Et la VoidLinux, elle devient quoi ?

Dans le petit royaume des distributions GNU/Linux nichesque, la Void Linux, dont j’ai parlé pour la dernière fois en mars 2014.

Pour changer un peu, j’ai installé en vidéo la distribution qui a remplacé systemd au profit de runit. La vidéo est un peu longue (une quarantaine de minutes), et j’avoue que j’ai un peu galéré pour l’installation.

A la fin de la vidéo, j’ai eu eu mal à éteindre la machine virtuelle. J’ai eu la réponse sur le canal IRC. Il fallait installer les paquets ConsoleKit et upower0.

J’ai aussi rapporté l’ensemble des petits bugs que j’ai pu constaté pour améliorer la distribution. En tout cas, j’espère que vous prendrez autant de plaisir à regarder la vidéo que j’ai pris à la faire.

Peut-on installer une Archlinux en moins de 30 à 35 minutes ?

J’ai voulu me livrer à ce petit exercice pour savoir si en partant d’une ISO d’installation avec les scripts, on pouvait installer une Archlinux avec Xfce en une grosse demi-heure.

C’est possible, mais il faut avoir une bonne connexion et un dépot qui dépote 🙂

J’ai donc enregistrer deux vidéos qui montrent l’installation d’une Archlinux avec une machine BIOS et une avec une machine UEFI.

Les deux vidéos se sont basées sur le tutoriel que j’ai rédigé, même si je ne l’ai pas suivi 100% à la lettre. Au moins, cette vidéo démystifie le côté « imbuvable » des scripts d’installation d’une Archlinux.

Voici donc les deux vidéos, même si pour la version BIOS, j’ai oublié d’installer l’applet de NetworkManager, et pour celle de la version UEFI, j’ai oublié d’installer QuodLibet. Mais voir démarrer Xfce à chaque fois, quel plaisir 🙂

Et la version avec UEFI :

Bon visionnage, vous allez sûrement apprécier les aléas du direct qui rendent tout de suite plus « vivantes » les vidéos 🙂

Mémoires télévisuelles d’un enfant des années 1970, épisode 8 : Les émissions pour la jeunesse.

Quand on a grandi entre 1975 et 1985, les références d’émission pour la jeunesse sont nombreuses. En dehors de l’ultra-connue « Ile aux enfants », il faut citer d’autres émissions. Commençons par « Les visiteurs du Mercredi » (1975-1982).

Diffusée par TF1 qui était encore une chaîne publique à l’époque, l’émission proposée par Christophe Izard fut présentée par Frédérique Hoshédé alias Dorothée (janvier à juin 1975), puis par Soizic Corne. Elle a permis de diffuser des dessins animés assez mythiques, comme la première génération de « Scooby Doo », « Le Capitaine Caverne », « Satanas et Diabolo », « Calimero » mais aussi des séries comme « Le Club des Cinq », « Matt et Jenny », « L’autobus à impériale ».

En face, une autre émission mythique, sur Antenne 2, avec Récré A2 (1978-1988). Autour de Dorothée, on retrouvait François Corbier, Jacky, Ariane, Cabu, William Leymergie, mais aussi Fabrice (qui présenta La Classe sur FR3 quelques années plus tard) ou encore Gérard Majax.

Et côté séries, la liste serait tellement longue que ce serait lassant. Mais citons entre autres, « Goldorak », « Candy », « Les mystérieuses cités d’or », « Albator » et « Albator 84 ». En images réelles ? « San Ku Kai », « Zora La Rousse », « Monsieur Merlin ». Et encore j’ai du en oublier.

Continuer la lecture de « Mémoires télévisuelles d’un enfant des années 1970, épisode 8 : Les émissions pour la jeunesse. »

Mémoires télévisuelles d’un enfant des années 1970, épisode 7 : Les génériques les plus étranges de la télévision française.

Mon enfance a été bercée par les génériques les plus étranges et parfois vraiment clichés et stéréotypés qu’ils soient possible d’imaginer.

Préparer le pop-corn, y a du lourd. L’un des premiers génériques, c’est celui d’une émission produite par Christophe Izard. Non, ce n’est pas « L’Ile aux Enfants », mais « Les visiteurs de Noël » qui a été diffusé entre 1976 et 1982.

Générique entièrement animé, les clichés sont nombreux. Je vous laisse les découvrir. J’ai pris la version chantée par Marie Myriam.

Deuxième générique qui m’a marqué car long, et assez étrange (pour ne pas dire pire), c’est celui de la série « Les 400 coups de Virginie ».

Continuer la lecture de « Mémoires télévisuelles d’un enfant des années 1970, épisode 7 : Les génériques les plus étranges de la télévision française. »

Mémoires télévisuelles d’un enfant des années 1970, épisode 6 : Les adaptations des génériques des séries américaines entre 1975 à 1985.

Dans le précédent épisode, j’évoquais le massacre de certains génériques de séries japonaises et autres sentai produit entre 1975 et 1985 et diffusé sur les « trois chaines en couleurs » pour reprendre une partie des paroles de l’adaption de « No particular place to go » de Chuck Berry par Claude Moine alias Eddy Mitchell.

J’avoue qu’à l’époque, le nombre de séries américaines que je regardais proposait soit le générique d’origine, souvent instrumental soit en langue anglaise.

Cependant, il m’est resté en mémoire quelques séries dont parfois la traduction du titre d’origine est un massacre pur et dur. Commençons par la série maudite, « Diff’rent Strokes » (1978-1986), plus connu en France sous le nom de « Arnold et Willy ».

Cette série parle de l’adoption par un riche homme d’affaire de deux enfants noirs ceux de sa gouvernante mourante, joués par Gary Coleman et Todd Bridges. Cette sitcom est très célèbre. Mais le destin des acteurs et actrices est assez morbide.

Gary Coleman (Arnold) : ruiné par ses parents qui avait siphonné ses cachets, il sera condamné pour coups et blessures. Ne trouvant plus de rôle, il deviendra gardien de parking et décède en 2010 à l’age de 42 ans.

Todd Bridges (Willy en VF, Willis en version originale) : est tombé dans le duo drogue et alcool, puis a connu la prison.

Dana Plato (Virginia en VF, Kimberly en version originale) : arrêtée pour vol à main armée, a posé pour Playboy et a tourné dans un film érotique. Suicide par overdose de médicaments en 1999. Elle avait 34 ans.

Voici le générique original, avec la chanson anglaise. Au moins, la musique d’origine a été conservée pour la VF.

Passons ensuite à une des plus célèbres séries policières américaines, multi-rediffusée et encore de nos jours. Oui, je parle bien de « Starsky et Hutch », en version originale « Starsky and Hutch » (1975-1979).

Continuer la lecture de « Mémoires télévisuelles d’un enfant des années 1970, épisode 6 : Les adaptations des génériques des séries américaines entre 1975 à 1985. »

Pollution publicitaire : le bilan.

Une semaine s’est écoulée depuis que j’ai commencé ma petite expérience mercredi dernier. Aujourd’hui, 18 prospectus, pour environ 850 grammes.

Donc en l’espace d’une semaine, j’ai récolté 47 prospectus. Donc en gros, 6,7 prospectus par jour. Et coté masse totale ? La réponse en vidéo 😉

Donc en gros, et contrairement à l’estimation donnée dans un commentaire de l’article d’origine de mon expérience, on est plus proche des 100 kg de pub par an que 40… Encore faudrait-il que le nombre de prospectus soit constant. En tout cas, j’avoue que j’ai été surpris par le résultat !

De la pollution publicitaire. Première partie.

Ce matin, en allant prendre mon courrier, j’ai été agressé par la publicité qui s’y trouvait. j’ai eu la chance d’avoir du courrier qui n’était pas uniquement de la propagande commerciale.

Et cela m’a donné une idée : savoir combien de kilo de papiers sont ainsi gâchés et quel est le nombre total de pub que j’aurais reçu quotidiennement.

Donc d’aujourd’hui 29 mai 2013 jusqu’au 5 juin 2013, chaque fois que j’aurais de la publicité, je la prendrais en photo, et je la pèserais en vidéo.

Jour 1 : 24 prospectus. Quand à la masse, je laisse la vidéo vous donner la réponse.

Désolé pour la qualité de la vidéo, mais je n’ai que mon vieil APN pour faire les vidéos :]

Pour vous donner un ordre d’idée du gâchis, j’habite dans une résidence de 19 appartements. Et je peux vous dire que les poubelles de recyclables ont des indigestions de publicité… Et je vous conseille de lire l’article de Ploum sur le modèle publicitaire appliqué aux sites internet

La suite ? Dès que j’aurais de la publicité dans la boite aux lettres physique.

En vrac’ rapide et libre…

En ce mardi, un petit en vrac’ rapide et libre.

Et même si c’est pas libre pour finir cet article, une reprise assez contextuelle d’un des premier grand succès de David Bowie sorti en novembre 1969 : « Space Oddity ». Oui, mais tourné depuis la Station Spatiale Internationale.

Bon mardi 🙂

Collectionneur en action : les coffrets de CDs les plus atypiques.

J’ai voulu parler de mes coffrets collectors, ceux qui ne sont pas des digipacks ou des boitiers cristaux classiques. Encore plus rare que les coffrets digipack qui ressemblent à des livres avec une notice à l’intérieur.

Et comme une vidéo parle plus que mille mots, j’ai essayé de faire quelque chose de potable avec ma webcam pourrie et avec les travaux du mouroir pour vivants spécialisé alzheimer qui ont pris trois bons mois de retard.

Les artistes et groupes en question :

Bonne écoute 😀

Je suis un collectionneur…et j’aime çà ! Hungry Lucy – Second Sight DVD, que du bonheur !

J’ai l’habitude de faire le tour de manière régulière des artistes que j’ai découvert sur Bandcamp, dont certains grace à mes contacts sur Google+, comme le rédacteur de Chatinux.

Etant allé récemment sur la page du duo Hungry Lucy, je suis tombé sur une « nouveauté du groupe, un DVD musical de 2006, « Second Sight », contenant deux documentaires, un sur le groupe en 2006, l’autre sur l’enregistrement du titre « Grave », qui se trouve sur le premier album « Apparitions ».

Sans oublier les clips des titres : Fearful (de l’Album « Glo »), You are (de l’album « To Kill A King », Grave (de l’album « Apparitions »), Harvest et Losing Faith (de l’album « Before We Stand… We Crawl »).

Le DVD libre de tout zonage, même si le lecteur de ma freebox Revolution a du problème à lancer la lecture. Il faut dire que pour les DVD, le lecteur est parfois capricieux 🙁

C’est du pur bonheur, la qualité est au rendez-vous !

Si vous êtes intéressé, il ne reste que 4 exemplaires du DVD en question…

Un aperçu de ma collection musicale.

Au fil de la vie du blog, j’ai détaillé les nombreux coups de coeur que j’ai eu depuis des années, ce qui m’a fait construire une musicothèque conséquente. La capture d’écran au 25 novembre 2012 vous donne une idée de ma collection actuelle. Et encore, il y a quatre albums en version physique qui manquent à l’appel 😉

Collection musicale 25 novembre 2012

Une vidéo étant plus parlante… Désolé pour la qualité, j’ai utilisé ce que j’ai sous la main pour la faire, à savoir mon appareil photo numérique 😉

Et oui, vivre dans 32 m2 et être un fou de musique, c’est pas évident à concilier…

Les films et les séries cultes se doivent-elles d’avoir des fins bizarres ?

Hier soir, j’ai fini de visionner l’un des chef d’oeuvre de l’année 1941, un certain « Citizen Kane » d’Orson Wells. J’avoue que j’avais entendu parler de ce film, et du mot qui lui est invariablement associé, « Rosebud ». Il faut attendre près de deux heures, avec des procédés révolutionnaiers de tournage à l’époque, pour comprendre ce que « Rosebud » signifiait dans la bouche de Charles Foster Kane.

J’avoue que j’ai été étonné, mais cela m’a fait penser à certaines fins de séries ou de films qui sont tout autant bizarre.

Mais pour les fins bizarrse, je demande des films plus récent, comme par exemple le déjanté film de Greg Arraki, « The Doomed Generation » (1994) qui n’est pas conseillé pour les cardiaques.

Ou encore l’énigmatique « Donnie Darko » (2001) qui je l’avoue m’a scotché jusqu’à la fin.

Coté série culte, la première qui a une fin bizarre, c’est « Le Prisonnier ». Celui d’origine de 1967, pas celle des années 2000 qui est sans grand intérêt.

L’ultime épisode, j’aurais plutôt tendance à dire le duo des deux derniers épisodes qui clôt la série, à savoir « Once upon a Time / Fall out » en français « Il était une fois / Le dénouement » est un duo sur lequel on pourrait écrire des botins entiers.

Pourquoi le numéro 1 est ainsi représenté ? Pourquoi l’assemblée des personnes masquées ? Pourquoi la fusée ? Pourquoi tant d’autres choses ?

Si vous avez d’autres fins de films ou de série bizarre, n’hésitez pas à le dire, je suis preneur 🙂

Ah, la dictature des apparences…

Le révolutionnaire iPhone 5 est arrivé hier, le 12 septembre. Certains humoristes nord-américian, un brin satyrique, ont voulu voir à quel point le lavage de cerveau marketing pouvait fonctionner.

Ils ont donc simplement présenter un iPhone 4s (le dernier disponible actuellement) le présentant comme un iPhone 5. Le hic ? Le prochain modèle n’étant en vente qu’à partir du 20 septembre environ.

Merci à Numérama pour l’article d’origine.

Cependant, ça m’a fait me souvenir d’une vidéo posté début 2009, où deux journalistes de la branche australienne de ZDNet avait montré un KDE SC 4.2 et l’avait présenté comme la béta de ce qui allait être vendu comme MS-Windows 7

Et tout le monde était tombé dans le panneau…

2009 ? 2012 ? Les gens tombent très souvent dans le panneau. Faut-il en rire ? Ou en pleurer ?

A vous de juger sur pièce.

42 ans déjà : l’accident d’Apollo 13.

13 avril 1970 : Jack Swiggert prononce une phrase restée dans les mémoires : « Houston, we’ve had a problem », « Houston, nous avons eu un problème ».

Un réservoir d’oxygène avait explosé.

La NASA a mis en ligne une vidéo d’environ 28 minutes avec des archives d’époque. Un bijou pour les passionnés d’astronautique.

Ca change un peu du battage médiatique autour du centenaire du naufrage du Titanic, non ?

Une petite douceur pour finir la semaine.

Cet après-midi, profitant du beau temps, j’ai été me promener près de chez moi, j’ai pris quelques photos. Puis, en utilisant l’excellent outil PhotoFilmStrip, j’ai fait un diaporama.

La musique de fond est tiré de l’album « Somnebuleux » du groupe de rock progressif « In-Limbo« .