seule condition : que le contenu du commentaire, même s’il est en désaccord avec le contenu du billet, doit rester dans les limites de la politesse.

En clair, tout commentaire contenant des propos injurieux, attaquant sous la ceinture, ou juste bête et méchant seront flingués à vue.

Vous êtes prévenus. Inutile de pleurer par la suite. J’ai été trop coulant avec certains commentaires qui ont mis le feu aux poudres.

J’avoue que j’ai récemment perdu patience. J’aurais dû rester calme, mais j’avoue que certains commentaires ont été la goutte d’eau qui a fait débordé le vase.

Je ne reviendrais plus sur la politique du fork compulsif comme je l’ai fait dans les billets qui ont précédés la pause. Apparemment, c’est un sujet ultra-sensible. Autant parler de contraception avec un extrémiste religieux, ou jongler avec de la nitroglycérine. La fin n’est pas des plus joyeuses.

Continuer la lecture de Retour de pause… Et mise au point.

Quelques résolutions pour 2014… Ca fait jamais de mal de les émettre…

…les suivre, c’est une autre paire de manches. Je n’ai plus fait cet exercice depuis… 4 ans ;)

Donc voici une série de résolutions que je voudrais mettre en oeuvre pour 2014.

  • Essayer de pondre un récit ou nouvelle par mois sur mon espace Atramenta l’année prochaine
  • Faire publier un vieux projet de science fiction que j’ai rédigé après repoussé son écriture durant une dizaine d’années via Atramenta à prix modique, en gros au maximum 5 € en numérique.
  • Fêter dignement l’arrivée dans ma cinquième décennie en février prochain… Et oui, je serais un vieux geek de 40 ans !
  • Ne pas acheter plus d’un album de musique sur Bandcamp par semaine, en moyenne
  • Aller au Hellfest pour voir au moins un des groupes de cette liste : Black Sabbath, Opeth, Deep Purple
  • Etre moins caustique dans les articles où je parle de distributions GNU/Linux
  • Me lancer en tant qu’auto-entrepreneur dans le domaine du petit dépannage informatique à domicile
  • Investir dans un nouvel ordinateur fixe.

Ce qui est déjà pas si mal, non ? :D

Non, mon blog n’est pas à vendre : le retour.

J’ai eu envie de pousser cette gueulante suite à la réception d’une offre d’affiliation. Je l’ai capturé en anonymisant les détails qui permettrait de remonter sur l’offre en question.

On me propose simplement de transformer mon blog de manière ou plus dissimulé en vitrine commerciale. En clair, acheter partiellement mon contenu via un retour sur les ventes potentiellement effectuées.

Inutile de préciser que cette offre va partir chez /dev/null avec un plaisir non dissimulée, car non, pour la énième fois, mon blog n’est pas à vendre. Cyrille Borne dans un article du 17 novembre 2013 l’a bien expliqué :

En 2013 lancer un blog pour être célèbre, pour gagner de l’argent, j’entends un blog traditionnel qui n’est ni basé sur le porno ni sur le Warez n’est pas simple, en fait même lancer un blog en 2008 c’était déjà trop tard, c’est triste.

Il cite aussi un excellent billet de Xavier alias Maniatux, qui reprend ma pensée en tout point, surtout avec une conclusion bien cinglante qui fait remonter la polémique arrivée au moment de l’affaire du free adgate. Sans oublier un excellent article de PC Inpact à l’époque.

Il faut être bien clair : on ne fait pas un blog pour devenir célèbre ou gagner de l’argent, sinon c’est l’échec assuré. Ceux qui essayent de vivre de leur blog tournent au blog-poubelle, avec des articles sponsorisés, de la publicité partout et la perte de leur authenticité.[…]En conclusion ne bloguez que si vous aimez ça et êtes motivés. Ne prostituez pas votre blog pour faire plus d’audience.

Continuer la lecture de Non, mon blog n’est pas à vendre : le retour.

Quelques publications non bloguesques :)

En dehors de ce blog où j’écris plus ou moins régulièrement, j’écris aussi dans d’autres cadres.  Outre un projet ambitieux qui est en cours de finition, du moins en partie (un gros tiers), j’ai écrit un petit récit rapide, inspiré de ma série de billets « Vieux Geek« .

Il s’agit de « Mémoire d’un vieux Geek« , publié chez Atramenta, en lecture libre. Ce n’est pas de la super grande littérature, mais c’était une volonté de publier un texte volontairement pas trop technique. Vos retours seront les bienvenus.

Et si vous fouillez dans les magazines de votre libraire préféré, au rayon « micro-informatique », vous verrez que j’ai participé aux magazines Linux Identity Kit n°23 et Linux Identity Duo Pack n°23.

Ce n’est pas ma meilleure prose, mais mon but était de répondre à une demande qui m’avait été faite. Comme ce n’était pas un billet sponsorisé ou autre cochonceté de ce style, j’y ai répondu avec grand plaisir.

Que dire de plus ? Bonne lecture :)

Le logiciel libre et les distributions GNU/Linux : le grand suicide sous couvert de liberté ?

Avant d’écrire ce billet, j’avoue que j’ai hésité longuement avant de le rédiger. J’avais envie de pondre un truc du genre : « Salut, et encore merci pour le poisson« . Je tiens donc à remercier les personnes qui m’ont contacté par courrier électronique pour exprimer ce qu’elle pensait, même si parfois ce n’était pas en toute cordialité.

Au moins, cela m’a permis de voir un peu plus clair. Une blogosphère linuxienne francophone monocolore ? Ca ne me tente pas vraiment.

Je comptais réouvrir le mardi 29 octobre matin, mais ce lundi soir m’est apparu un peu plus approprié. Revenons au sujet du billet.

J’avoue que je ne pensais pas que mon antépénultième billet apporte autant la merde et des commentaires aussi acerbes. C’était sans compter sur le « sectarisme » d’une partie du monde du logiciel libre qui refuse de voir une partie du problème qui se pose, et que je dénonce, de manière immature et maladroite, depuis des mois, voire des années.

J’ai déjà eu l’occasion de parler plusieurs fois de la politique du fork à tout va qui finit par desservir l’idéal du logiciel libre. Le dernier article en date datant d’avril 2013.

A trop forker, on finit par pondre la distribution en trop, celle qui en voulant révolutionner, réinvente la roue en recopiant pour la énième fois soit l’environnement de Microsoft Windows avant Microsoft Windows 8, soit celui de la firme de Cupertino. Pour un bénéfice proche de zéro.

L’échec de SolusOS est lié à une trop petite équipe portant un projet trop ambitieux. Avoir une trop petite équipe peut rendre l’avenir d’une distribution difficile à envisager. En dessous d’une dizaine de codeurs, à moins d’avoir une communauté forte pour soutenir les dits-codeurs, que ce soit graphiquement ou documentairement, l’avenir n’est pas des plus « roses ».

Il y a bien entendu des exceptions qui confirme la règle. Le premier qui me vient à l’esprit ? Juste une distribution ayant fêté ses 20 ans cette année : la Slackware Linux. Le fondateur Patrick Volkerding a longtemps travaillé seul avant d’intégrer des développeurs pour l’aider.

Je suis d’accord, c’est vraiment l’exception qui confirme la règle. Il y a aussi un autre problème lié à ce foisonnement de distributions qui sont souvent peu inventives les unes par rapport aux autres : Leur apport réel à la cause du libre et sa démocratisation.

On va commencer par une vérité : oui, c’est agréable de pondre une distribution. Oui, ça fait plaisir. Si elle apporte quelque chose de plus à l’utilisateur, pourquoi pas ? Trois exemples parmi les plus célèbres :

Linux Mint apporte quelque chose : un environnement fonctionnel « out-of-the-box », avec une interface graphique mimant l’ancienne génération du bureau de Microsoft Windows.

ElementaryOS apporte autre chose : une interface léchée, inspirée du Finder de MacOS-X sans tomber dans la photocopie bête et méchante. Et certains logiciels de qualité comme Shotwell, qui remplace le vieux gThumb depuis des années sur mes différentes installations.

Ubuntu, qui depuis 9 ans, essaye plus ou moins maladroitement de séduire des utilisateurs de Microsoft Windows.

D’autres distributions GNU/Linux dont Nuclear Snake a interviewé l’auteur me laisse plus pantois quant à leur intérêt général. Ce qui m’a valu une volée de bois vert, aussi bien dans l’article que dans les commentaires. Je vous laisse déguster les dits textes.

Cette politique du fork à tout prix, ou encore du « fork comme on a envie d’uriner » a un coût.

Outre le fait que les ressources ne sont pas extensibles à l’infini, cela se paye cash, par une mortalité qui fait peur.

Continuer la lecture de Le logiciel libre et les distributions GNU/Linux : le grand suicide sous couvert de liberté ?

Fermeture du blog jusqu’à nouvel ordre.

Je ferme le blog pour une durée indéterminée, les commentaires du précédent billet m’ayant fait comprendre que critiquer le monde des distributions GNU/Linux est désormais un sport aussi dangereux que de jouer à la roulette russe avec 5 balles dans le barillet.

La réouverture ? J’ignore quand, mais cela vaut mieux pour tout le monde. J’ai aussi fermé les commentaires pour éviter toute polémique complémentaire.

A bientôt.