En vrac’ de fin de semaine.

Comme chaque fin de semaine, l’habituel en vrac’ ; pour une fois, il sera un peu plus copieux que d’habitude, n’est-ce pas Iceman ? Du moins, je l’espère 😉

De plus, les billets en vrac’ seront désormais postés en fin de semaine, histoire d’avoir quelque chose de consistant à se mettre sous la souris 🙂

Côté logiciel libre, informatique et internet.

Côté culture ?

  • Trouvé via le réseau à l’oiseau bleu, celui où la haine s’exprime sans ambages, un groupe d’origine irlandaise mélangeant le folk rock, le krautrock, le progressif uniquement en instrumental. C’est Iron Moutain dont le premier album « Unum » est sorti le 1er avril 2016.
  • Pour vous, rien ne vaut le bon gros rock progressif classique, même avec un soupçon de metal ? Alors, laissez trainer vos oreilles du côté du premier EP des Jupiter Hollow, « Odyssey » sorti le 13 janvier 2017.

Bonne fin de semaine !

Vieux Geek, épisode 31 : Le premier Mac Mini d’Apple.

Nous sommes le 11 janvier 2005. Lors du Macworld Conference & Expo de l’année, en parallèle du premier iPod shuffle, Steve Jobs annonce le Mac le plus abordable, financièrement parlant, le MacMini.

J’ai utilisé un exemplaire de ce premier MacMini. J’avais le modèle utilisant un PowerPC G4 à 1,42 Ghz, un disque de 80 Go, 512 Mo de mémoire vive, et un lecteur de DVD qui était aussi graveur de CD. Fourni avec MacOS-X Panther (10.3), j’avais acheté à l’époque MacOS-X Tiger (10.4). Il ne fallait lui rajouter qu’un écran, un clavier et une souris. C’était une machine pour inciter les utilisateurs de MS-Windows XP d’aller voir si l’herbe était plus verte ailleurs 🙂

C’était – malgré son petit prix pour du Mac (649€ de mémoire) – une bonne machine, bien qu’un peu fragile. Si vous jetez un oeil dans les archives du blog entre les mois de septembre 2005 et février 2006, vous verrez quelques articles que j’avais écrit avec, et un style assez différent 😉

C’était aussi un machine franchement bien équipée pour l’époque, malgré sa compacité, côté ports : 2 ports USB 2.0, un port Firewire, un port ethernet, et un port modem classique en option.

Ce fut mon seul Mac. Avec le recul, je le regrette un peu, mais ce fût aussi le début de la création d’une prison dorée qui est de plus en plus présente dans la stratégie d’Apple de nos jours. D’ailleurs, c’est un peu la cinquième roue du carosse, surtout quand on voit que sur certains plans, la version en 2012 est plus intéressante que sa version sortie en 2014 !

Je voulais pour les 10 ans du premier Mac Mini, qui était un bijou de design, écrire un petit article. C’est une page sombre de mon passé de passionné d’informatique. Après tout, il faut bien avoir aussi commis des erreurs dans sa vie, non ? 🙂

La prison dorée fruitée : tout cela pour l’image de marque qu’on en retire?

Les produits de la firme fruitée sont de bonne qualité, et joue sur l’image de marque pour attirer les utilisateurs, les enfermant ensuite dans une prison dorée un écosystème informatique assez resseré.

Il est vrai que ce sont des produits au design léché, mais parfois moins complet que la concurrence en terme de formats supportés, et surtout, ils imposent – sauf à faire des manipulations (du doux nom de jailbreak, littéralement évasion de prison) dont le résultat est assez aléatoire – de passer par un fournisseur exclusif : iTunes.

Et comme iTunes sur MS-Windows n’est pas vraiment séduisant, c’est une incitation à passer à l’étape suivante : acheter l’ordinateur Mac qui propose l’environnement avec un iTunes potable. L’iPhone comme l’iPod sont ce qu’on dénomme en économie des produits d’appel (luxueux dans ce cas).

J’ai eu à une époque le duo ordinateur Apple (mac mini première génération) et un iPod (le shuffle première génération aussi).

Les deux me forçait à utiliser iTunes pour que je sois tranquille pour gérer ma musique.

Et à l’époque de mon utilisation, je n’y voyais aucun inconvénient. Il suffit de jeter un oeil aux archives du blog entre septembre 2005 et mai 2006.

Les deux ont ensuite claqués en l’espace de quelques semaines. D’abord l’ordinateur – une mauvaise série surement – puis le baladeur peu de temps après. Deux mauvaises séries, ça fait un peu beaucoup dans l’histoire.

Continuer la lecture de « La prison dorée fruitée : tout cela pour l’image de marque qu’on en retire? »

Mac4Ever = manipulation et désinformation ?

Je ne porte pas les magazines sur la toile dans mon coeur, voici un évènement qui me donne envie de vomir.

Tels des staliniens qui maquillaient des photos pour manipuler les informations, voici qu’un article reproduit une citation tronquée en 2 endroits de Richard M. Stallman.

La version intégrale est disponible à l’adresse : http://stallman.org/archives/2011-jul-oct.html#06_October_2011_%28Steve_Jobs%29

Il manque en effet deux morceaux importants, l’introduction du billet, et un adjectif qualificatif important.

Premier morceau manquant, non repris dans l’article fallacieux du site :

« Steve Jobs, the pioneer of the computer as a jail made cool, designed to sever fools from their freedom, has died. »

Qu’on peut traduire par :

« Steve Jobs, le pionnier de l’informatique comme une prison dorée, conçue pour couper des imbéciles de leur liberté, est mort. »

La suite de la traduction est juste, sauf qu’il manque un morceau important :

As Chicago Mayor Harold Washington said of the corrupt former Mayor Daley,

J’ai mis en gras le morceau manquant :

Comme le maire de Chicago, Harold Washington l’avait dit pour son prédécesseur Daley

Où est passé le terme corrompu dans cette histoire ?

Enfin, voici une traduction plus honnête de la totalité du message :

« Steve Jobs, le pionnier de l’informatique comme une prison dorée, onçue pour couper des imbéciles de leur liberté, est mort.

Comme le Maire de Chicago Harold Washington a dit de l’ancien maire corrompu Daley, « je ne suis pas heureux qu’il soit mort, mais je suis heureux qu’il soit parti. » Personne ne mérite de devoir mourir – pas des Jobs, pas M. Bill, ni même les gens coupables de maux plus grands que les leurs. Mais nous méritons tous la fin de l’influence nuisible de Jobs sur l’informatique. Malheureusement, cette influence continue malgré son absence.

Nous pouvons seulement espérer ses successeurs, comme ils essayent de continuer son héritage, seront moins efficace.  »

Maintenant à vous de voir qui manipule qui dans l’histoire.

Pour mémoire, un célèbre coup de gueule, de 1972, qui reflète complètement mon point de vue ici :

Note rajoutée à 19 h 44 : apparemment, le morceau coupé est revenue, mais l’expression « prison dorée » est remplacée par « prison devenue cool » et le « conçue pour couper des imbéciles de leur liberté, est mort. » est remplacé par : « conçu pour divertir les fous de leur liberté, est mort », ce qui ne veut strictement rien dire.

Donc, nouvelle manipulation en truquant volontairement la traduction…

SquirrelFish extreme, le moteur javascript « dopé à l’EPO » ?

Récemment annoncé sur le blog des développeurs de Webkit, cette nouvelle version du moteur Javascript est encore plus rapide.

Bien qu’officiellement encore limité au 32 bits, je cite « Currently the code is limited to x86 32-bit, but we plan to refactor and add support for more CPU architectures. », « Actuellement le code est limité à du 32 bits en x86, mais nous comptons le refactoriser et ajouter plus d’architectures de microprocesseurs« , les gains sont déjà visibles.

Continuer la lecture de « SquirrelFish extreme, le moteur javascript « dopé à l’EPO » ? »

Et si Microsoft avait besoin de repartir de la feuille blanche ?

MS-Windows Vista est un monstre de complexité, tout comme les logiciels récents, qui sont toujours plus complets, toujours plus complexe, toujours plus gourmands.

Alors, il faut se l’avouer, une personne qui utilisent ses deux doigts pour taper une lettre mettra toujours autant de temps à taper une lettre avec un MS-Word 6.0 pour MS-Windows 3.1 sur un 486 DX2 66Mhz épaulé de 8 Mio de mémoire et 200 Mio de disque que sur un MS-Word 2007 sur un Athlon64 X2 3800+ épaulé de 2 Gio de mémoire vive et 500 GiO de disque dur avec MS-Windows Vista.

Tout au plus, aura-t-il gagner un peu de souplesse à l’utilisation, mais sa vitesse de frappe sera sensiblement identique. Seul un apprentissage de la dactylographie lui serait alors bénéfique.

Quand Apple a racheté Next vers 1998, Mac était dans le creux de la vague, et le viellissant MacOS (7.5 à l’époque) commençait à sentir ses articulations craquer sous le poids du code datant parfois de 1984, même si entre temps, une transition avait été effectuée du code 68000 vers du code pour PowerPC.

Ce qui allait devenir MacOS-X, connu alors sous le nom de Rhapsody se basait sur NeXTStep, un OS basé sur des principes unix – donc des bases plus que solides, mais surtout, qui ne se trimballait pas une nécessaire compatibilité avec des logiciels mac assez vieux.

MacOS-X n’avait alors de Mac que l’appellation. Lors de la sortie de MacOS-X 10.0 en 2001, un « boite » permettait de faire fonctionner les vieux logiciels pour Mac via une émulation.

Bien entendu, au fil des versions, les besoins en vieux logiciels pour Mac ont été réduit à néant ou presque. D’ailleurs, c’est avec la sortie de MacOS-X Leopard en 2008 qui a signé la mise à mort de l’émulateur.

Prenons le cas de MS-Windows Vista. Il n’est pas issu de la branche originelle de Windows, celle d’une surcouche graphique pour DOS, comme cela fut le cas pour les Windows 1 à 4.90 (Windows 1.0.x en 1985, 2.0.x en 1987, 3.0.x en 1990, 3.1x en 1992 et 1993, Windows 4.0 alias Windows 95, 4.1 alias Windows 98 et 4.9 alias Windows Millenium).

MS-Windows Vista n’est autre que Windows NT 6.0. La branche NT (pour New Technology) se base sur du code développé à l’origine en commun avec IBM pour pondre ce qui devait être OS/2 3.0.

Mais vers 1991, Microsoft abandonne IBM et lance « officiellement » le développement de la branche professionnelle de NT, dont le premier sera Windows NT 3.1 en 1992.

1993 vera la sortie de NT 3.5, 1994 celle de NT 3.51. Les trois premières versions de Windows NT – et de leur équivalent serveur – reprennent l’interface graphique de Windows 3.1x, mais diffère en deux points précis :

  • C’est un OS à part entière, pas uniquement une surcouche de DOS
  • C’est un OS entièrement 32 bits, contrairement à un mélange infame de code 16 et 32 bits comme cela sera le cas pour les windows 9x / Millenium

1996 : sortie de Windows NT 4.0
1999 : le code de NT 5.0 est enfin finalisé pour une sortie en février sous le nom de Windows 2000.

C’est – je parle par expérience personnelle – mon MS-Windows préféré.

2001 : NT 5.1 alias Windows XP sort, devenant le premier NT grand public.
2006 : NT 6.0 sort après bien des péripéties.

Donc, si l’on regarde, Windows Vista est le fruit d’une branche née 15 ans auparavant. Autant dire que l’héritage est important. Ce qui doit finir par rendre le code difficile à maintenir, surtout qu’il faut détruire le moins possible le support du code prévu pour les Windows précédents.

Le futur Windows se7en dont on ne sait pas grand chose si ce n’est qu’il est prévu pour 2010 dans le meilleur des cas sera la fin de course de cette branche NT.

Pour plusieurs raisons : la vieillesse du code. Car il doit bien rester du code d’origine du premier NT plus ou moins retravaillé, du code conservé pour la compatibilité, etc…

Il serait donc primordial que Microsoft reparte de zéro, sur des bases saines pour pouvoir construire une nouvelle génération de Windows moins gourmande, moins difficile à maintenir, au prix de la mise à mort de générations entière de logiciels.

Dans un autre domaine, il suffit de voir à quel point cette décision difficile à prendre est bénéfique. Je ne prendrais que le cas de la Fondation Mozilla qui a fêté en mars dernier les 10 ans du projet mozilla.

Quand en mars 1998 le code est libéré – qui est alors une pré-alpha de ce qui aurait être Communicator 5.0, du travail est effectué dessus durant environ 6 mois avant que la décision ne soit prise : le code est trop dur à maintenir, il faut repartir à zéro.

Bien entendu, la sortie prématurée de Netscape 6.0 courant 2000 (basé sur Gecko 0.6) fait mal au projet, mais permet de prouver que cette idée était finalement la bonne. Même s’il a fallu attendre Mozilla Firefox 1.0 pour que la machine soit lancée pour un succès marquant du projet.

Si Microsoft veut redorer son blason auprès de ses utilisateurs fidèles – ceux qui ont choisi en pleine conscience d’utiliser leurs logiciels – après le demi-succès de Windows Vista plus que vertement critiqué à sa sortie, il faudra un jour passer par cette étape.

Et peut-être faire ce qu’avait fait Apple avec le rachat de Next : partir d’une base unix en utilisant une interface graphique qui cache le côté ésotérique de cet OS, sa ligne de commande. Ce serait peut-être le moyen d’éradiquer les virus, les espiogiciels, bref tout ce qui fait partie des ennuis de la vie du windowsien moyen.

Acid3 : WebKit et Opera vainqueur « ex-aequo » ?

En l’espace de quelques heures, les équipes d’Opera et de Safari ont annoncé passé officiellement la totalité du test Acid3.

Webkit l’annonce en grande pompe :

With r31342 WebKit has become the first publicly available rendering engine to achieve 100/100 on Acid3. The final test, test 79, was a brutal torture test of SVG text rendering. Details of the bugs we fixed will follow. Indeed, we found a critical bug in the test itself that would have forced a violation of the SVG 1.1 standard to pass, so until a few hours ago it was not possible to get a valid 100/100. Acid3 test editor Ian Hickson has the details.[…]

Ce qui donne traduit :

Avec la révision 31342, Webkit a été le premier moteur de rendu disponible à atteindre les 100/100 sur Acid3. Le test final, le 79, était une torture brutale du rendu d’un texte en SVG. Le détail des bogues corrigés suivra. En effet, nous avons vu un bogue critique dans le test lui-même qui aurait forcé une transgression de la norme SVG 1.1 pour son passage, donc jusqu’il y a quelques heures il était impossible d’atteindre les 100/100. Le créateur du test Acid3, Ian Hickson a les détails.[…]

Pour être complet, des ajouts ont été faits pour rendre le passage « plus valide », et un autre annonçant qu’avec la révision 31356, la versions Windows est disponible.

Opera de son coté, a fait l’annonce aussi. Mais avec une subtilité intéressante ; l’annonce du passage est intéressante à lire :

Today we reached a 100% pass rate for the first time! There are some remaining issues yet to be fixed, but we hope to have those sorted out shortly.

We will release a technical preview version on labs.opera.com within the next week or so. For now, the screenshot above shows the Acid3 test as rendered in our latest WinGogi Desktop build. WinGogi is the Windows version of our reference builds used for the internal testing of Opera’s platform independent Core.

Ce qui donne traduit :

Aujourd’hui, nous avons atteint le score de 100% pour la première fois. Il reste quelques problèmes à corriger, mais nous espérons faire cela rapidement.

Nous publierons une version technique d’aperçu (Note du traducteur : une version alpha, donc) sur labs.opera.com d’ici la semaine prochaine environ. Pour le moment, la capture d’écran montre le test Acid3 affichée dans la dernière compilation de WinGogi Desktop. WinGogi est la versions Windows de nos compilations de référence utilisée pour les tests internes sur la plateforme Opera.

Donc, les deux déclarent passer le test Acid3, et un seul mot : félicitations. Cependant, dans un cas, on peut vérifier les dires avec une compilation téléchargeable, et sur l’autre, uniquement un communiqué.

Etant comme un certain apôtre, je ne crois que ce que je vois… Seul l’avenir nous dira quel sera le premier moteur STABILISÉ et donc rendu grand public qui passera Acid3. Je maintiens mon pronostic pour Safari et donc Webkit. Mais je peux aussi me tromper… Seul l’avenir nous le dira !

Webkit : des résultats acid3 variables ?!

Certaines remarques sur le score passé par WebKit (la version de développement du moteur de rendu du navigateur d’Apple, à savoir Safari, logiciel libre) m’ont fait me poser des questions.

Un score de 95% (étant donné qu’il y a 100 « sous »-tests dans le test) pour une nocturne récente de la version MacOS du moteur, des versions très récentes (révision 31108 pour Windows et 31107 pour linux) donne des scores inférieurs quoique proche.

La seule différence entre les deux révisions datées d’hier ? Un bug de compilation sous Windows.

Révision 31108 sous Windows : 94%

94% avec Webkit pour Windows

Révision 31107 sous Linux : 90%

90% avec Webkit pour Linux

4 tests passés sous la versions Windows bloquent avec la version linux. Etrange, étant donné que c’est le MÊME code source utilisé pour le moteur sur les 3 plateformes. Et pourtant, je ne fais que suivre les infos proposées pour la compilation du code. L’utilisation d’autres options faisant planter la compilation avant son terme ! 🙁

J’avoue y perdre le peu de latin que j’ai jamais acquis. Des idées ?!

En tout cas, le score s’approcherait du mythique 100%, du moins si on en croit ce billet du blog des développeurs de Webkit…

Ah, les pubs pour Mac ;)

Même si je n’apprécie pas tout de la politique d’Apple, les pubs sont franchement poilantes…

Comme celle ci, trouvée via le blog du « Firefox Extension Guru Blog »

Pour les personnes ne parlant pas anglais. Le PC est représenté par le « vieux », qui se plaint qu’un certain nombre d’utilisateurs de Windows Vista vire Windows Vista pour réinstaller XP. Et il veut faire comprendre de ne pas laisser tomber Vista : Don’t give up on Vista.

Hors, les seules parties qui s’allument sont « Give up » (abandonner) et « On Vista »…

Etrange l’annonce d’un cheval de troie quelques jours après la sortie de MacOS-X 10.5…

Je ne parle plus trop des Macs et d’Apple en général. Mais l’annonce catastrophiste – et désespérée – du fabricant d’antivirus pour MacOS-X (aussi utiles que les antivirus pour distribution linux) Intégo m’a donné envie d’en parler.

On peut lire un article sur OSNews ou encore sur MacgenerationIntégo parle ainsi de ce troyen qui tombe étrangement à point nommé… Et il faut réunir plusieurs conditions.

  1. Aller sur un site porno « infecté ».
  2. Cliquer sur une image qui lancerait la récupération de la vidéo.
  3. Accepter de télécharger un paquet contenant soit disant un codec pour lire la vidéo.
  4. Avoir activé l’option d’ouverture automatique des fichiers « sains » dans Safari (ou option équivalente dans d’autres navigateurs qui n’existe pas à ma connaissance).
  5. Sinon, installer le paquet manuellement, ce qui demandera automatiquement le mot de passe de l’utilisateur.

Bref, un sacré paquet de conditions. Déjà, utiliser un installateur est assez rare sur MacOS-X, l’idée générale étant d’utiliser des paquets contenant l’ensemble des fichiers d’une application, pour pouvoir l’enlever à volonté.

Mais ce troyen, si ce n’est pas un écran de fumée pour vendre des logiciels d’antivirus de la dite marque, ne se base que sur ce qu’on appelle l’ingénierie sociale.

Je cite :

L’ingénierie sociale (social engineering en anglais) est la discipline consistant à obtenir quelque chose (un bien ou une information) en exploitant la confiance mais parfois également l’ignorance ou la crédulité de tierces personnes. Il s’agira pour les personnes usant de ces méthodes d’exploiter le facteur humain, qui peut être considéré comme le maillon faible de tout système de sécurité. Kevin Mitnick, avec son ouvrage L’art de la supercherie a théorisé et popularisé cette pratique.

En tout cas, ce cheval de troie me fait me souvenir d’un « virus » équivalent sorti à l’époque de MacOS-X 10.4.4 ou 10.4.5 (en février 2006), à l’époque j’avais écris un billet sur cette fonctionnalité « idiote » qu’était l’ouverture automatique des fichiers sains.

MacOS-X Leopard pour le 26 octobre prochain

C’est officiel. Lu sur clubic :

Apple vient d’annoncer la date officielle de disponibilité de son nouveau système d’exploitation : Mac OS X 10.5 « Léopard ». Initialement attendue pour juin, cette nouvelle mouture avait finalement été décalée à octobre par Apple. Leopard ne sera pas retardé une nouvelle fois, puisqu’Apple vient d’ouvrir les pré-commandes pour Mac OS X 10.5 qui sera livré à partir du vendredi 26 octobre.

Une seule édition du système est proposée au prix de 129 euros TTC. Les personnes qui ont acheté une machine Mac entre le 1er octobre 2007 et le 29 décembre 2007, pourront bénéficier de Leopard à sa sortie, au prix de 8,95 euros. Pour rappel, les différentes nouveautés introduites par Leopard avaient été détaillées dans nos articles Apple : annonces en direct de la WWDC 2007 et Autres fonctionnalités de Mac OS X Leopard.

Parallèlement à cela, Apple devrait normalement publier une dernière mise à jour globale pour Mac OS X Tiger, la mise à niveau 10.4.11. Si tout va bien, de nouvelles machines devraient être annoncées prochainement, elles devraient être équipées avec Leopard en standard.

Maintenant, Microsoft aura la base de son futur Windows 7, anciennement connu sous le nom de code de Windows Vienna.

Comment cela, un troll ? 😉

Ai-je déjà dit que j’en avais marre ?

Car la coupe commence à être pleine concernant le matos Apple… Après mon mac mini (que je regrette bien), voici maintenant que mon iPod Shuffle vient de rendre l’âme. J’ai essayé de le réinitialiser en utilisant l’iPod Updater sur une machine Windows, rien, que dalle, enfin presque : un message d’erreur sybillin m’annonçant qu’il y a une erreur en écriture et que le programme de restauration ne pouvait pas aller plus loin.

Des suggestions pour un petit baladeur MP3 (supportant aussi le format ogg, le WMA, no comment), 512 Mo / 1 Go de mémoire flash, autre qu’un iPod, et pas trop cher ?

Merci pour vos conseils.

Photos de cadavre « macminiesque »…

D’un cadavre automatique. Il y a quelques jours, je me suis décidé à démonter mon mac mini G4 (1ière génération, hors garantie), pour récupérer la mémoire vive (de la SDRAM PC 3200 tout ce qu’il y a de plus classique), histoire de la greffer dans mon PC sous Linux. Or, pour pouvoir accéder tranquillement à la Ram, il faut démonter le mac mini en entier.

J’ai pris des photos, même si ma main tremblait un peu en les faisant… On ne raye pas un an de vie informatique ainsi. En tout cas, j’ai pu voir que l’ensemble était pas trop mal conçu. J’espère par contre que je pourrais récupérer le disque dur, au format 2,5 pouces, car 80 Go, ce n’est pas négligeable.

Voici donc les photos du « dépeçage » du mac mini… 🙁

D’abord ce qu’on voit en autant le couvercle…

démontage mac mini - étape 1

Enfin, maintenant mon PC sous Linux dispose d’un Go pour tourner…

Et ensuite, quand on a démonté le bloc lecteur optique / disque dur.

démontage mac mini - étape 1

Adieu, mon mac, je t’aimais bien…

je suis obligé de dire au revoir à mon mac aujourd’hui. Celui-ci est en effet en train de mourrir à petit feu, en commençant par le graveur qui ne grave plus rien… Et manque de chance, la garantie de base a expiré… Encore heureux, j’ai récupéré un vieux PC sous Ubuntu Dapper Drake, mais celui ci est aussi silencieux qu’un Airbus A380 au décollage.

Cependant, avant de laisser tomber mon mac, j’avais téléphoné à mon revendeur. Ce qui a donné un dialogue qui ressemble à ceci :

« – Bonjour, j’ai un problème de graveur avec mon mac mini.
– Votre mini est-il encore sous garantie ?
– Je ne pense pas, je l’ai acheté en février 2005.
– En effet, ce n’est plus le cas.
– Pourriez-vous me donner une idée du cout de la réparation ?
– Je ne sais pas, il faudrait voir avec le SAV.
– Et si je voulais remplacer le graveur par un superdrive (combiné graveur CD/DVD) ?
– Le mieux serait de prendre un superdrive externe.
– Et si je le veux en interne ?
– Cela serait beaucoup plus cher. »

Pour info, le superdrive en externe (ou un équivalent) coute 199 € sur l’Apple Store…

« – Plus cher que d’acheter un machine neuve ?
– Oui.
– Dans ce cas, ce sera mon dernier Apple. Je vous remercie, au revoir. »

Et de raccrocher. Pour tout dire, je suis écoeuré. J’ai passé près de 14 mois de tranquillité et de bonheur pur avec MacOS-X, aussi bien Panther (de février à début mai 2005) qu’avec Tiger depuis.

Pour info, le dernier MacMini ne coute que 649 € à l’achat…

Tant pis pour Apple, mais il vient de perdre – définitivement ? – un bon client. 🙁

Tordons le cou à une idée reçue : on ne peut rien faire avec MacOS-X

Il est courant d’entendre que l’on ne peut rien faire avec un autre que MS-Windows. C’est une idée reçue qu’il faut faire taire.

Voici donc une liste non exhaustive des logiciels (libre, gratuit, partagiciel ou payant) qu’on peut trouver dans diverses catégories.

Navigation sur Internet :

Courrier électronique

Bureautique

Multimédia (sacré fourre-tout !)

  • Lecteur DVD (fourni avec MacOS-X)
  • iLife ’06 (retouche photo, vidéo et musique avec GarageBand)
  • The Gimp 2.2.10 ou SeaShore pour la retouche photo

Pour la messagerie instantanée, AdiumX (compatible MSN, Gmail, ICQ, Yahoo Messenger, etc…)

Une liste encore plus complète est disponible à cette adresse :

http://www.apple.com/fr/downloads/macosx/

De quoi tuer largement cette idée reçue : on ne peut rien faire avec MacOS-X !

Libre à vous de continuer la liste via les commentaires 😉