Manjaro Linux 16.06 Mate : Une ISO qui devrait devenir officielle à terme ?

Il n’y a que trois ISO officiellement supportées par la Manjaro Linux : celle avec Xfce, celle avec KDE / Plasma et celle d’installation minimale en réseau.

Le grand gourou de la Manjaro Linux, Phil Müller, a proposé le 22 mai 2016 une ISO communautaire créée par ses soins. Elle utilise Mate Desktop 1.14.1. Dans les notes de publications, on apprend que cette ISO a été construite sur les dépôts unstable (en clair ceux synchronisés directement chez Archlinux).

Voulant laisser passer un peu de temps avec l’article consacré au logiciel libre dont les commentaires ressemblent à une guerre de tranchée (sujet abordé dans mon dernier roman auto-édité sorti en avril 2016, oui, ceci est une publicité sur mon blog…), j’ai fait cet article en ce samedi.

Wget a été utilisé pour récupérer l’ISO et faire mumuse avec elle dans une machine virtuelle VirtualBox.

[fred@fredo-arch ISO à tester]$ wget -c http://heanet.dl.sourceforge.net/project/manjarotest/16.06-dev/mate/community/manjaro-mate-community-16.06-dev-x86_64.iso
–2016-05-28 17:38:04– http://heanet.dl.sourceforge.net/project/manjarotest/16.06-dev/mate/community/manjaro-mate-community-16.06-dev-x86_64.iso
Résolution de heanet.dl.sourceforge.net (heanet.dl.sourceforge.net)… 2001:770:18:aa40::c101:c142, 193.1.193.66
Connexion à heanet.dl.sourceforge.net (heanet.dl.sourceforge.net)|2001:770:18:aa40::c101:c142|:80… connecté.
requête HTTP transmise, en attente de la réponse… 200 OK
Taille : 1552662528 (1,4G) [application/octet-stream]
Sauvegarde en : « manjaro-mate-community-16.06-dev-x86_64.iso »

manjaro-mate-commun 100%[===================>] 1,45G 2,59MB/s in 9m 55s

2016-05-28 17:47:59 (2,49 MB/s) — « manjaro-mate-community-16.06-dev-x86_64.iso » sauvegardé [1552662528/1552662528]

Continuer la lecture de « Manjaro Linux 16.06 Mate : Une ISO qui devrait devenir officielle à terme ? »

Mémoires télévisuelles d’un enfant des années 1970, épisode 21 : Les séries « Il était une fois… L’homme » et « Il était une fois la vie ».

Dans cet article, j’ai envie de me replonger dans deux séries qui ont bercé mon enfance et mon adolescence naissante, deux séries produites par Albert Barillé, « Il était une fois… L’homme » et sa version « biologique », « Il était une fois la vie ».

J’ai déjà abordé la première dans le troisième billet « mémoires télévisuelles » en juillet 2013. Je ne reviendrai pas dessus. Je vous renvoie à l’article en question. Je lui dois ma passion pour l’histoire soit dit en passant.

Non, je vais parler de la troisième série de la franchise « Il était une fois ». La deuxième série, « Il était une fois l’espace » est plus branchée SF, et j’avoue que ce n’est pas celle que je préfère. En 1986, Albert Barillé arrive à lancer une déclinaison pour expliquer l’humain, mais de l’intérieur.

Les personnages des précédentes séries sont toujours présents : Maestro présent à la fois sous la forme d’un globule rouge et du grand chef d’une cellule, Pierre et le Gros qui sont des globules blancs avec leur camarade Psi, personnage introduit lors de la série « Il était une fois l’espace. »

Les méchants sont toujours présents, le Teigneux étant le microbe, et le Nabot prenant le rôle du virus. Le générique est inoubliable.

Le générique était chanté par Sandra Kim qui participa à l’Eurovision en 1986 pour la Belgique, qu’elle gagna. Même si la biologie était volontairement simplifiée, elle permettait d’aborder pas mal de sujet et je me demande combien de personnes ont suivi des carrières médicales après avoir vu cette série.

C’est un peu une madeleine de Proust pour moi. Car même si je n’avais pas le niveau en maths pour effectuer des études scientifiques, cela a été pour moi le début d’une curiosité passionnée pour la biologie, même si je n’ai pas été très loin.

Je vous conseille la chaîne Youtube « Primum Non Nocere » qui vulgarise la biologie d’un point de vue médical avec réussite.

Vieux geek, épisode 54 : MS-Windows NT 3.51, où quand Microsoft avait du mal à cacher la parenté avec OS/2.

Nous sommes en mai 1995. Alors que Microsoft finit de mettre au point un certain MS-Windows 95, la branche professionnelle des OS de Microsoft propose MS-Windows NT 3.51. Après MS-Windows NT 3.1 et NT 3.5, c’est la version de MS-Windows la plus stable qui existe, tout en étant purement 32 bits contrairement à MS-Windows 3.1x qui est en 16 bits.

La petite histoire de l’informatique veut que Microsoft et IBM travaillait en 1991 sur ce qui devait être à terme OS/2 3.0. Cependant, suite à des désaccords, Microsoft ramassa ses billes et travailla sur la version professionnelle de son MS-Windows.

Il a donc existé une certaine parenté entre OS/2 et les premiers MS-Windows NT. Même si MS-Windows NT 3.1 et la génération des NT 3.5x ont une interface graphique commune avec MS-Windows 3.1x, le moteur n’a rien à voir.

J’ai déjà abordé OS/2 Warp 3.0, sorti en 1994 dans l’épisode 37 de la série « Vieux Geek ».

Je remercie encore une fois le site win3x.org qui est vraiment une mine d’or en terme de dinosauriciels.

Continuer la lecture de « Vieux geek, épisode 54 : MS-Windows NT 3.51, où quand Microsoft avait du mal à cacher la parenté avec OS/2. »

Les projets un peu fous du logiciel libre, épisode 5 : ECWolf.

Pour ce cinquième billet de la série « Les projets un peu fous du logiciel libre », j’ai eu envie de parler de ECWolf. Comme pour le premier billet de la série, j’ai voulu rester dans le domaine ludique. Après avoir abordé FreeDoom, je me suis dis que j’allais parlé de la continuation de l’ancètre le plus connu de tous les FPS, Wolfenstein 3D.

Note en passant : le billet était prévu pour le 22 janvier 2016, mais comme il squattait mon disque dur… 🙂

Est-il besoin de présenter Wolfenstein 3D ? Vraiment ? Alors très rapidement.

Sorti en 1992, ce premier FPS développé par la toute jeune société id Software pour Apogee Software nous mets dans la peau de BJ Blazkowicz, un prisonnier de guerre américain durant la deuxième guerre mondiale.

Dans le premier épisode, on doit s’évader de la prison où est détenu BJ Blazkowicz, avec pour seule arme un couteau, un pistolet, une mitraillette et un mitrailleuse portative qui ressemble à la Gatling, symbole de la guerre de Secession. Inutile de préciser que le jeu fut interdit à la vente en Allemagne à cause de l’utilisation de symboles nazis : la swastika, le portrait d’Adolf Hilter ou encore le drapeau à croix gammée.

Continuer la lecture de « Les projets un peu fous du logiciel libre, épisode 5 : ECWolf. »

En France, on a peut-être pas de pétrole, mais des bons groupes de métal symphonique !

En fouillant les catégories de bandcamp, ma mine d’or pour trouver des albums et des groupes qui n’ont pas l’opportunité de passer à la radio et à la télévision, je suis tombé sur le premier EP d’un groupe grenoblois, du nom d’Ossonor.

Avec les lillois d’Alwaid et les parisiens de Unseelie (plus orienté gothique, d’accord !), voici que je tombe sur une troisième pépite orientée métal symphonique avec chant féminin, mon péché mignon.

L’album commence avec une introduction tout ce qu’il y a de plus classique dans ce domaine. Une mise en bouche avant « A Momentary Lapse in Hell » qui reprend tous les canons du genre avec un duo chant clair féminin et chant guttural masculin.

Ça envoie vraiment et ça donne la patate 🙂

Continuer la lecture de « En France, on a peut-être pas de pétrole, mais des bons groupes de métal symphonique ! »

Où en sont les distributions GNU/Linux faciles d’accès sans « l’apocalyptique » systemd ? Première partie.

Si j’ai employé le terme apocalyptique, c’est pour souligner à quel point une partie bruyante de la communauté linuxienne est divisée sur ce logiciel qui sert de système d’initialisation. En août 2014, un billet rédigé par Paul Venezia pour Infoworld titrait ceci : « Systemd: Harbinger of the Linux apocalypse » qu’on peut traduire par : « Systemd : un signe avant-coureur de l’apocalypse de Linux »

L’épisode le plus célèbre de cette guerre entre linuxiens qui tourne presque au religieux a été la naissance du fork de la Debian GNU/Linux avec la Devuan GNU/Linux.

Sur le site mis à neuf en ce mois de juin 2015, on apprend que des ISOs d’une version dite alpha 2 est disponible au téléchargement. J’avoue que j’ai été agréablement surpris par la nouvelle. J’ai donc récupéré l’énorme ISO (une trentaine de Mo) et je l’ai installé.

Cependant, contrairement à mon habitude, j’ai décidé de capturer en vidéo le processus d’installation de la Devuan GNU/Linux alpha 2, et un aperçu rapide de l’ensemble installé. La vidéo dure une quarantaine de minutes.

Il est en effet dommage qu’il n’y ait pas de grosses images ISO pour installer l’ensemble en local.

Continuer la lecture de « Où en sont les distributions GNU/Linux faciles d’accès sans « l’apocalyptique » systemd ? Première partie. »

Quand Distrowatch propose un poisson d’avril qui dévoile les tendances paranoïaques d’une partie de la communauté libriste mondiale, doit-on en rire ou en pleurer ?

J’ai souvent dit sur le blog que je pensais qu’une partie de la communauté du logiciel libre était tellement enfermée dans ses principes qu’elle finissait par desservir l’intérêt de l’ensemble de la communauté. Le 30 mars 2015, j’en ai eu une preuve supplémentaire, via la gazette hebdomadaire de Distrowatch avec une information qui sent bon la marée :

« The systemd Project Forks the Linux Kernel » ce qu’on peut traduire par « Le projet systemd travaille sur sa propre version du noyau Linux ».

Après une introduction toute en pédagogie, on arrive au morceau de choix, que je copie ici :

[…]Now it appears as though the systemd developers have found a solution to kernel compatibility problems and a way to extend their philosophy of placing all key operating system components in one repository. According to Ivan Gotyaovich, one of the developers working on systemd, the project intends to maintain its own fork of the Linux kernel.[…]

Ce qu’on peut traduire par :

[…]Maintenant, il semble que les développeurs de systemd aient trouvé une solution des problèmes de compatibilité au niveau du noyau et un moyen d’étendre leur philosophie de placer tous les composants du système d’exploitation clés sous un seul référentiel. Selon Ivan Gotyaovich, l’un des développeurs travaillant sur systemd, le projet vise à maintenir sa propre version du noyau Linux.[…]

Dans cette phrase, rien que le nom du dit développeur devrait mettre la puce à l’oreille. Non seulement, Ivan Gotyaovich est introuvable sur DuckDuckGo, Google ou encore Yahoo, mais si on décompose le patronyme, le poisson montre ses écailles :

Got-ya-ovich = Got you ovich. Got you ? On peut traduire par : « Je t’ai eu ! » Le « ovich » ? Pour donner une consonnance russe.

Vous avez besoin d’une autre preuve ? Le dépot github en question n’a pas été modifié depuis sa création, le 18 mars 2015. Pour un dépôt devant maintenir un noyau linux, ça fait bizarre.

Continuer la lecture de « Quand Distrowatch propose un poisson d’avril qui dévoile les tendances paranoïaques d’une partie de la communauté libriste mondiale, doit-on en rire ou en pleurer ? »

Ah, la difficile succession de PearOS… L’exemple par TrentaOS et PearlOS.

PearOS, la distribution GNU/Linux basée sur Ubuntu (avec un Gnome revampé) pour proposer un environnement proche de celui de MacOS-X. Le projet a été bien malmené, que ce soit avec le financement participatif qui fut un énorme fiasco, avant d’être racheté en janvier 2014, même si David Tavares defendait son projet bec et ongles quelques semaines auparavant sur le site GeekHard. Bref…

Depuis, les projets pour succéder à PearOS ont été annoncés, le premier étant Clementine OS (qui ne semble pas avoir fait long feu), et plus récemment, des projets comme TrentaOS (qui utilise Compiz), et le tout jeune Pearl OS dont j’ai récemment entendu parlé. Merci à Thomas Citharel pour m’avoir prévenu de l’existence de cet OS via un message sur Google plus.

Commençons donc par TrentaOS, qui utilise une Ubuntu 14.04.x LTS et un script d’installation. Au moment où je rédige cet article, le 25 novembre 2014, la TrentaOS est en version alpha 2.

Continuer la lecture de « Ah, la difficile succession de PearOS… L’exemple par TrentaOS et PearlOS. »

La mi-avril 2014, ce n’est pas que la sortie de la distribution Ubuntu et de ses dérivées.

C’est aussi la sortie de la nouvelle génération de KDE SC. La version 4.13.0 de l’environnement né en octobre 1996 (même si sa version 1.0 est sorti en juillet 1998) est sortie hier.

Parmi les nouveautés, outre l’utilisation d’un nouveau moteur pour la recherche sémantique, c’est aussi des améliorations au niveau du client courrier, une nouvelle interface pour Okular (l’afficheur de documents), l’éditeur Kate amélioré, sans oublier des dizaines d’améliorations plus ou moins répandu dans la panoplie logicielle de KDE SC.

Au moment où j’écris ces lignes, l’environnement n’est disponible que dans les dépots de test de la distribution Archlinux, et que des recettes pour compiler cette version de KDE SC est disponible pour Gentoo, la plupart des distributions GNU/Linux seront mis à jour dans les semaines qui viennent.

C’est cependant dommage pour Kubuntu 14.04 LTS qui devra se contenter de la version précédente. Mais c’est le problème des distributions GNU/Linux à date de publication gravée dans le marbre.

Modification du 18 avril : apparemment, l’équipe de Kubuntu a pris les devants et intégré KDE SC 4.13 dans la 14.04 LTS. Merci à Tonypad dans les commentaires pour l’information.

Continuer la lecture de « La mi-avril 2014, ce n’est pas que la sortie de la distribution Ubuntu et de ses dérivées. »

Manjaro Linux 0.8.9 : Une pré-1.0 sur certains plans ?

Le projet Manjaro Linux, la « Ubuntu » d’Archlinux, a proposé il y a quelques jours une troisième et dernière (?) candidate à la publication de sa version 0.8.9 pour sa « saveur » Xfce.

J’avoue que je comprends l’arrivée d’une troisième version presque finale, car le travail fait au niveau de l’installateur graphique fait depuis la 0.8.8 est énorme.

En effet, si on en croit les notes de publications, reprise par le blog francophone, on trouve entre autres choses au niveau de cet outil primordial, surtout pour les personnes allergiques à la ligne de commande, les modifications suivantes (liste non exhaustive) :

  • Prise en charge du dommage cérébral (dixit Linus Torvalds) qu’est l’UEFI avec l’installateur graphique
  • Prise en charge des partitions GPT, obligatoire avec l’UEFI
  • Possibilité de mettre ou pas /home sur sa propre partition par un simple clic au niveau de l’installateur
  • Détection automatique du clavier

Sans oublier les dizaines de petites améliorations qu’on peut trouver. J’ai donc voulu tester la Manjaro Linux 0.8.9rc3 avec une machine virtuelle en UEFI. Manque de chance, le module ovmf qu’on peut utiliser avec Qemu refusait de fonctionner. J’ai du me rabattre sur VirtualBox.

J’ai constaté une limite assez ennuyeuse, surement dû à l’UEFI émulé par VirtualBox : ma Manjaro Linux démarre en anglais avec le clavier correspondant, donc en QWERTY. Pas bien du tout 🙁

Mais ce n’est pas fatal. Une fois le démarrage terminé, j’ai lancé l’installateur. J’avoue que j’ai apprécié l’outil développé pour remplacer l’installateur de la Linux Mint. Il fait très bien son travail. J’ai fait des captures d’écran de chaque étape. Le seul point qui m’a vraiment facilité le transit, c’est qu’il m’a proposé le mauvais fuseau horaire.

Continuer la lecture de « Manjaro Linux 0.8.9 : Une pré-1.0 sur certains plans ? »

En vrac’ rapide et libre dominical

Un petit en vrac’ dominical.

Désolé, c’est tout, mais il est fait trop chaud pour rédiger un en vrac’ plus long 😉

L’Âne à Nath : promouvons l’artisanat !

Une fois n’est pas coutume, je voudrais faire un tout petit peu de publicité, qui ne me rapportera pas un seul centime, pour un site qui m’a enlevé récemment une sacrée épine du pied. Qui a dit cactus ? Bande de mauvaise langues !

J’avoue que j’ai toujours eu du mal avec la fête des mères pour trouver un cadeau sympathique.

Discutant avec Claude Picot, alias Clapico, ubuntero depuis l’époque lointaine de la Feisty Fawn (en clair, la ubuntu 7.04), j’ai eu l’idée salvatrice.

Claude Picot a monté avec l’aide de son épouse un site pour promouvoir une production de savon artisanaux au lait d’ânesse, situé à Sagy en Saône-et-Loire.

Pour la fête des mères, le site propose des coffrets cadeaux dédiés à la fête de mères. J’ai sauté sur l’occasion pour passer commande.

La livraison est assez rapide, 3 jours ouvrés, et les produits sont de qualité. Donc, si vous n’avez pas d’idées, vous pouvez toujours essayer l’Âne à Nath qui parle aussi de la vie de la ferme… Et j’avoue que si j’avais la possibilité, j’aurais bien adopté un lapereau rex… Car la deuxième portée est vraiment craquante !

En tout cas, j’en profite pour remercier Claude et Nathalie Picot. En espérant que cette petite publicité – qui n’est pas aussi horrible que le viol de rétine imposés de certains sites de blogueurs influents – vous fera connaître un site sympathique !

Et pour vous messieurs, l’occasion de vous faire pardonner en cas de bêtises auxprès de vos chères et tendres moitiés 🙂

En vrac rapide et plus ou moins libre.

En ce jour de la fête du travail, un petit en vrac’ plus ou moins libre.

Cinnarch Gnome 2013.04.11 : le meilleur moyen d’avoir d’avoir une Archlinux et Gnome tout en un ?

Suite à l’annonce de l’abandon de Cinnamon par l’équipe d’ArchLinux pour des raisons technique, CinnArch a décidé de proposer une ISO intermédiaire, qui remplace Cinnamon par Gnome 3.6.

Et de changer de nom par la suite. Je me demande quel sera celui ci. J’ai récupéré l’ISO pour voir ce que donnait l’installateur graphique, grande nouveauté introduite par la précédente ISO officielle du projet.

L’installateur (CnChi) est encore en développement, écrit en Python. Il ne supporte pas encore les ordinateurs utilisateurs avec des machines en UEFI, mais permet de faire une installation plus ou moins avancée au niveau du partitionnement par exemple. Pour me simplifier la vie dans ce premier essai, j’ai utilisé les options par défaut à chaque fois que c’était possible.

Continuer la lecture de « Cinnarch Gnome 2013.04.11 : le meilleur moyen d’avoir d’avoir une Archlinux et Gnome tout en un ? »

SolusOS 2 alpha7 : La Grenouille qui veut se faire aussi grosse que le Boeuf ?

SolusOS, c’est un peu comme la fable de la Fontaine de la Grenouille et du Boeuf. Basée sur la Debian GNU/Linux Wheezy, son codeur a eu une crise d’égo et a décidé de forker le code de Gnome Classic dans sa version 3.4.1, Gnome 3.6 existant depuis le 26 septembre 2012, et sera remplacé par Gnome 3.8 vers le 27 mars prochain.

Déjà, il faudra m’expliquer l’intérêt de forker un code rendu obsolète, mais avant de jeter le bébé avec l’eau du bain, récupérons l’ISO de la dernière version alpha disponible, celle qui présente Consort, le fork du code de Gnome Classic 3.4.x.

Rien que le nom est assez comique, quand on sait le rôle technique des princes consorts dans l’histoire…

Mais lançons une machine virtuelle Qemu avec la dernière image ISO 32 bits.

[fred@fredo-arch ISO à tester]$ qemu-img create -f qed disk.img 128G
Formatting 'disk.img', fmt=qed size=137438953472 cluster_size=65536 table_size=0
[fred@fredo-arch ISO à tester]$ kvm64 -hda disk.img -cdrom SolusOS-2-A7.iso -no-frame -boot order=cd &

Continuer la lecture de « SolusOS 2 alpha7 : La Grenouille qui veut se faire aussi grosse que le Boeuf ? »