Publi-Addict : la réponse du fondateur.

Dans un article récent, j’exprimais mon point de vue sur Publi-Addict. Suite à un bug lié à la migration de la version de WordPress (de la 4.0 vers la 4.0.1), les commentaires n’étaient plus accessibles avant l’heure, à savoir 10 jours à compter de la date de publication. j’ai reçu un droit de réponse du fondateur de Publi-Addict.

Par volonté de montrer mon ouverture, je le recopie verbatim, en ayant juste espacé les paragraphes des différents points abordés. Je n’ai rien à rajouter, chaque personne se fera sa propre opinion, ayant déjà répondu par courrier électronique.

Bonne lecture.


Cher Frédéric,

Tout d’abord, je souhaiterais vous remercier du grand intérêt que vous portez à PubliAddict. Vous avez soulevé nombre d’éléments sur lesquels je souhaiterais revenir si vous le voulez bien.

Il s’agit juste de rétablir la vérité, c’est important à mes yeux.

Votre titre, aussi court soit-il, comporte d’emblée plusieurs erreurs que je me dois de rectifier. « surf sponsorisé » ; « miroir aux alouettes ».

Chez PubliAddict, nous ne faisons par de surf sponsorisé. Vous avez raison de laisser cela à Oreka et Mediabarre, mais s’il vous plait, veuillez ne pas nous associer à ces entreprises décédées.

Lire la suite

Ah, la difficile succession de PearOS… L’exemple par TrentaOS et PearlOS.

PearOS, la distribution GNU/Linux basée sur Ubuntu (avec un Gnome revampé) pour proposer un environnement proche de celui de MacOS-X. Le projet a été bien malmené, que ce soit avec le financement participatif qui fut un énorme fiasco, avant d’être racheté en janvier 2014, même si David Tavares defendait son projet bec et ongles quelques semaines auparavant sur le site GeekHard. Bref…

Depuis, les projets pour succéder à PearOS ont été annoncés, le premier étant Clementine OS (qui ne semble pas avoir fait long feu), et plus récemment, des projets comme TrentaOS (qui utilise Compiz), et le tout jeune Pearl OS dont j’ai récemment entendu parlé. Merci à Thomas Citharel pour m’avoir prévenu de l’existence de cet OS via un message sur Google plus.

Commençons donc par TrentaOS, qui utilise une Ubuntu 14.04.x LTS et un script d’installation. Au moment où je rédige cet article, le 25 novembre 2014, la TrentaOS est en version alpha 2.

Lire la suite

L’OCR sous les distributions GNU/Linux ? Merci xsane2tess et tesseract :)

Si vous avez besoin de récupérer un texte dactylographié, il existe des logiciels dit d’OCR (Optical Character Recognition) ou Reconnaissance Optique de Caractère, il existe un excellent moteur libre qui s’appelle Tesseract.

Il m’arrive d’utiliser un script pour automatiser le lancement de tesseract, histoire d’éviter la ligne de commande. C’est XSane2tess dont j’ai jadis parlé en… octobre 2011 :)

Je maintiens toujours le script sur AUR, trouvé via une page sur le wiki d’ubuntu-fr.org. Un simple script qu’il est très simple d’installer dans Xsane. Je vous renvoie à l’article d’octobre 2011 pour les détails techniques.

Lire la suite

Mon petit quart d’heure de célébrité :)

On attribue à Andy Warhol (1928-1987) cette citation : « À l’avenir, chacun aura son quart d’heure de célébrité. », en version originale : « In the future, everyone will be world-famous for 15 minutes. »

Cette fois, je pense que je peux le dire pour de bon. Comme je l’ai déjà dit, j’ai été contacté par Larousse pour un projet de livre. J’ai parlé du dit livre en octobre 2014.

J’avais été informé que le service de promotion de l’éditeur français avait contacté nombre de magazines papiers et électronique. Parmi les magazines papier, un des survivants de la presse française en informatique, « Micro Pratique« .

Dans le numéro 219, consacré au marché de Noël, il y a un encart vers la fin du magazine, consacré au livre.

Lire la suite

Mon dernier délire scriptural : « Domination ».

Voici donc le dernier délire scriptural en provenance de mes méninges. C’est après avoir vu en partie le film, que je ne qualifierai pas pure charité, « Jacky au royaume des filles » de Riad Sattouf que j’ai eu envie de reprendre l’idée d’une société matriarcal.

Une société où la domination sexuelle est exercée par les femmes, et non comme c’est encore trop souvent le cas, par les hommes, de manière caricaturale.

Après une écriture assez rapide – pour une fois les mots se sont jetés sur le clavier – et une correction qui n’a pas été trop horrible à faire, je vous propose le récit d’une vingtaine de pages, en accès libre.

Bonne lecture et merci par avance pour vos retours sur ce délire scriptural en attendant quelque chose de plus copieux dans les mois qui viennent :)

Avis de tempête pour le navigateur Mozilla Firefox.

C’est ce que l’on pourrait dire au vu des dernières nouvelles. Entre l’annonce du changement de moteur de navigateur pour certaines régions du monde (Yahoo aux USA, Yandex en Russie et Baidu en Chine) pour ne plus dépendre d’un seul gros financement, l’arrivée d’une autre source de financement de Mozilla Firefox fait couler de l’encre électronique : les tuiles sponsorisées.

Les tuiles sponsorisées, c’est quoi ? Quand on ouvre un nouvel onglet dans Mozilla Firefox, il y a une pages qui propose l’affichage de l’historique avec des aperçus des sites visités sous formes de tuiles. Les tuiles « sponsorisées » étant le fruit des données télémétriques qu’on peut désactiver en quelques clics : Préférences / avancées / réseau / télémétrie.

Ce que c’est planqué :D

Mozilla propose d’afficher du contenu sponsorisé et marqué comme tel. Cela pourrait-être considéré comme une volonté d’agresser l’utilisateur et mettre de la publicité en douce. Il y a cependant deux bémols à émettre.

Le premier ? Cela ne concerne que les installations fraîches. Les personnes qui migrent leurs profils et ayant déjà un certain historique ne verront pas les dites tuiles… À moins que cela change d’ici quelques jours, semaines ou mois ? Seul l’avenir nous le dira !

Deuxième bémol : on peut facilement court-circuiter le dit affichage. Il y a un bouton en haut à droite de la page « nouvel onglet » permettant de configurer l’affichage entre le mode « enhanced » (amélioré), le mode « classic » et le mode « blank » (vide).

Lire la suite

« Le jeu de l’assassin » d’Amy Raby : un bon petit livre pour se réconcilier avec la fantasy

Je parle rarement de livres sur le blog. Il est vrai qu’il est difficile de trouver des bouquins qui plaisent et dont on a envie de parler par la suite. Les éditions Bragelonne (une des rares maisons d’éditions qui ne pourrissent pas leurs livres électroniques avec des DRMs), propose (ou ont proposé, tout dépendra quand vous lirez le billet), une opération nommée « #OP1000K » pour fêter le millionnième livre électronique vendu. Opération qui a – eu – lieu entre le 14 et 23 novembre 2014.

Il y a quelques jours j’ai participé et gagné la réponse était vraiment simple, le roman de Fantasy « Le Jeu de l’Assassin ».

Lire la suite

Mettre en double-démarrage Ms-Windows 7 et Archlinux… Quelle galère.

J’ai été contacté par une personne qui voulait me demander des informations pour mettre en double démarrage MS-Windows 7 – pour 8 et 8.1, j’avoue que j’y pige que pouic à ces nouvelles générations de l’OS de Microsoft – avec Archlinux. Dans le cas de cet article, c’est une machine avec un Bios. L’UEFI ? Je tiens encore à ce qu’il me reste de cheveux.

Après avoir galéré depuis 9 heures 30 du matin jusqu’à 15 heures, voici donc un mini-guide pour essayer d’y arriver. C’est la première fois que je faisais un dualboot, et j’avoue que ce sera la dernière, car cela a été une galère monstrueuse… Surtout que sur les 5 heures et demie, 3 ont été consacrées à l’installation de MS-Windows 7 et de sa palanquée de mise à jour.

Pour arriver à un double démarrage, il nous faut :

  1. Un MS-Windows 7, légal tant qu’à faire.
  2. Une image ISO de gParted sur CD ou clé USB
  3. Une image ISO d’installation d’Archlinux sur CD ou clé USB

Première étape : demander à MS-Windows à passer en mode UTC pour l’heure. J’ignore commence cela se passe pour Windows 8.x. Il faut aller dans l’outil qui permet de gérer la base de registre, et d’entrer la valeur suivante : HKEY_LOCAL_MACHINE\SYSTEM\CurrentControlSet\Control\TimeZoneInformation\RealTimeIsUniversal et la définir sur 1.

Ensuite, il faut désactiver la synchronisation de l’heure via le réseau.

Lire la suite

Les implémentations de libre d’Adobe Flash : une guerre perdue d’avance ?

Derrière ce titre un peu provocateur se cache une réalité. Les implémentations libres d’Adobe Flash sont très moyennes et encore, je suis très gentil.

Depuis l’annonce de la fin du support programmée d’Adobe Flash pour linux en dehors de Google Chrome / Chromium (annoncée en février 2012, l’abandon sera effectif en février 2017), elles n’ont pas su prendre le taureau par les cornes et réussi à se développer plus rapidement. En mai 2014, je traçais déjà un bilan peu flatteur de la situation.

J’ai abandonné Adobe Flash pour mon utilisation courante depuis juin 2014, et je n’ai pas ressenti l’obligation de réinstaller cette technologie. Le seul site qui ne fonctionne pas en HTML5 parmi ceux qu’il m’arrive de fréquenter ? Un certain service de musique en ligne du nom de… Deezer. Pas une grande perte dans l’absolu donc :D

Pour Gnash, la situation est mauvaise. Outre le fait que j’ai laissé tomber la maintenance du port de de la version de développement de Gnash à cause d’un bug qui est ouvert depuis septembre 2014 à cause d’une version trop récente (merdre, comme dirait Ubu) des bibliothèques Boost, le port avance très très lentement.

Lire la suite

Publi-addict, le retour du surf sponsorisé, vieux miroir aux alouettes de l’internet ?

En juillet 2014, j’avais rédigé un billet sur les outils de surf sponsorisés, que ce soit mediabarre ou Oreka.

Sur mon fil google plus, j’ai pu lire que le site dvi43 présentait un nouvel exemple du surf sponsorisé, Publi-Addict, d’ailleurs si vous y accédez depuis le site de dvi43, le site en question semblerait toucher un intéressement, l’adresse étant, une fois le raccourcisseur d’url décodé : https://www.publi-addict.com/?ref=dvi43 qui reprend en tout point les principaux arguments fallacieux du surf sponsorisé, à savoir :

  • Une promesse de versement à compter d’une somme apparemment facile à atteindre (30€)
  • Un système de progression pyramidal sous forme de plusieurs niveaux croissants de rémunérations, car plus d’avantages et possibilité d’accumuler plus par fidélité temporelle (qui fait étrangement penser à une pyramide de Ponzi)

En effet, dans la vidéo de présentation, il est précisé qu’il faut non seulement laisser volontairement toutes ses coordonnées (ce que fait déjà le plus grand réseau social, celui du fesseur de caprins), mais laisser aussi ses coordonnées bancaires et d’identité.

On sait que les communications chiffrées, on peut les casser ou les contourner, cf l’exploit POODLE qui a fait couler pas mal d’encre électronique en octobre 2014. Sans oublier que les versements de bases sont énormes : de 0,25 à 0,50 € par vidéo et liens cliqués vers les sites des annonceurs.

Lire la suite

Un aperçu de la Manjaro Linux 0.8.11 ?

En avril 2014, je faisais un article pour avoir un aperçu de la Manjaro Linux 0.8.10. Sept mois plus tard, le site officiel de la distribution annonce la première release candidate de la Manjaro Linux 0.8.11 avec pas mal de bonnes choses : même si je tique un peu pour l’utilisation de Xfce 4.11, on a un noyau linux assez récent (le 3.16.7, en fin de vie depuis le 30 octobre 2014), une nouvelle version de l’outil de gestion de paquets en mode graphique Pamac, un nouveau thème (les goûts et les couleurs), GTK 3.14.5, Qt5, et Mozilla Firefox 33.1 entre autres petites gâteries.

J’ai donc fait chauffé mon ami wget pour récupérer la « RC 1.2″. J’ignore les modifications avec la précédente ISO. Mais peu importe. Le principal est d’avoir une ISO pour faire mumuse avec ;)

[fred@fredo-arch ISO à tester]$ wget -c http://netcologne.dl.sourceforge.net/project/manjarotest/0.8.11/xfce/0.8.11-rc1/manjaro-xfce-0.8.11-rc1.2-x86_64.iso
–2014-11-16 12:00:36– http://netcologne.dl.sourceforge.net/project/manjarotest/0.8.11/xfce/0.8.11-rc1/manjaro-xfce-0.8.11-rc1.2-x86_64.iso
Résolution de netcologne.dl.sourceforge.net (netcologne.dl.sourceforge.net)… 2001:4dd0:1234:6::5f, 78.35.24.46
Connexion à netcologne.dl.sourceforge.net (netcologne.dl.sourceforge.net)|2001:4dd0:1234:6::5f|:80… connecté.
requête HTTP transmise, en attente de la réponse… 200 OK
Taille : 1410744320 (1,3G) [application/octet-stream]
Sauvegarde en : « manjaro-xfce-0.8.11-rc1.2-x86_64.iso »

manjaro-xfce-0.8.11 100%[=====================>] 1,31G 2,64MB/s ds 16m 37ss

2014-11-16 12:17:13 (1,35 MB/s) — « manjaro-xfce-0.8.11-rc1.2-x86_64.iso » sauvegardé [1410744320/1410744320]

VirtualBox a été mon allié pour tester la distribution dérivée d’Archlinux pour en rationaliser son côté rolling-release.

Lire la suite

Billet culturel dominical et francophone : les nouveaux EPs de Maz Plant Out et d’Ysé.

Je dois le confesser, je n’ai que peu d’attrait pour la musique française et francophone, qui se résume souvent à de la bouille pour bébés mal réchauffée, que ce soit avec des officiers radiés ou encore des personnes dont le pseudo n’a que de taille que l’égo :D

Cependant, il y a deux albums dont je voudrais parler dans ce cours article, deux EP. Le premier est du groupe Maz Plant Out (dont j’avais parlé en mars 2013). Le second est d’une chanteuse orientée rock, Ysé, que j’avais découvert il y a un certain nombre d’années via son premier album « Rêve d’Anges Heureux » (sorti en 2005, et toujours écoutable sur Jamendo) que j’avais pu acquérir en version physique en 2010.

Commençons par l’EP « Three Tales » de Maz Plant Out. Sorti en 2014, cet EP de 3 titres nous replonge dans l’univers si typique du groupe : mélange de jazz, de mélodies douces, des cordes et cette fois-ci par de la harpe.

Les trois pistes durent chacune 6 minutes. Chacune développe un environnement féérique, cotonneux, dans lequel on a envie de se plonger. Que Marion Buyssonnade chante en anglais, comme sur « Coppelia » et « Baba Yaga » ou en français, comme sur « L’ordre des choses », c’est du pur sucre pour les oreilles !

L’EP peut être acheté directement sur le site officiel du groupe, section vente. Si vous avez aimé le premier album de Maz Plant Out (écoutable sur Deezer, entre autres), foncez, vous ne serez pas déçu !

Lire la suite

Youtube Music Key, encore une offensive Nivelle version musicale ?

Fouillant mon fil google+ ce matin, oui, je dois être un des derniers français métropolitain et internaute à ne pas avoir de compte ouvert chez le fesseur de caprins, j’ai appris l’existence du énième avatar de musique louée, YouTube Music Key. Un article sur « Blog Nouvelle Technologies » résume bien l’offre qui est en quelque sorte ce que l’on obtient déjà avec un outil à la adblock, indispensable pour naviguer sans craindre une conjonctivite, et un script de récupération de vidéo. Non, je ne donnerais aucune autre information, votre moteur de recherche préféré vous donnera plus de détails.

Outre le fait que cela sera une concurrence de plus pour Spotify qui explique après son clash avec Taylor Swift que le problème vient de l’appétit des ayants droits, qui en plus du beurre, de l’argent du beurre veulent aussi le popotin de la crémière en bonus.

Je cite un extrait de l’article du Journal du Geek qui est assez parlant :

[…]Puisque le nœud du problème, et le nerf de la guerre, c’est bien évidemment l’argent, Ek explique que Spotify verse plus de 6 millions de dollars par an aux artistes en royalties. En tout depuis le début de cette aventure, la société a reversé 2 milliards de dollars, dont la moitié rien que l’année précédente.

Spotify compte 50 millions d’utilisateurs actifs, dont 12,5 millions qui paient pour être débarrassés de la réclame. Daniel Ek s’en prend aux maisons de disques : « Si l’argent \[que nous leur reversons] n’alimente pas la communauté créative en temps et en heure et d’une manière transparente, c’est un gros problème ».[…]

J’avoue que j’ai jamais compris l’utilité de tel service, en dehors de la possibilité de faire connaître quelques nouveaux talents. Mais, arrêtez de rire, voyons !

C’est surtout une expression d’une guerre perdue contre l’écoute illicite d’albums. Les offres légales sont risibles pour ne pas dire pitoyables (cf cet article de Klaire qui fait grr).

Des offres comme Spotify dès 2002-2003 aurait pu inverser la tendance, mais c’était trop tard dès 2003-2004. Comme disait Jean Ybarnégaray blessé lors de la boucherie du Chemin des Dames (16 avril au 24 octobre 1917) : « La bataille a été livrée à 6 heures, à 7 heures, elle est perdue ».

En 2005, la musique louée, dans une version extrèmement castrée, existait déjà et se prenait un baffe en pleine tronche à cause de la gourmandise des majors… J’en parlais en octobre 2005… Il faut noter que l’article de BetaNews est toujours en ligne, 9 ans après sa publication.

Lire la suite

Ouvrir ou fermer les commentaires ? Éternel dilemme des blogueuses et blogueurs…

Depuis fin septembre 2005 que je maintiens – tant bien que mal – ce blog en vie, j’ai été tenté plusieurs fois, comme de nombreuses personnes qui bloguent sur le long terme de couper les commentaires pour de bon. Il faut dire qu’entre les spams, les casse-bijoux de famille, les monologues sans fin, et le temps que prend la modération d’un fil de commentaire, cela donne envie de dire stop une bonne fois pour toute.

Il suffit de voir le niveau de certains commentaires – je ne parle pas au niveau de l’expression écrite par pure charité – mais de la volonté de nuire de certaines personnes, spécialement sur les blogs qui se consacre à l’actualité. Je plains sincèrement les community managers qui doivent s’occuper de la modération, surtout pour les gros blogs ou les sites classiques.

Dans un long billet comme seul sait faire Cyrille, appuyant un billet de Cep, il exprime très bien le soulagement que peut devenir la fermeture des commentaires. Avec un revers, la non-interactivité qui en découle. Évidemment, ce n’est pas facile de poster sa prose sans avoir de retours.

Lire la suite

Frugalware Linux : dommage que son équipe de développement soit aussi petite…

…Et une partie de sa communauté aussi obtuse. Cela fait plus d’un an que je n’ai pas consacré d’article d’une taille conséquente à ce qui a été un des grands noms de distributions GNU/Linux en semi-rolling release. Non pas en rolling release pure et dure, car durant plusieurs années, elle a suivi un cycle de publication d’une version stable tous les 6 mois, avec des gels du code toutes les 6 semaines pour proposer deux versions pre1 et pre2 (alpha et béta), puis deux version RCs avant de proposer une version finale.

Dans un article « en vrac' » du 3 novembre, j’écrivais :

Pour finir, aujourd’hui, la Frugalware Linux 1.9 vient de souffler sa première bougie. Et oui, elle est sortie le 5 novembre 2013. Aux dernières nouvelles, la distribution semi-rolling release serait en phase de gel pour sa version 2.0rc1 depuis le 13 octobre 2014. Espérons qu’elle sorte en version 2.0 avant les deux ans de la Frugalware Linux 1.9.

Ce qui m’a valu une petite remarque acide si j’en crois les archives du canal IRC de #frugalware-fr, en date du 10 novembre 2014. Je recopie ici le morceau sans aucune coupure, sauf l’heure que j’ai sortie pour des raisons de lisibilité.

<Devil505> alors ca bosse ? car je crois que fredbezies n’est meme pas sur de tester XD
<Pingax> Rho lui -_-‘
<Baste> on est en froid polaire avec Fred :D
<Pingax> Oui ça bosse, c’est juste les pontes qui ont pris du retard :D
<PacMiam> On fait comme Debian, ça sort quand c’est prêt :p
<lenezir> après c’est pas plus mal
<Devil505> comme elementary aussi PacMiam alors :D
<bouleetbil> salut
<PacMiam> Et puis, comme current est plutôt stable, je trouve que le changement de version est plus pour marquer le coup qu’autre chose

J’ai donc décidé de faire mentir Baste et Pingax. D’accord, l’expression n’est pas très jolie, mais elle est assez claire. Le froid date d’un propos mal interprété concernant les distributions souffrant de petites équipes de développement, peu après la mort de l’ambitieuse SolusOS.

Voici donc l’état dans laquelle est la Frugalware Current un an après la sortie de sa dernière version stable. Pour l’environnement de bureau, j’ai pris KDE SC. Étant donné qu’il n’y a pas eu de nouvelles ISOs pour installer la version « current » de Frugalware Linux, j’ai pris la dernière version en date. Celle de septembre 2013, en version basique pour une installation minimale.

Après l’installation, j’ai utilisé le wiki post-installation pour avoir un KDE SC.

Comme d’habitude, VirtualBox a été mon allié dans la rédaction de cette article.

Lire la suite