L’album « bof » de la semaine, épisode 1 : « Chapter One » des An Erotic End of Times.

Dans mes billets en vrac de fin de semaine, je parle d’albums mais la plupart du temps, je ne reviens pas dessus dans un article par la suite. Car ce sont des albums qui sont un peu « bof » dans le sens : déjà entendu, sans réelle surprise, m’en touche l’une sans me faire bouger l’autre pour paraphraser un certain Jacques C., né le 29 novembre 1932.

Un album auquel il manque un petit quelque chose pour passer à la caisse. C’est le cas avec le premier album des français du groupe An Erotic End of Times. J’en avais rapidement parlé début mai 2017.

J’avoue que la première écoute m’avait pas trop déplu, mais lors de la deuxième écoute, celle qui décide ou non de l’achat, je me suis dit : mais bip, qu’est ce que c’est du déjà entendu. Il y a tous les éléments qu’on peut attendre d’un album affilié au metal industriel et gothique.

Des guitares bien lourdes, des rythmes rapides, des chants sombres et tristes à souhait. Mais on tourne vite en rond, et on se retrouve avec du plus que classique… Dommage 🙁

Après, les goûts et les couleurs, mais je préfère encore largement l’album « Seven Years of Famine » d’Order of Isaz. À moins que je ne sois pas sensible au mélange metal industriel et metal gothique ?

En tout cas, libre à vous ou pas d’apprécier cet album. Mais j’avoue qu’il ne m’a pas emballé !

La mort de T411 ? Encore une victoire à la Pyrrhus pour l’industrie des galettes plastifiées…

L’information a couru sur les médias électronique : une opération de police a débranché le site de référencement T411. Une autre référence du monde de la copie illicite mise à terre… Même si l’histoire ne bégaye pas, cela donne une impression de déjà-vu puissante et rance.

Rafraichissons-nous la mémoire. Janvier 2012. Le célébrissime site de partage Megaupload est débranché en fanfare. L’industrie de l’inculture (oups !) sabre alors le champagne. Résultat des courses ? Un an après la fermeture de Megaupload, son héritier arrive, Mega… Un coup d’épée dans l’eau donc.

Sans oublier les tentatives pour saborder le site « The Pirate Bay » dont la liste serait trop longue pour être exhaustive. Donc, T411 a été mis à terre. Dans un article du monde, le représentant de la SACEM dont on imagine qu’il doit avoir un énorme sourire en coin balance une réponse que l’on sent la morgue et la condescendance :

[…]De nombreux internautes se montrent très déçus par la fermeture du site ; que leur répondez-vous ?

Les pauvres ! Qu’ils aillent vers l’offre légale, qu’ils essaient ! Il faut arrêter de prendre les gens pour des imbéciles. L’offre légale s’est considérablement développée. Pour la musique, elle est aussi bonne, voire meilleure, que l’offre illégale. Certains diront qu’elle n’est pas aussi performante, qu’il manque ce morceau ou celui-là…

Mais c’est un prétexte. Les gens qui piratent, la vérité c’est qu’ils ne veulent pas rémunérer la création. L’offre légale est toujours perfectible, mais on a atteint un niveau suffisamment satisfaisant pour ne pas utiliser ce genre de prétexte qui pouvait marcher en 2004. Aujourd’hui, pour 10 euros par mois, vous avez accès à 30 millions de titres ! Il faudrait plusieurs vies pour pouvoir tout écouter. Même sur l’audiovisuel, les progrès sont considérables.[…]

J’en ai recraché mon café matinal en lisant un tel tissu de propagande… Cette dernière me donne des envies de défoncer un punching-ball sous pervitine tant je suis en colère…

Continuer la lecture de « La mort de T411 ? Encore une victoire à la Pyrrhus pour l’industrie des galettes plastifiées… »

Vieux geek, épisode 85 : les oubliés MS-Word 5.5 et 6.0 pour MS-DOS…

Même si j’utilise couramment LibreOffice Writer pour mes textes plus ou moins sérieux, plus ou moins administratif, j’ai comme de nombreuses personnes qui ont fait leurs premières armes sur PC au milieu des années 1990 commencés sur MS-Word 6.0 pour MS-Windows 3.1, et pour les plus friqués à l’époque sur MS-Word 7.0 (alias 95) pour MS-Windows 95.

Même si j’ai pu via mon – inutile ? – passage sous les drapeaux récupérer la totalité du pack MS-Office 4.2, il ne faut pas oublier que la carrière de Microsoft Word pour MS-DOS ne s’est pas arrêté en 1992 avec la popularisation de MS-Windows 3.1. Loin de là.

Après avoir fouillé aux endroits bien pourvus en dinosauriciels, j’ai pu mettre la souris sur le duo MS-Word 5.5 pour MS-DOS (en français) sorti en 1991, et un MS-Word 6.0 pour MS-DOS (en anglais) sorti en… 1993 !

Continuer la lecture de « Vieux geek, épisode 85 : les oubliés MS-Word 5.5 et 6.0 pour MS-DOS… »

En vrac’ de fin de semaine.

Comme chaque fin de semaine, l’habituel en vrac’ 🙂

Côté logiciel libre, informatique et internet.

Côté culture ?

Bon week-end !

Vieux geek, épisode 84 : Doom 95, ou comment Microsoft voulait imposer MS-Windows 95 pour le jeu vidéo…

Nous sommes en 1995. Toute personne voulant jouer sur PC sait qu’en dehors des jeux pour MS-Dos, il n’y a pas de choix. Il y a bien des jeux pour MS-Windows 3.1x, mais en dehors du Solitaire, de la Dame de pique, c’est assez clairsemé…

Or, pour promouvoir son nouvel OS, Microsoft sait qu’il lui faut de l’artillerie lourde… Et quoi de mieux qu’un port de Doom, titre emblématique de 1994 pour se faire de la publicité ? Derrière Doom95, il y a un certain… Gabe Newell (fondateur de Valve) avec une équipe de développeurs pour porter le célèbre FPS.

Même si certains titres sont prévus pour la sortie de MS-Windows 95, dont le port de Terminal Velocity sous le nom de Fury3 dont j’ai parlé dans l’épisode 55 de la série vieux geek en février 2016.

Continuer la lecture de « Vieux geek, épisode 84 : Doom 95, ou comment Microsoft voulait imposer MS-Windows 95 pour le jeu vidéo… »

« The Ravages of Time » de Selene : un deuxième LP à la hauteur du premier ?

En ce 23 juin 2017, Selene, groupe nord-irlandais de metal symphonique que je suis depuis leur premier EP en 2013, sort son deuxième LP « The Ravages of Time » après son premier « The Forgotten » publié en novembre 2015.

Le moment tendu du deuxième LP est donc arrivé. Je l’ai précommandé il y a quelques jours. J’espère juste que la Royal Mail et la Poste vont travailler main dans la main 🙂

La question est : est-ce que le groupe a réussi à faire un deuxième album à la hauteur du premier ?

Côté durée, on est dans une bonne moyenne. En effet, 11 morceaux, 54 minutes, c’est pas si mal que cela au final. Pour mémoire, leur premier LP était du même acabit : 11 titres pour 50 minutes. Autant dire que c’est une tradition pour Selene de faire des albums longs.

Continuer la lecture de « « The Ravages of Time » de Selene : un deuxième LP à la hauteur du premier ? »

Mémoires télévisuelles d’un enfant des années 1970, épisode 29 : un des premiers feuilletons interactifs pour enfants, Télétactica !

Nous sommes en 1982. Récré A2 est l’émission incontournable pour les gamins et gamines. Dorothée qui n’est pas encore partie fonder son Club sur une chaine concurrente, propose dans l’émission qu’elle anime avec sa bande une série d’animation interactive, « Télétactica ».

Mais le plus simple, c’est de visionner cette archive de l’INA où Dorothée explique le fonctionnement du feuilleton.

En utilisant l’électricité statique que dégageait l’écran cathodique, on collait un morceau de plastique sur l’écran, histoire de faire interagir les gamin(e)s derrière leur téléviseur.

La série compta 120 ou 130 (??) épisodes de 5 minutes. Je me souviens que je n’avais pas eu le droit à l’époque d’acheter le kit de formes plastifiées car on craignait que cela n’abime l’écran.

Continuer la lecture de « Mémoires télévisuelles d’un enfant des années 1970, épisode 29 : un des premiers feuilletons interactifs pour enfants, Télétactica ! »

Kiss0s 0.7, la Debian GNU/Linux Stretch pour geeks ayant oublié l’existence des rasoirs ?

En dehors de l’excellente et pensée pour les débutants DFLinux Stretch, Arpinux sait se faire plaisir, et faire plaisir aux geeks dont la barbe descend jusqu’aux genoux et qui fait passer Saint Ignucius pour un imberbe.

C’est le cas avec la version 0.7 de sa Kiss0s, alias back2g33k1and, ce qui en leetspeak donne : back to geekland, donc en français, retour au pays des geeks. Tout un programme 🙂

Au menu : une base debian GNU/Linux stretch avec des sessions fluxbox, dwm et dwm « améliorée » sans oublier pekwm. Et quelques outils développés par la bande de 3hg comme le tkmenu par exemple.

Mon ami transmission a surchauffé pour récupérer l’image ISO en 64 bits qui pèse un peu plus de 2 Go.

VirtualBox a été ensuite mis à contribution pour voir ce que cette distribution GNU/Linux pour barbus a dans les tripes.

Continuer la lecture de « Kiss0s 0.7, la Debian GNU/Linux Stretch pour geeks ayant oublié l’existence des rasoirs ? »

En vrac’ de fin de semaine.

Comme chaque fin de semaine, l’habituel en vrac’ 🙂

Côté logiciel libre, informatique et internet. En dehors de la Debian GNU/Linux 9 alias Stretch qui doit sortir en ce week-end du 17 juin 2017, quoi d’intéressant ?

Côté culture ?

Bon week-end !

« La Sagesse pour appât » de Mickaël Paitel : sagesse ne rime pas avec vieillesse !

Ce roman de Mickaël Paitel est le troisième que je lis. J’avais commencé avec « Une retraite sous de mauvais auspices », dont j’ai parlé en mai 2016. J’avais ensuite lu « L’amour ne s’attrape pas au lasso » que j’avais bien aimé.

J’ai acheté récemment le dernier roman en date de Mickaël Paitel, sorti le 23 mai 2017.

On dit souvent que la sagesse vient avec l’âge… Ce roman fait mentir l’adage populaire en beauté.

Continuer la lecture de « « La Sagesse pour appât » de Mickaël Paitel : sagesse ne rime pas avec vieillesse ! »

Nitrux : le syndrome YADE frappe à nouveau ?

Ah, Distrowatch et sa liste d’attente. On y trouve le meilleur comme le pire, le classique comme l’innovant. Mais on y trouve aussi l’expression du syndrome YADE. YADE ? Yet Another Desktop Environment, que l’on peut traduire : « Encore un autre environnement de bureau ».

La liste des environnements de bureaux pour linux et les BSD libres s’allongent chaque année. Voici donc une liste non-exhaustive des environnements par ordre alphabétique. Je m’excuse pour les oublis potentiels :

Une grosse douzaine donc… Et comme si cela ne suffit pas, accueillons à bras ouvert le projet Nomad Desktop de la Nitrux.

Nomad Desktop ? Il est basé sur QT5 et KDE… On sait tout de suite que ce sera un poids plume… ou pas. En effet, sur la page d’accueil du projet, on peut lire ceci dans les prérequis : « 2 GB system memory ». Je jure solennellement que je ne me plaindrai plus du côté glouton de KDE ! 🙂

Après la récupération de l’image ISO et l’avoir vérifié avec le fichier sha256sum fourni, j’ai lancé VirtualBox pour savoir quelle était la base utilisée pour la Nitrux, le site étant étrangement muet sur ce point.

Cependant, en allant sur la page Google plus du projet, on apprend que c’est une base Ubuntu… Oh, pourquoi je sens arriver un projet qui serait un brin doublon avec Kubuntu et Neon ?

Continuer la lecture de « Nitrux : le syndrome YADE frappe à nouveau ? »

La rolling release, nouvelle mode dans le monde des distributions GNU/Linux ?

Il y a deux modèles dans le monde des distributions GNU/Linux : les fixed releases (basées sur une date plus ou moins fixée à l’avance) et les rolling releases (qui publie une image ISO d’installation à intervalles irréguliers et qui proposent des mises à jour en continu par la suite).

Historiquement ce sont les fixed releases qui se sont imposées. Le modèle rolling release n’est en effet apparu qu’avec l’Enoch Linux en 1999, plus connue sous le nom de Gentoo Linux, dont la version 1.0 est sortie en 2002.

La première moitié des années 2000 a été très fécond en terme de distribution rolling release. Outre la première Gentoo Linux, on peut citer principalement :

Oui, il y a au moins deux distributions rolling qui soufflent cette année leurs 15 bougies. Ce qui en dit long sur la supposée instabilité chronique des distributions en publication continue 🙂

Continuer la lecture de « La rolling release, nouvelle mode dans le monde des distributions GNU/Linux ? »

La MX Linux 16.1, un ultime hommage à la Debian GNU/Linux Jessie ?

Il y a des distributions que j’aime bien et qui sont basées sur la Debian GNU/Linux. Outre le projet facilitateur qu’est la DFLinux, je ne puis que citer le projet MX Linux.

La dernière fois que j’en avais parlé, c’était à l’époque de la première béta de la MX Linux 16.0, en novembre 2016.

Je concluais l’article ainsi :

Je dois dire qu’on est devant une distribution qui a été pensée du début jusqu’à la fin pour être utilisable. On est loin des distributions uniquement pensée sur le plan technique ou pour faire bien sur le CV. J’ai oublié de montrer l’outil de gestion des rétroportages (ou backports), mais il est construit avec le même sérieux que le reste ! Ça fait du bien 🙂

C’est le genre de distributions qui redorent le blason du monde libre qui en a sérieusement besoin par moment !

Environ 7 mois sont passés et la Debian GNU/linux Stretch s’approche à grand pas. Cela n’a pas empêché le projet MX Linux de sortir le 8 juin 2017 une nouvelle – et ultime ? – révision de la branche 16.x de sa distribution basée sur la Debian GNU/linux Jessie.

Continuer la lecture de « La MX Linux 16.1, un ultime hommage à la Debian GNU/Linux Jessie ? »

C’est officiel : je n’ai plus envie de vivre dans le monde du libre…

Il y a plus d’un an, je poussais une gueulante contre les puristes du libre. Je pensais tout avoir vu, mais on n’est jamais sûr et certain de tomber sur pire. J’aurais dû m’en douter…

Distrowatch dans sa gazette du 5 juin 2017 a décidé de faire une « spéciale » Devuan GNU+Linux. Je me suis dit que les commentaires n’allaient pas voler très haut. Mais je ne pensais pas que l’on tomberait dans le reductio ad hitlerum dans les commentaires.

Il faut descendre au 82e commentaire, et même si on ne parle pas anglais, on sent que l’on est tombé très bas dans l’ignoble… Tout cela pour un système d’initialisation !

Je dois dire que j’ai été pris d’une nausée immédiate devant l’assimilation entre le régime mis en place par le NSDAP entre 1933 et 1945 et un logiciel libre sous LGPL 2.1 et suivante, dixit la page officielle sur le site FreeDesktop.

Si je devais récrire l’article ou refaire la vidéo de l’article de mai 2016, je ne changerai rien, mis à part que je garderai un peu plus mon calme en vidéo devant l’intégrisme presque religieux d’une partie du monde du libre.

Pour paraphraser le professeur Hubert Farnsworth de la série animée « Futurama » : je ne veux plus vivre sur cette planète !

Les commentaires seront ouverts jusqu’au 20 juin 2017 à minuit, et comme pour l’article de mai 2016, je n’interviendrai pas, sauf pour sucrer les commentaires qui tournent purement à l’insulte.

En vrac’ de fin de semaine.

Comme chaque fin de semaine, l’habituel en vrac’ pour clore une semaine un peu creuse sur le blog. J’ai des obligations personnelles qui me mettent un peu en retrait en ce moment. Mais ça va vite changer 😀

Côté logiciel libre, informatique et internet.

  • Dans la catégorie distributions GNU/Linux sérieuses, je demande la MX 16.1, basée sur la Debian GNU/Linux Jessie en attendant la version sur Stretch 🙂
  • La cousine éloignée de la ArchLinux, j’ai nommé la KaOS vient de sortir sa version 17.06 qui propose Plasma 5.10.x entre autres choses.
  • J’adore l’optimisme de Cyrille Borne, surtout quand il parle du bureau linuxien… J’aurais presque pu l’écrire sur certains plans, mais on m’aurait dit que je radote 🙂

Côté culture ?

Bonne week-end !