Antergos, y a pas comme un os dans l’OS ?

Ah, Antergos… NumixOS comme j’aime à le renommer. Je reviens toujours voir dans quel état il se trouve, même s’il accumule les erreurs de conception les plus basiques, comme un gestionnaire de session aussi léger qu’une dame hippopotame sur le point de devenir maman pour ne citer que l’exemple le plus frappant.

Je m’étais promis je ne sais combien de fois de ne plus en parler, mais la sortie simultanée de deux séries d’images ISO en l’espace de quelques jours (la 2016.06.14 puis la 2016.06.18), et l’annonce comme quoi l’Antergos propose la dernière version en date de Mate Desktop (la 1.14.1 au moment où j’écris cet article car encore indisponible pour Archlinux même si ça avance avec un dépôt github qui sera rétroporté officiellement ?) m’a donné envie de parler de l’Antergos à nouveau.

J’ai donc récupéré via bittorrent l’image ISO de la version 64 bits datée du 18 juin 2016 en version net-install. Étant donné qu’Antergos s’installe en ligne, autant prendre l’ISO la plus légère possible.

anter000

Pour voir à quoi ressemble la version de Mate Desktop 1.14 fournie par Antergos, j’ai décidé de faire capturer en vidéo toute l’installation. J’ai gardé les options par défaut, ne rajoutant que le support d’AUR.

Pour changer et expérimenter, j’ai utilisé AQemu, une interface pour Qemu développée en QT5.

Continuer la lecture de « Antergos, y a pas comme un os dans l’OS ? »

En vrac’ de fin de semaine.

Comme chaque fin de semaine, l’obligatoire billet en vrac’.

Côté logiciel libre :

Dans le domaine « fourre-tout » :

  • Le Joueur du Grenier s’est éclaté pour parler de l’étron intersidéral qu’est le dernier film sur les Chevaliers du Zodiaque… Comment dire, je suis entièrement d’accord avec lui ?
  • Le 24 juin 2016, c’était le 20ème anniversaire de la sortie d’un FPS plus que classique : « Quake ». Le studio de développement suédois Machine Games (qui a développé deux titres dans la série des Wolfenstein) propose un épisode complet pour l’occasion. Le vieux Quaker que je suis suis (une partie de temps en temps, ça soulage après s’être tapé la dernière étronicielle en date) n’a pas pu s’empêcher de le tester… Et c’est de la bonne, même si l’accès au niveau de difficulté Nightmare est trop facilement trouvé 😉

J’aurai pu rajouter l’accès au Dopefish caché dans cet épisode, mais non, vous le trouverez 🙂

Côté livre ? Rien, étant plongé dans la saga de « La Tentation de la Pseudo-Réciproque » de Kylie Ravera.

Côté musique ?

« La tentation de la pseudo-réciproque » de Kylie Ravera : suite et pas encore fin :)

Il y a une semaine jour pour jour, je parlais des tomes 2 et 3 de la saga de roman policier de Kylie Ravera. En l’espace d’une semaine, j’ai pu dévorer les tomes 4, 5 et 6. Voici donc mon retour.

Arrive donc le tome 4 de la série, « L’abominable canard des neiges ».

Continuer la lecture de « « La tentation de la pseudo-réciproque » de Kylie Ravera : suite et pas encore fin 🙂 »

Vieux geek, épisode 63 : StarOffice, l’ancêtre oublié de LibreOffice.

Si LibreOffice est devenu le synonyme de suite bureautique libre de qualité, il ne faut pas oublier que le chemin a été très long. Cette suite bureautique est la lointaine descendante de StarOffice, née au milieu des années… 1990 🙂

Développé à l’origine par les allemands de StarDivision, plusieurs versions sont sorties, dont la version 5.0 en novembre 1998. Elle était disponible pour MS-Windows, OS/2, linux et Solaris.

Racheté par Sun Microsystem en 1999 pour proposer une suite bureautique pour son OS Solaris, StarOffice devient gratuit. Le code source sera ensuite liberé et ce sera la saga OpenOffice.org qui permettra entre 2000 et 2009 de sortir plusieurs versions majeures de la suite bureautique. 2009 sera l’année du rachat de Sun par Oracle et la lente mise à mort d’OpenOffice.org. Septembre 2010 verra la naissance de LibreOffice, dont la première version sortira en janvier 2011.

Fouillant le site Abandonware Magazine, je suis tombé sur un CD de Compatibles PC Magazine qui proposait une version de Star Office 5.0. Autant dire, une occasion en or de montrer ce à quoi ressemblait une des dernières versions payantes de l’ancêtre de LibreOffice.

Continuer la lecture de « Vieux geek, épisode 63 : StarOffice, l’ancêtre oublié de LibreOffice. »

GhostBSD 10.3 béta 1 : un retour gagnant ?

La dernière fois que j’ai parlé de GhostBSD, c’était pour la sortie de la version 10.1 finale, en septembre 2015. C’est un projet que j’aime beaucoup et qui contrairement à PC-BSD n’est pas d’une lourdeur comparable à celui d’une éléphante enceinte.

Suivant l’actualité du projet et apportant mon aide anecdotique (par exemple avec ce rapport de bug ou encore celui-ci) à son débogage lors de ses phases de développement, j’ai voulu profiter de la sortie de la version 10.3 béta 1 pour faire un point sur ce concurrent léger de PC-BSD.

Outre le fait qu’il se base maintenant sur la version 10.3 du BSD libre le plus connu, il apporte quelques correctifs intéressants, dont le support de l’installation en UEFI. J’avoue que c’est surtout ce point qui m’a intéressé, mais comme l’UEFI est capricieux avec Qemu, j’ai préféré rester en mode bios.

J’aurais bien tenté ma chance avec VirtualBox, mais vu qu’il est un brin capricieux au moment où je rédige cette article…

J’ai donc récupéré l’ISO de la béta 1 de cet OS, et j’ai fait chauffer mon qemu, en utilisant la ligne de commande qui me permet d’avoir un ordinateur avec 2 CPUs, 2 go de mémoire vive.

Ce qui correspondant à l’entrée suivante dans mon .bashrc :

alias kvm64='qemu-system-x86_64 -smp cpus=2,threads=1 -k fr -m 2048 -soundhw ac97 -enable-kvm'

Pour faire « mumuse » avec l’OS, j’ai ensuite entré l’alias qec pour créer un disque dur virtuel. Sans oublier la ligne de commande qui permet de lancer l’ensemble.

[fred@fredo-arch ISO à tester]$ qec disk-gbsd.img 128G
Formatting 'disk-gbsd.img', fmt=qcow2 size=137438953472 encryption=off cluster_size=65536 lazy_refcounts=off refcount_bits=16
[fred@fredo-arch ISO à tester]$ kvm64 -hda disk-gbsd.img -cdrom GhostBSD10.3-BETA1-20160619-103520-mate-amd64.iso -boot order=cd &

Et l’alias qec ?

alias qec='qemu-img create -f qcow2'

Continuer la lecture de « GhostBSD 10.3 béta 1 : un retour gagnant ? »

« Nizhâm » des Dayazell : pour une fois que la fête de la musique annonce une bonne nouvelle… :)

Enfin, je voulais surtout parler de la date symbolique du 21 juin. Le 13 septembre 2013 – qui était accessoirement un vendredi – je parlais du premier album du quatuor Dayazell.

Depuis j’avais gardé un oeil sur l’activité du groupe. Et le 21 juin, le groupe annoncé la sortie de son nouvel opus sobrement intitulé Nizhâm.

Ici, tout ce qui fait le charme de l’album éponyme du quatuor refait surface.

Avec cet album qui frôle l’heure – un peu plus de 57 minutes pour être exact – on retrouve toutes les influences du groupe. Que ce soit les chants traditionnels scandinaves avec « Mitt Adertonde Ar », des chants soufis avec « Ah Nice Bir Uyursun », des chants européens médiévaux avec « Mariam Matrem Virginem » ou des instrumentaux comme avec « Sahar », « Eol » et « Shashkin » qui occupe une bonne partie de la deuxième moitié de l’album.

Autant dire que l’auditeur n’a pas le temps de s’ennuyer. C’est du grand Dayazell qui montre que les influences musicales. Inutile de préciser que l’album en version physique ira bientôt rejoindre son « grand frère » dans ma collection.

Merci Dayazell !

LXQt pré-0.11 : quel bilan pour l’environnement de bureau, sept mois après la sortie de la version 0.10 ?

L’environnement de bureau léger basé sur QT n’a plus connu de version stable depuis début novembre 2015, avec la sortie de sa version 0.10.

J’ai eu envie de voir où en était l’environnement, sept mois après sa dernière version stable. Pour arriver à ce but, j’ai donc repris une recette appliquée en février 2015. J’ai donc pris une Archlinux avec un xorg préinstallé, et j’ai fait recompilé (en dehors des lignes marquées par des étoiles) les paquets dans l’ordre suivant :

  1. libqtxdg-git
  2. liblxqt-git
  3. lxqt-globalkeys-git
  4. lxqt-common-git
  5. lxqt-notificationd-git
  6. libsysstat-git
  7. libstatgrab *
  8. libdbusmenu-qt5
  9. lxqt-panel-git
  10. lxqt-session-git
  11. lxqt-runner-git
  12. lxqt-qtplugin-git
  13. lxqt-policykit-git
  14. lxqt-openssh-askpass-git
  15. lxqt-powermanagement-git
  16. system-tools-backend
  17. liboobs
  18. lxqt-admin-git
  19. lxqt-config-git
  20. lxqt-about-git
  21. libfm-qt-git
  22. pcmanfm-qt-git
  23. lximage-qt-git
  24. lxqt-desktop-git
  25. qastools-qt5
  26. qtermwidget-git
  27. libqxt
  28. qterminal-git (émulateur de terminal)
  29. notepadqq-git (éditeur de texte)
  30. screengrab-git
  31. xarchiver *
  32. qps *
  33. gvfs *
  34. openbox *
  35. xscreensaver *
  36. oxygen-icons *
  37. xcursor-themes *
  38. sddm *

En bonus, j’ai fait compilé la version QT5 de Clementine (encore non officialisée) et recopier les 80 Go de ma musicothèque pour savoir comment le logiciel se comportait 🙂

Continuer la lecture de « LXQt pré-0.11 : quel bilan pour l’environnement de bureau, sept mois après la sortie de la version 0.10 ? »

Solus Project 1.2 : simple évolution ou version majeure de la distribution ?

Depuis la sortie de la version 1.1 du Solus Project (que j’avais intitulé SolusOS dans l’article de mars 2016), trois mois et demi se sont écoulés, et voici qu’une nouvelle version de la distribution GNU/Linux vient de pointer le bout son museau.

D’après les notes de publication, on apprend que c’est une version de peaufinage de la distribution. Mais pas seulement, le projet ayant désormais un support officiel du client Steam – sympa pour les amateurs de jeux – et que le centre de gestion des logiciels a été retravaillé, sans oublier des améliorations au niveau de l’installateur (UEFI, gestion des langues à l’installation).

Je concluais mon précédent article ainsi :

[…]C’est une distribution qui se bonifie, même si sa logithèque est encore un peu petite. Mais il ne faut pas oublier qu’elle est entièrement indépendante, donc un tel résultat est plus qu’honorable.

Ma conclusion est très simple : la version 1.2 de la SolusOS sera une étape décisive dans l’histoire de ce projet. Autant dire qu’il sera très attendu au tournant.

J’ai donc décidé de faire une vidéo pour montrer directement la Solus Project en action. Ne serait-ce que pour voir si les promesses ont été tenues au niveau de l’installateur. Comme pour l’article du mois de mars 2016, je suis parti d’une machine virtuelle proposant l’UEFI, mais cette fois avec Qemu en lieu et place de VirtualBox qui plante comme un MS-Windows Millenium sous amphétamine avec un noyau linux 4.6.x.

Continuer la lecture de « Solus Project 1.2 : simple évolution ou version majeure de la distribution ? »

En vrac’ de fin de semaine.

Comme chaque fin de semaine, l’obligatoire billet en vrac’. Même si l’article est un peu tardif, le publiant le 19 juin vers 18 heures.

Côté logiciel libre :

Côté livre ? Sauf contre indication, je me base sur les extraits librement téléchargeable.

Côté musique ? Rien cette semaine pour me caresser les oreilles… Si ce n’est que le groupe Elfika propose une version physique de sa première démo. J’avais déjà parlé du groupe dans un billet en vrac’ d’août 2015.

Bon semaine de… À vous de compléter ! 🙂

« La tentation de la pseudo-réciproque » de Kylie Ravera : les tomes suivants tiennent-ils leurs promesses ?

Après le premier tome de la saga « La Tentation de la pseudo-réciproque » dévorée en 48 heures, j’ai décidé de m’attaquer à la suite des aventures de Peter Agor et d’Eléanore Marolex.

Je vais donc parler rapidement des tomes 2 et 3 de la saga, respectivement « À l’X, le bicorne est incontournable » et « Carrément à l’OUEST ». Commençons donc par la deuxième partie des aventures de Peter et de son nouveau camarade, le chat Perpilopette.

Continuer la lecture de « « La tentation de la pseudo-réciproque » de Kylie Ravera : les tomes suivants tiennent-ils leurs promesses ? »

Obarun : un nouveau concept, la non-distribution :)

J’avoue que j’aime me détendre les neurones le matin en allant sur les commentaires de la gazette de Distrowatch. Cela me permet de voir la bétise humaine enfermée dans l’idéologie et le « théorisme » le plus puissant s’exprimer.

Dans la gazette du 13 juin 2016 de Distrowatch, je suis tombé sur un commentaire (le 52) qui outre les classiques attaques en dessous de la ceinture concernant Red Hat, parle d’une distribution qui propose une version de son ISO avec l’init plus que confidentiel s6. Cf la capture d’écran ci-dessous.

obarunJe suis donc allé sur le site de l’Obarun qui m’a fait un peu penser à « Alice au pays des merveilles » ou plutôt à sa suite « De l’autre côté du miroir » avec l’idée du non-anniversaire.

On peut lire, outre le fait que le projet mené par Eric Vidal (dixit la page de contact) ne propose pas « le système d’init dont il ne faut pas prononcer le nom », que ce n’est ni une distribution, ni une pure Archlinux.

Obarun is neither a distributionof its own, is nor is it pure Archlinux. Obarun is based on Archlinux, but incorporates several changes.

Voulant rester avec un système d’init un peu plus répandu, j’ai récupéré l’ISO de la Obarun avec runit. La dernière version en date de cet article, le 15 juin 2016, étant la 0.5.3.

J’ai ensuite fait chauffer mon ami Qemu pour montrer le concept un peu bizarre derrière le projet Obarun. Ainsi que mon ami Kazam, car le mieux était de montrer l’ensemble depuis le premier lancement.

Continuer la lecture de « Obarun : un nouveau concept, la non-distribution 🙂 »

Vieux geek, épisode 62 : Microsoft Office 97 et ses assistants animés.

L’annonce du rachat de LinkedIn par Microsoft a donné droit à quelques parodies dont une qui a fait chaud à mon coeur de vieux geek.

On y voyait l’un des plus célèbres ambassadeurs de Microsoft en train de se moquer du rachat. Et quel ambassadeur ? Clippy alias Trombine en version française ! Vous ne souvenez pas de cet assistant en forme de trombone plus qu’irritant ? Celui qu’on avait envie d’envoyer balader de temps à autre ?

Il est apparu avec ses amis pour la sortie de Microsoft Office 8.0 alias 97… Qui comme son nom l’indique est sorti en novembre 1996 🙂

Fouillant dans mes archives, j’ai réussi à remettre la main sur un exemplaire de MS-Office 97. Pour rester en conformité chronologique, j’ai tenté de faire fonctionner un MS-Windows 95 OSR2, puis un MS-Windows 98 sans grande réussite.

En désespoir de cause, je me suis replié sur MS-Windows NT 4.0 sur lequel j’ai appliqué le Service Pack 6a. Pour info, si un jour, vous voulez faire mumuse avec ce lointain ancêtre de MS-Windows 10, ne lui donnez pas un disque dur de plus de 4 Go… Avant son service pack 4, il est incapable de gérer de plus grande capacité ! Sans oublier les notes d’humour concernant la technologie Java à l’époque…

Java et NT4 - partie 1

Et la fin du message…

Java et NT4 - partie 2

Bref 😉

Continuer la lecture de « Vieux geek, épisode 62 : Microsoft Office 97 et ses assistants animés. »

Manjaro Linux 16.06 OpenRC : un an après, quel état des lieux ?

La dernière fois que je parlais de la Manjaro Linux OpenRC, c’était en juin 2015. Ma conclusion était des plus enthousiastes :

La Manjaro Linux OpenRC est une option plus qu’envisageable pour les personnes désirant une distribution à publication en continu sans systemd ni avoir à se farcir des heures de compilations comme avec une Gentoo Linux ou une Funtoo Linux.

Difficile de faire plus enthousiaste. J’ai pu apprendre l’arrivée de la version 16.06 OpenRC à la fois en version installation par le réseau et avec Xfce. J’ai donc récupéré la version la plus conviviale. Comme pour la version 0.8.13rc2 de juin 2015, l’ISO est toujours aussi légère. En gros, dans les 500 à 600 Mo de moins que la version classique.

Il faut dire qu’elle ne propose pas multilib et n’inclue pas certains logiciels comme Steam par exemple. J’ai donc fait chauffer mon ami wget pour récupérer l’énorme ISO :

[fred@fredo-arch ISO à tester]$ wget -c http://freefr.dl.sourceforge.net/project/manjaro-openrc/16.06/xfce/manjaro-xfce-openrc-16.06-x86_64.iso
–2016-06-12 11:09:34– http://freefr.dl.sourceforge.net/project/manjaro-openrc/16.06/xfce/manjaro-xfce-openrc-16.06-x86_64.iso
Résolution de freefr.dl.sourceforge.net (freefr.dl.sourceforge.net)… 2a01:e0d:1:8:58bf:fa88:0:1, 88.191.250.136
Connexion à freefr.dl.sourceforge.net (freefr.dl.sourceforge.net)|2a01:e0d:1:8:58bf:fa88:0:1|:80… connecté.
requête HTTP transmise, en attente de la réponse… 200 OK
Taille : 790626304 (754M) [application/octet-stream]
Sauvegarde en : « manjaro-xfce-openrc-16.06-x86_64.iso »

manjaro-xfce-openrc 100%[===================>] 754,00M 3,41MB/s in 3m 48s

2016-06-12 11:13:22 (3,31 MB/s) — « manjaro-xfce-openrc-16.06-x86_64.iso » sauvegardé [790626304/790626304]

Pour contourner le méchant bug de VirtualBox qui part en cacahuète avec les noyaux linux 4.6.x (corrigé pour VirtualBox 5.1.x ?), je suis passé par Qemu.

Donc les lignes de commandes suivantes :

[fred@fredo-arch ISO à tester]$ qemu-img create -f qcow2 disk-manja-openrc.img 128G
Formatting 'disk-manja-openrc.img', fmt=qcow2 size=137438953472 encryption=off cluster_size=65536 lazy_refcounts=off refcount_bits=16
[fred@fredo-arch ISO à tester]$ kvm64 -hda disk-manja-openrc.img -cdrom manjaro-xfce-openrc-16.06-x86_64.iso -boot order=cd &

Continuer la lecture de « Manjaro Linux 16.06 OpenRC : un an après, quel état des lieux ? »

En vrac’ de fin de semaine.

Comme chaque fin de semaine, l’obligatoire billet en vrac’.

Côté logiciel libre :

Côté livre ? Sauf contre indication, je me base sur les extraits librement téléchargeable.

Côté musique ?

Bon week-end 🙂

Que devient l’Arquetype CRT, la Manjaro Linux KDE « retouchée » ?

Nous sommes en août 2015, et je parle alors d’une dérivée de la Manjaro Linux, l’Arquetype CRT. Je concluais l’article d’origine d’une manière un peu vacharde :

Après à vous de voir, mais c’est une distribution qu’on peut largement oublier. Autant préférer l’original, la Manjaro Linux KDE à cette copie. Quitte à rajouter à la main via Octopi les outils en fonction des besoins. Ce qui donnera un ensemble dont la pérénité sera meilleure.

10 mois sont passés, et j’ai voulu voir si elle existait encore et si son utilité avait pris du galon. Je suis donc allé sur le site de l’Arquetype Linux, et j’ai appris que la dernière version « Arquetype CRT_16_03 KDE » était disponible au téléchargement.

CRT ? Continuous Release Term qu’on peut traduire par « en publication continue » même si l’acronyme anglais ne semble avoir aucune signification dans la langue de Shakespeare.

On apprend aussi que l’ISO propose un noyau linux 4.4.3 et Plasma 5.5.4. Donc, en cohérence avec l’existant en mars 2016. J’ai récupéré l’ISO, et en utilisant mon ami Qemu, j’ai lancé l’ISO dans une machine virtuelle.

J’ai donc utilisé les commandes suivantes :

[fred@fredo-arch ISO à tester]$ qemu-img create -f qcow2 disk-arque.img 128G
Formatting 'disk-arque.img', fmt=qcow2 size=137438953472 encryption=off cluster_size=65536 lazy_refcounts=off refcount_bits=16
[fred@fredo-arch ISO à tester]$ kvm64 -hda disk-arque.img -cdrom Arquetype-CRT_16_03-KDE-11.2-x86_64.iso -boot order=cd &

Pour mémoire, kvm64 est l’alias pour la ligne de commande suivante (2 CPUs virtuel, clavier français, 2 Go de mémoire vive, circuit son ac97 et le support de la virtualisation matérielle) :

qemu-system-x86_64 -smp cpus=2,threads=1 -k fr -m 2048 -soundhw ac97 -enable-kvm

D’ailleurs dès le démarrage, on voit que c’est une Manjaro Linux KDE à peine retouchée…

Continuer la lecture de « Que devient l’Arquetype CRT, la Manjaro Linux KDE « retouchée » ? »