Les distributions GNu/Linux 100% libres reconnues par la Free Software Foundation : quel bilan en cet été 2015 ? Deuxième partie.

Voici donc la deuxième et dernière partie de cet article bilan concernant les distributions GNU/Linux reconnues comme libre par la Free Software Foundation. Cet article va concerner les Parabola GNU/Linux, la GuixSD, la Trisquel GNU/Linux et enfin la Ututo.

Commençons déjà par dire que la Ututo est morte. Dans un article de novembre 2013 qui s’intitule « Un día realmente triste. » qu’on peut traduire par « Un jour réellement triste », on apprend la triste nouvelle :

El día sabado me entero, al igual que ustedes supongo, que el proyecto ya no se desarrollara mas. La verdad es que la noticia me provoco la mayor tristeza en los ultimos años. Ya sé, varios diran que existen muchisimas distros con la cual reemplazarla, pero ninguna me dara lo mismo que UtutoXS.

Une traduction rapide ?

Un samedi on m’informe, aussi comme vous je suppose, que le projet ne se développait déjà plus. La vérité est que la nouvelle a provoqué une des plus grande tristesse de ces dernières années. Je sais déjà, certains me diront que beaucoup de distros existent avec laquelle la remplacer, mais aucune ne sera comme la UtutoXS.

Une distribution GNU/Linux libre de moins. Cela en fait deux avec la Venenux qui avait été déjà enlevé de la liste des distributions GNU/Linux reconnues comme libres par la Free Software Foundation.

Passons donc à la Parabola GNU/Linux. Il est inutile de m’appesantir car j’ai déjà fait un article sur cette dernière en mai 2015, avec une conclusion cinglante :

Comme vous avez pu le voir, sur le plan pratique, la Parabola GNU/Linux n’est pas inutilisable, mais de part son positionnement « libre pur et dur » que j’ai poussé dans ses retranchements, on est victime de quelques limitations pour une personne appréciant certains services en lignes, comme ceux proposé par Google ou encore Yahoo.

Pour l’utilisateur avancé pointilleux sur la liberté des logiciels et le respect de sa vie privée, la Parabola GNU/Linux est sûrement une des meilleures distributions GNU/Linux imaginable, même si son installation est moins simple que celle d’une Trisquel GNU/Linux par exemple.

Après à vous de voir, mais j’avoue que c’est encore une distribution un peu trop pointilleuse pour mon utilisation quotidienne. Un peu trop zélée, mais j’ai voulu respecter l’esprit de la distribution au maximum.

Continuer la lecture de Les distributions GNu/Linux 100% libres reconnues par la Free Software Foundation : quel bilan en cet été 2015 ? Deuxième partie.

Critique de livre : « N.A.T.I.V » de Maurice Desborels

J’avais parlé du roman « N.A.T.I.V » de Maurice Desborels dans un en vrac’ rapide du 12 juillet 2015. Après avoir attendu une petite dizaine de jours son impression, son envoi et sa réception, je m’y suis attaqué ce week-end.

365-nativ_th

Ce court roman – environ 120 pages – est à classer dans le genre anticipation, voire science fiction, mais sans le moindre artifice classique des romans de SF. L’histoire se situe dans les années 2050, et se base sur le duo de concepts que sont la néotinie et l’octogenèse.

Le postulat du livre est de savoir comment vivrait des personnes dont le développement intra-utérin ne serait pas de 9 mois, mais s’allongerait à 21 mois. En clair, comment vivraient des personnes N.A.T.I.V (nées à terme in vitro) ?

Continuer la lecture de Critique de livre : « N.A.T.I.V » de Maurice Desborels

Les distributions GNU/Linux 100% libres reconnues par la Free Software Foundation : quel bilan en cet été 2015 ? Première partie.

Fin octobre 2012, je dressais un bilan des distributions GNU/Linux 100% libre, sous la forme de 3 articles, deux parus le 30 octobre : le premier parlant de la Blag Linux et de la Dragora, le second de la gNewSense et de la Parabola GNU/Linux. Un dernier, le 31 octobre parlait de la Trisquel GNU/Linux, de la Ututo et de la Venenux. Vu la longueur de l’article, deux parties sont nécessaires. Publier la première partie de cet article le jour même de la sortie de MS-Windows 10, à savoir le 29 juillet 2015 est un clin d’oeil au parangon du logiciel privateur.

Les distributions GNU/Linux de cet article en deux parties sont celles qui collent au mieux des idéaux défendus par la Free Software Foundation. Elles font donc partie des quelques 281 distributions encore en activité indexées sur distrowatch au 27 juillet 2015. Sans oublier les 262 en attente d’indexation.

Donc, si vous ne trouvez pas votre bonheur ici en terme de distributions GNU/Linux, vous le trouverez sans problème ailleurs :)

Pour la Blag Linux, qui est une vaste moquerie (il suffit de voir la vitalité des listes de publications, que ce soit la liste utilisateur ou développeur qui n’a connu aucun message entre février et juin 2015), je reviendrai à ce que je disais dans un article coup de gueule d’octobre 2014 :

Et la goutte d’eau qui fait déborder le vase ? L’annonce de publication de la version qui s’avère être une… version alpha ! En clair, on est passé (capture d’écran et vidéo à l’appui) d’une version dite stable à une alpha qui est le premier stade de développement d’une distribution !

Si cela n’est pas du « on se moque du monde » en version XXXL, qu’est-ce que c’est ? Autant dire que le projet GDNewHat qui était vraiment utilisable, modulo le caricatural GNU/Icecat fourni avec la distribution s’est sabordé pour rien.

Inutile de préciser que cela disqualifie la Blag Linux et qu’il n’est pas besoin de gaspiller de l’encre électronique en plus sur ce projet qui meurt à petit feu.

Continuer la lecture de Les distributions GNU/Linux 100% libres reconnues par la Free Software Foundation : quel bilan en cet été 2015 ? Première partie.

Viperr 7 : le retour du serpent !

En ce 28 juillet 2015, sur le réseau social fantôme, j’ai nommé Google+, j’ai eu droit à un petit message assez intéressant, concernant la Viperr.

+Frederic Bezies la version finale de viperr7 est dispo sur le repos habituel 😀

Je dois dire que j’ai un faible prononcé pour cette distribution qui reprend le principe de la Crunchbang avec une base Fedora Linux. Même si l’annonce officielle n’est pas encore disponible, j’ai eu le « feu vert » d’un des développeurs pour en parler. La seule chose que je peux vous dire, c’est que l’ISO en 64 bits pèse, dixit wget un peu plus du Go symbolique. Et non, vous n’aurez pas l’adresse avant l’heure, bande de chenapans ! 😀

Y a pas à dire, avoir été béta-testeur de quelques ISOs de développement aide à bien se faire voir des adorateurs de reptile.

requête HTTP transmise, en attente de la réponse… 200 OK
Taille : 1107296256 (1,0G) [application/x-iso9660-image]
Sauvegarde en : « Viperr7_x86_64.iso »

Viperr7_x86_64.iso 100%[=====================>] 1,03G 3,49MB/s ds 4m 42s

Le nom de code de la Viperr 7 est « Nyarlathotep ». Merci H.P. Lovecraft pour le nom que l’on doit éternuer. À quand la version Shub Niggurath ? 😀

Après un cadeau de noël 2014 un peu en avance avec la Viperr 6, est-ce que la Viperr 7 basée sur la Fedora 22 sera un cadeau en plein été ?

Continuer la lecture de Viperr 7 : le retour du serpent !

Semplice 7 : le retour de la distribution GNU/Linux austère mais fonctionnelle.

J’avais parlé pour la dernière fois de la Semplice en décembre 2013. Plus d’un an et demi est passé, et la sortie en avril 2015 de la version 7 de cette distribution propose un environnement maison basé sur Openbox est une bonne occasion de faire un nouvel article. Je tiens à remercier fifo qui a laissé un commentaire, sur un précédent article, me faisant penser à jeter un oeil sur la Semplice.

Pour mémoire, la Semplice, c’est une base de Debian GNU/Linux Unstable (alias Sid), avec OpenBox et l’environnement maison Vera, Pragha (pour la musique) et plein de bonnes choses. Son nom de code parlera aux amateurs de rock psychédélique, car c’est « Comfortably Numb ». Juste la sixième piste de la deuxième partie d’un album peu connu du nom de « The Wall » :)

Fermons cette rapide parenthèse culturelle, et voyons ce que la Semplice 7 a dans le ventre. C’est la version 7.0.1 qui est proposée au téléchargement. J’ai récupéré la légère ISO (uniquement 653 Mo) de la Semplice 7.0.1 en 64 bits.

[fred@fredo-arch ISO à tester]$ wget -c http://freefr.dl.sourceforge.net/project/semplice-linux/releases/7/7.0.1/amd64/semplice64_current-7.0.1_701.0.iso
–2015-07-27 17:55:42– http://freefr.dl.sourceforge.net/project/semplice-linux/releases/7/7.0.1/amd64/semplice64_current-7.0.1_701.0.iso
Résolution de freefr.dl.sourceforge.net (freefr.dl.sourceforge.net)… 2a01:e0d:1:8:58bf:fa88:0:1, 88.191.250.136
Connexion à freefr.dl.sourceforge.net (freefr.dl.sourceforge.net)|2a01:e0d:1:8:58bf:fa88:0:1|:80… connecté.
requête HTTP transmise, en attente de la réponse… 200 OK
Taille : 685092864 (653M) [application/octet-stream]
Sauvegarde en : « semplice64_current-7.0.1_701.0.iso »

semplice64_current- 100%[=====================>] 653,36M 3,45MB/s ds 3m 21s

2015-07-27 17:59:02 (3,26 MB/s) — « semplice64_current-7.0.1_701.0.iso » sauvegardé [685092864/685092864]

J’ai ensuite fait chauffer VirtualBox avec la machine virtuelle type : 2 Go de mémoire vive, 2 CPUs virtuels, 128 Go de disque. Pour gagner du temps, j’ai choisi de lancer directement l’assistant d’installation de la distribution, deuxième option au premier lancement.

Continuer la lecture de Semplice 7 : le retour de la distribution GNU/Linux austère mais fonctionnelle.

De la sodomie de portefeuille comme sport préféré dans l’industrie musicale.

Oui, j’ai employé un terme volontairement grossier dans le titre de cet article, mais j’avoue que je commence à en avoir ma claque de voir des groupes et des éditeurs qui considèrent que les amoureux et amoureuses de musique ne sont que des portefeuilles sur jambes.

J’aurai pu employer le terme de siphonnage, mais c’est encore trop peu puissant pour exprimer la volonté de se faire du fric sans la moindre mauvaise conscience. Dans cette catégorie de productions uniquement faite pour amorcer et alimenter la pompe à fric, je pourrai prendre sans aucun problème la sortie des versions remastérisées des albums de Led Zeppelin par Jimmy Page en 2014.

Je pensais que les groupes et artistes sur Bandcamp avait compris la leçon et ne proposaient pas des produits peu fournis (du genre 2 ou 3 pistes de 3 à 4 minutes pièces) au dela de 5 € en numérique et 6 € en version physique.

Je me trompais lourdement. Alors que je fouillais la section metal de Bandcamp pour trouver des nouveautés, je suis tombé sur une page qui m’a fait sentir des drôles de sensations pas franchement agréables au niveau de l’arrière-train, avec le minuscule EP des « The Negation ».

Note du 28 juillet 2015 : la page en question a été modifiée, ne proposant plus que le CD pour 12€. Ce qui est plus raisonnable, même si une écoute préalable des pistes semble indisponible. Cf le commentaire du groupe sur cet article qui plaide l’erreur de conception dans la page bandcamp en question.

Continuer la lecture de De la sodomie de portefeuille comme sport préféré dans l’industrie musicale.

En vrac’ rapide de fin de semaine.

Étant donné que je serais absent de mon clavier d’ordinateur une bonne partie du week-end, un petit en vrac’ pour meubler jusqu’à lundi prochain.

Commençons par le monde du logiciel libre.

Parlons culture maintenant.

Pour finir, je ne pouvais pas ne pas parler – même brièvement – de la loi sur le renseignement. Outre l’inutilité congénitale de la loi, et pour éviter de rajouter ma prose à celle déjà existante, je vous renvoie à l’article de Tristan Nitot qui regroupe pas mal de liens.

Bon week-end !

Le « marché » des distributions GNU/Linux à la recherche d’une maturation perdue ?

Depuis des années sur ce blog, je chronique des distributions GNU/Linux, aussi bien des très bonnes distributions (comme les Debian GNU/Linux, Slackware, ArchLinux, Fedora Linux, Ubuntu et ses dérivées principales), comme les pires pollutions de trottoirs (comme les feues Micro-R OS, Pear OS, ColorwheelOS ou encore Update Ubuntu Mate OS).

Dans les deux catégories, j’ai été tout sauf exhaustif. Je constate un très léger ralentissement – en trompe l’oeil ? – des ajouts dans la file d’attente d’indexation de distrowatch, qui est ma bible pour présenter les distributions parmi les plus improbables.

Si on prend la liste d’attente sur les 3 derniers mois (donc entre le 25 avril et le 25 juillet 2015), on a :

  1. PrimTux (submitted on 2015-04-27)
  2. EBOS SE (submitted on 2015-05-07)
  3. Lakka (submitted on 2015-05-13)
  4. K-Mint Ultimate (submitted on 2015-05-21)
  5. Universal OS Speed Edition (submitted on 2015-05-22)
  6. Beastix (submitted on 2015-05-29)
  7. Chili-OS (submitted on 2015-06-01)
  8. CrunchBang Plus Plus (submitted on 2015-06-03)
  9. SmallWall (submitted on 2015-06-13)
  10. GNUrama Linux (submitted on 2015-06-13)
  11. Pragmatic Linux (submitted on 2015-06-15)
  12. Lightning Linux (submitted on 2015-06-19)
  13. HashTag OS (submitted on 2015-06-21)
  14. Clear Linux (submitted on 2015-06-26)
  15. CrunchBang-Monara (submitted on 2015-06-30)
  16. Boreas GNU/Linux (submitted on 2015-07-06)
  17. RaspEX (submitted on 2015-07-08)
  18. GoBang Linux (submitted on 2015-07-13)
  19. ClefAgreg (submitted on 2015-07-16)

19 distributions, soit en gros 6 par mois. Ce qui est quand même peu. Pour mémoire, la liste d’attente pour être indexée contient 273 entrées, dixit la gazette du 20 juillet 2015.

La plus vieille attend depuis octobre 2007, soit depuis près de 8 ans au moment où je rédige cet article. Voici le « top 10″ :

  1. Arktur (submitted on 2007-10-30)
  2. CacheGuard (submitted on 2008-12-19)
  3. VoIP on CD (submitted on 2009-03-02)
  4. Jarro Negro Linux (submitted on 2009-03-12)
  5. FAN: Fully Automated Nagios (submitted on 2009-03-18)
  6. Lihuen (submitted on 2009-04-19)
  7. OWASP Live CD (submitted on 2009-05-13)
  8. Dyson (submitted on 2009-06-05)
  9. LinuxAdvanced (submitted on 2009-06-12)
  10. openArtist (submitted on 2009-06-23)

Continuer la lecture de Le « marché » des distributions GNU/Linux à la recherche d’une maturation perdue ?

La difficile succession de la Crunchbang Linux… Quelle galère…

S’il y a une distribution basée sur la Fedora Linux que j’aime beaucoup, c’est la reptilienne Viperr. Elle reprend une idée développée par une distribution décédée depuis, la Crunchbang qui veut proposer un environnement basé sur OpenBox aussi léger et rapide que possible, avec une base de Debian GNU/Linux Wheezy.

En février 2015, le père de la Crunchbang Linux annonçait la fin du projet.

Depuis, ce sont au moins 3 projets qui ont voulu prendre le relai. Par ordre alphabétique :

Il y a aussi le projet de BusenLabs, mais il ne propose aucune ISO téléchargeable, uniquement des scripts à appliquer.

J’ai donc récupéré les ISOs des trois projets et j’ai décidé de voir ce que cela donne. Je n’ai pas pu télécharger l’ISO de la GoBang, étant donné qu’elle est hébergé par SourceForge et qu’au moment où je rédige cet article, le site est à moitié planté.

Un point à noter : si à l’époque de la CrunchBang 11, une traduction française avait été mise en place sur le site CrunchBang-fr, ce n’est plus d’actualité apparemment.

Donc, ce seront des OS en anglais qui accueillera l’utilisateur. Ouille !

Continuer la lecture de La difficile succession de la Crunchbang Linux… Quelle galère…

C’est officiel : acheter de la musique au format physique, c’est être un schnock !

En janvier 2012 – que c’est vieux – je poussais déjà une gueulante sur la mort du format physique en terme de musique. C’est un extrait d’un article sur l’hypocrisie des lois britanniques en terme de « pompage » de CDs pour pouvoir écouter sa musique sur autre chose qu’une platine CD qui m’a fait sortir de mes gonds.

Je cite l’extrait en question :

[…]Quelque part, toute ces lois sont maintenant à quelques années près des combats d’arrière garde. Le succès d’Apple Music et des autres systèmes de streaming nous orientent vers un système de location de contenus qui devrait finir par s’imposer comme la référence en terme de consommation de ces derniers.[…]

Mon sang n’a fait qu’un tour. Outre le fait qu’on part sur une hypothèse qui peut très bien se casser les dents, comme jadis Yahoo Unlimited (vers 2005 – 2006), car je ne crois pas que l’écoute en flux soit l’avenir de la musique enregistrée, c’est une manière de dire que les personnes  qui aime à avoir une version physique d’un album sont des dinosaures pour rester gentil et dans les limites des propos sociaux.

J’ai connu trois changements de supports musicaux. Mon enfance a été bercée le duo 33 et 45 tours en vynile. Mon adolescence par les cassettes stéréos. Puis les CDs et enfin la musique dématérialisée.

Si je n’ai plus de cassettes stéréos – largement plus fragiles qu’un vynile ou qu’un CD – j’ai toujours plus d’une centaine de galettes pour tourne-disque et plus de 600 galettes plastifiées, dont certaines ont un âge assez avancé : 22 ans. C’est l’âge de mon édition originale de « Into The Labyrinth » des Dead Can Dance.

Continuer la lecture de C’est officiel : acheter de la musique au format physique, c’est être un schnock !

« Passes By » de Grus Paridae : du bon rock progressif finlandais.

Il m’arrive d’être contacté de temps à autres par des groupes ou des musicien(ne)s sans que je sache coment ils ont réussi à me trouver. Autant les boites qui veulent me vendre des articles sponsorisés, ça me provoque une poussée d’urticaire, autant quand on me parle musique, j’ai tendance à prêter un oeil et une oreille plus attentive. Même si je n’accroche pas au contenu proposé, j’ai toujours la politesse de répondre. Certains domaines feraient bien d’en tirer une leçon…

Il y a quelques jours, j’ai reçu un courriel en provenance de Finlande (tiens, pourquoi cela me parle sur le plan informatique ?) d’un duo du nom de « Grus Paridae« . Les deux membres étant Petteri Kurki et Rami Turtiainen.

Le courriel en question indique que ce duo propose des créations pour les personnes appréciant Pink Floyd, David Bowie, Genesis ou encore Peter Gabriel. Ça commence déjà bien. Surtout quand comme moi, on considère que la période bénie du progressif, c’est la première moitié des années 1970 avec Genesis (version Gabriel), Yes, King Crimson, Pink Floyd pour le côté expérimental. Bref !

Le courriel est un peu « tardif » surtout que leur premier EP est sorti en mai 2014. Ayant pu accéder au kit de presse, j’ai récupéré les deux titres de l’EP en format mp3 320, qu’on peut écouter aussi sur Deezer ou sur Spotify.

Je dois dire que même si j’accueille agréablement les courriers musicaux, cela en m’empêche pas de rester objectif et de dire ce que j’en pense. L’EP est très court, une grosse dizaine de minutes.

Continuer la lecture de « Passes By » de Grus Paridae : du bon rock progressif finlandais.

« Objections » des Rotters Damn : du très bon folk-rock français.

En fouillant sur Bandcamp – et en étant très patient – on finit toujours par tomber sur des pépites. Bon, il faut de l’obstination, mais ça finit toujours par payer.

C’est ainsi que j’ai pu tomber sur le deuxième EP des Rotters Damn, « Objections ».

Sorti en décembre 2014, cet EP nous propose un musique folk-rock à tendance progressive. Même s’il n’y a que cinq pistes pour un peu plus de 22 minutes, on dépasse à chaque fois les 3 minutes des titres qui pullulent sur les médias non-interactifs comme la télévision ou la radio.

La première piste « Fight & Prayers » nous plonge dans un folk-rock qui envoie du lourd dès le départ. Le chanteur a une voix qui me fait penser à Tom Waits, mais moins en « cassée et éraillée ».

La deuxième piste « In The Highway » rajoute une composante country. Son intro fait penser à une scène de western. Il ne manquerait plus que le saloon et l’ambiance enfumée 😉

La troisième piste « Archaic Minds » est la piste la plus folk classique de l’ensemble. Elle est presque entièrement acoustique, avec la voix du chanteur qui fait passer des frissons dans le dos.

L’avant-dernière piste « Take Shelter » reprend le côté folk-rock développé dans les pistes précédentes. La montée en puissance est progressive. L’ultime piste de l’EP « We Never Know » est acoustique dès le départ, et termine la vingtaine de minutes en douceur.

L’EP est disponible en version numérique à prix libre sur Bandcamp. Si vous préférez – comme moi, le vieux collectionneur – les versions physiques, le groupe vend l’EP sur son site.

Bonne écoute !

Tanglu 3.0rc2, le retour gagnant d’une autre distribution GNU/Linux ayant le cul entre deux chaises ?

Il y a près de 18 mois, en février 2014, je parlais de la version 1.0 de la Tanglu en saveur KDE.

Alors que la Debian GNU/Linux Jessie devait sortir un peu plus d’an après la Tanglu, je concluais l’article ainsi :

[…]je pense qu’il est plus simple d’installer directement une Debian GNU/Linux Jessie (via une installation avec l’image KDE) et vous aurez un résultat plus propre que la Tanglu dont l’intérêt me semble très limité, mis à part le fait qu’elle propose une installation facilitée d’une Debian GNU/Linux testing. Et c’est tout dans l’absolu.

Encore une distribution qui ne révolutionnera pas l’univers de GNU/Linux sur le bureau :)

Via distrowatch, j’ai pu apprendre la sortie de la version 3.0rc2 de la Tanglu dite Chromodoris willani – et on critiquera les noms de codes à la mords-moi l’appendice caudal de Canonical après – et j’ai donc décidé de la récupérer pour voir si la distribution était toujours aussi peu utile dans l’absolu, surtout avec l’existant : Debian GNU/Linux avec KDE.

[fred@fredo-arch ISO à tester]$ wget -c http://mirror1.hs-esslingen.de/pub/Mirrors/releases.tanglu.org/chromodoris/rc2/tanglu-chromodoris-rc2-kde-live-amd64.hybrid.iso
–2015-07-16 11:21:48– http://mirror1.hs-esslingen.de/pub/Mirrors/releases.tanglu.org/chromodoris/rc2/tanglu-chromodoris-rc2-kde-live-amd64.hybrid.iso
Résolution de mirror1.hs-esslingen.de (mirror1.hs-esslingen.de)… 129.143.116.10
Connexion à mirror1.hs-esslingen.de (mirror1.hs-esslingen.de)|129.143.116.10|:80… connecté.
requête HTTP transmise, en attente de la réponse… 200 OK
Taille : 1241513984 (1,2G) [application/x-up-download]
Sauvegarde en : « tanglu-chromodoris-rc2-kde-live-amd64.hybrid.iso »

tanglu-chromodoris- 100%[=====================>] 1,16G 3,86MB/s ds 5m 43s

2015-07-16 11:27:31 (3,46 MB/s) — « tanglu-chromodoris-rc2-kde-live-amd64.hybrid.iso » sauvegardé [1241513984/1241513984]

Oui, vous avez bien vu 3,86 Mb/s. C’est plus rapide que d’habitude, ayant désormais un accès internet en VDSL2.

Dans les notes de publications, on apprend que le serpent de mer concernant l’installation en UEFI continue de faire des siennes (en gros, si vous avez de l’UEFI, passez votre chemin). Sinon, en suivant les notes de publications de la RC1, on apprend que le système propose systemd 221, un noyau linux 4.0, Plasma 5.3 et l’installateur Calamares 1.1.

Modulo la présence de Calamares et Plasma 5.x est partiellement disponible sur la Debian GNU/Linux Unstable au moment où j’écris cet article, le 16 juillet 2015, c’est ce que propose la future Debian GNU/Linux 9 alias Stretch.

J’adore déjà l’idée de prendre une base de Debian GNU/Linux testing et lui mettre dessus un environnement partiellement disponible sur la branche unstable de la Debian GNU/Linux…

Mais restons optimiste et voyons comment se présente la Tanglu 3.0-rc2.

Continuer la lecture de Tanglu 3.0rc2, le retour gagnant d’une autre distribution GNU/Linux ayant le cul entre deux chaises ?

« The Moutain Ghost » de Kylver : Un LP plus que costaud.

Dans un en vrac’ récent, j’ai abordé le premier album de Kylver. Ce groupe britannique est spécialisé dans le metal progressif instrumental, teinté de post-rock.

Sur le plan pratique, « The Moutain Ghost » c’est un LP assez court, presque un EP, car il n’y a que 4 pistes. Mais la durée le fait entrer dans la catégorie des LP, car les pistes vont de 6 à 14 minutes, pour un total d’un peu plus de 38 minutes. Autant dire qu’il y a de quoi se mettre dans les oreilles.

Chaque piste est très travaillée, et on sent que le groupe a pris le temps de ciseler chaque morceau. La piste la plus longue commence l’album.

L’intro de cette piste me fait penser à celle d’un titre de Black Sabbath, tiré de l’album « Dehumanizer » du nom de « After All (the dead) ». Après une douce introduction, le morceau rentre très vite dans le vif du sujet. Même si on peut dire que la piste est un brin répétitive, cela ne la dessert pas le moins du monde.

Les deux pistes suivantes respectent le schéma de la première, avec un montée en puissance progressive. Pour tout dire, les deux pistes se complètent très bien.

L’ultime piste, qui ne fait que 8 minutes est plus inspiré psychédélique, assez teinté des années 1970, époque reine des tendances progressives.

C’est un album que je pourrais conseiller aux amateurs de mélodies progressives, surtout si on apprécie le rock bien lourd et la metal progressif. Ce premier opus est très réussi. À vous d’écouter, maintenant :)

Point Linux 3.0 Mate Desktop : une distribution vraiment utile ou de transition ?

J’en ai parlé dans un en vrac’ récent, la Point Linux 3.0 est sortie en déclinaison pour Xfce (avec Xfce 4.10.1) pour remplacer la version Gnome et Mate Desktop (avec Mate Desktop 1.8.1).

C’est avec cette deuxième déclinaison que j’ai envie de vous parler une nouvelle fois de la Point Linux. J’avais déjà parlé de sa version 3 béta en février 2015.

Je concluais l’article ainsi :

[…]le choix est simple si vous voulez une Debian GNU/Linux avec Mate Desktop, et on peut le schématiser rapidement ainsi.

Première option : Vous n’avez pas envie de vous prendre la tête à installer la Debian GNU/Linux avec Mate Desktop. Dans ce cas, la Point Linux sera pour vous.

Deuxième option : Vous vous sentez à l’aise avec l’installateur graphique de la Debian GNU/Linux et jouer un peu avec Synaptic ne vous fait pas peur, quite à rajouter IceWeasel depuis un dépot tiers comme celui de la Debian Mozilla Team ? Dans ce cas, préférez la Debian GNU/Linux.

La Point Linux vous servira à évaluer la compatibilité de votre matériel et voir si Mate Desktop est un environnement qui vous convient… Même si cela vous demandera de faire les mises à jour à la main :)

J’ai donc eu envie de voir si ce jugement était toujours valide… ou pas ! Étant proche du renouvellement de mon forfait de téléphonie mobile et de ses 20 Go de data, ma connexion ADSL étant en panne, j’en ai profité pour récupérer l’ISO de la Point Linux 3.0 Mate avec Transmission.

Ensuite, j’ai créé la machine virtuelle habituelle dans VirtualBox : 2 Go de mémoire vive, 128 Go de disque, 2 CPUs virtuels.

Au premier démarrage l’ensemble est en anglais. Après avoir fait passé le clavier en français, j’ai lancé l’installateur. Il faut noter que le jeu d’icones n’est autre que notre ami faenza. Il m’aurait presque manqué, tiens :)

Continuer la lecture de Point Linux 3.0 Mate Desktop : une distribution vraiment utile ou de transition ?