FerenOS : la Micro-R OS a trouvé sa digne héritière.

Je ne pensais jamais pouvoir écrire un tel article. Mais il faut avouer que la nature humaine ne cessera jamais de me surprendre. Je pensais qu’avec Micro-R OS, j’avais atteint le fond en terme de site internet et d’images ISO pour « démocratiser » le monde GNU/Linux auprès du grand public.

Grossière erreur. En jetant un oeil à la liste d’attente de distrowatch en ce 31 août 2016, j’ai pu lire ceci :

feren OS (submitted on 2016-08-29)

Cette distribution GNU/Linux révolutionnaire est une LinuxMint 18 revampée pour ressembler à du MS-Windows 7, avec Wine pour rajouter une couche de compatibilité avec le monde MS-Windows. Bref, du grand classique dans ce domaine. Du moins, si l’on en croit les captures d’écran de la présentation sur le site officiel.

J’adore aussi le discours marketing qui fait penser à un abus de la méthode Coué pour dire une contre vérité aussi grosse que l’Éverest. Je cite :

feren OS comes with many apps that you’ll love such as WPS Office (which is the best known Office alternative)

Ce qu’on peut traduire par :

feren OS vient avec de nombreuses applications que vous aimerez comme WPS Office (qui est connue comme la meilleure alternative à Office)

Je dois être franchement con, mais je pensais que c’était LibreOffice qui pouvait s’énorgueillir d’un tel titre… Il est vrai qu’un logiciel dont la derniere version officiellement disponible pour les distributions GNU/Linux est la 10.0 alpha21 est incontournable 🙂

Continuer la lecture de « FerenOS : la Micro-R OS a trouvé sa digne héritière. »

Fast Computer Linux : ou comment discréditer SuSE Studio ?

Depuis des années que je maintiens le blog en vie, j’ai eu droit à des distributions GNU/Linux qui aurait valu à leurs créateurs un coup de pied clouté dans le fondement il y a encore deux ou trois ans.

Outre la mythique Micro-R OS en septembre 2014, il y a eu la saga PearOS qui m’a valu une sacrée volée de bois vert. Comment oublier des étroniciels dont j’ai parlé dans un billet d’octobre 2015, avec comme exemple parfait la Makulu Linux ?

Mais avec la Fast Computer Linux, on atteint le haut du panier, si on peut dire les choses ainsi. J’ai rapidement abordé cette distribution basée sur OpenSuSE et Gnome dans un billet en vrac récent.

Pour éviter de dire que je ne parle que de distributions GNU/Linux franchement inutiles (DGLFI), j’ai créé une liste de vidéo sur mon compte youtube. Vous verrez, y a du lourd ici 🙂

Pour finir cette longue introduction, il faut rappeller que SuSE Studio est un site qui permet de créer à volonté des ISO personnalisables basées sur OpenSuSE en quelques clics de souris.

Continuer la lecture de « Fast Computer Linux : ou comment discréditer SuSE Studio ? »

En vrac’ de fin de semaine spécial logiciel libre.

Comme chaque fin de semaine, l’obligatoire billet en vrac’. Il sera relativement court et consacré au logiciel libre, il faut bien revenir de vacances en douceur, non ?

C’est tout pour aujourd’hui.

Bonne journée !

En vrac’ rapide et mercurien.

Un petit billet en vrac’ écrit depuis mon lieu de vacances. Il n’y aura pas grand chose, étant donné que j’ai envie de profiter un peu de mes soirées en famille 🙂

Pour le monde immature agité du logiciel du libre :

Ajout au 31 août : cette dernière entrée semble être assez douteuse. Cf les billets d’Arpinux, du Mouton Libre et de l’Épice pour la pensée.

Sur le plan culturel :

C’est tout pour aujourd’hui. Étant en vacance au moment où je rédige ce billet, ce titre de 1972 était incontournable 🙂

Vieux geek, épisode 69 : Teen Agent, un drôle de point’n’click en provenance de Pologne.

Quand je suis arrivé sur PC en vers le milieu de l’année 1995, il y a une chose que j’ai regretté, c’était les jeux d’aventures disponibles en partagiciel ou en gratuiciel sous la forme de point’n’click. J’avais connu des titres comme Starbase 13 (d’une bonne difficulté pour l’époque), et sa suite Epsilon 9.

J’étais à l’époque un grand acheteur de magazines papier qui proposaient souvent des dizaines de partagiciels – plus ou moins pourris – j’étais tombé sur la démo d’un jeu d’aventure développé à l’origine pour l’Amiga, « Teen Agent ».

Il avait été porté pour MS-DOS en rajoutant l’Anglais, la version d’origine n’étant qu’en polonais. Création du défunt studio Metropolis Software House, on incarne dans le jeu un adolescent recruté par des services secrets pour enquêter sur une disparition mystérieuse de lingots d’or.

Continuer la lecture de « Vieux geek, épisode 69 : Teen Agent, un drôle de point’n’click en provenance de Pologne. »

« Jardin Secret » de Korydwenn : une initiation au chant du Moyen Âge central ?

On appelle Moyen Âge central, la période de l’histoire européenne entre l’an 1000 et l’épidémie de peste des années 1340. Bien quel’époque médiévale fut une période de progrès lents sur le plan scientifique – l’Église Catholique Romaine ayant un poids énorme sur le pouvoir politique et la société – c’est aussi une période qui vit naître des mouvements comme le Fin’Amor appellé amour courtois par la suite.

Une tradition importée dans le royaume de France par une certaine duchesse peu connue, Aliénor d’Aquitaine qui pour les britanniques est connue sous le nom d’Éléanor de Guyenne…

Désolé pour cette longue introduction, mais il faut bien mettre en place le contexte pour pouvoir apprécier à sa juste valeur le premier album solo de Claire Bénard alias Korydwenn. J’avais découvert son projet de chant médiéval sur Ulule – où vous pouvez écouter un extrait du dit album – et j’avais décidé à l’époque d’apporter mon don pour financer le projet.

J’ai reçu l’album récemment, et j’ai eu envie de faire une rapide chronique de celui-ci.

Continuer la lecture de « « Jardin Secret » de Korydwenn : une initiation au chant du Moyen Âge central ? »

En vrac’ de fin de semaine.

Comme chaque fin de semaine, l’obligatoire billet en vrac’. Il sera plus court que d’habitude.

Côté logiciel libre et informatique :

  • Au revoir, Architect Linux. Anciennement connu sous Evo/Lution, l’outil d’installation « simplifié » pour Archlinux est officiellement abandonné.
  • Dans le genre « distributions ultra-super utile qui pullule sur la liste d’attente de Distrowatch », je demande la DuoCore, qui n’est qu’une OpenSuSE « gnomisée »… Quelle inventivité 🙂
  • Ou encore la Refracta qui est finalement une Devuan avec un Xfce un brin personnalisé 🙂
  • Pour compléter, une petite gueulante justifiée de Didier alias Iceman sur le monde du libre qui préfère s’écharper sur les systèmes d’initialisation (par exemple) au lieu de perfectionner les outils pour l’utilisateur lambda.

Côté musique ?

  • Vous aimez le chant médiéval ? Les textes en vieux français datant du 12ième au 14ième siècle ? Claire Bénard alias Korydwenn vient de sortir son nouvel (et premier ?) album solo après un financement participatif réussi sur Ulule. Il s’appelle Jardin Secret. J’en parlerai d’ici quelques jours dans un billet plus complet.

La semaine prochaine sera normalement plutôt calme, je pars durant quelques jours en famille, donc loin de mon « ancestral » PC fixe.

Bon week-end.

« Blogueur influent » : un projet de BD développé avec Péhä.

J’ai été contacté par le dessinateur Péhä qui avait déjà illustré certains billets de mon blog, que ce soit pour les 10 ans de celui-ci, ou encore l’excellente planche pour fêter mes 42 ans.

Il m’avait demandé si j’étais intéressé pour devenir scénariste d’une petite série de planches humoristiques à publication mensuelle. J’ai répondu par la positive, et quoi de mieux que de me moquer du « blogueur influent » que certaines personnes se targuent d’avoir.

Voici donc la première planche…

comicstripfred01Si vous n’arrivez pas à lire le texte en anglais de la deuxième case, c’est l’annonce d’une énième distribution basée sur Ubuntu qui ne fait que changer le thème d’icônes ou le fond d’écran… En clair, des productions du genre feu Micro-R OS…

Note : si cliquez dessus vous aurez une version plus grande et plus lisible au niveau des petits caractères 🙂

Allez, bon week-end !

Bon anniversaire, Haiku. Déjà 15 ans ?

Le 18 août 2016, le projet Haiku a fêté ses 15 ans. J’ai appris la nouvelle en lisant une dépếche sur LinuxFR. Je dois dire que ma première réaction a été de dire : « Merde, déjà 15 ans ? »

Mon dernier article sur Haiku, en dehors d’un billet « les projets fous du logiciel libre » en date de Noël 2015, remonte à novembre 2012, à l’époque de sortie de la version alpha 4. Environ 8 mois sont passés depuis mon dernier test de cette implémentation libre de BeOS. Voyons donc où il en est.

J’ai récupéré la dernière ISO de développement disponible à l’adresse suivante : http://download.haiku-os.org/nightly-images/x86_gcc2_hybrid/

[fred@fredo-arch ISO à tester]$ wget -c http://download.haiku-os.org/nightly-images/x86_gcc2_hybrid/haiku-nightly-hrev50495-x86_gcc2_hybrid-cd.zip
–2016-08-19 12:31:58– http://download.haiku-os.org/nightly-images/x86_gcc2_hybrid/haiku-nightly-hrev50495-x86_gcc2_hybrid-cd.zip
Résolution de download.haiku-os.org (download.haiku-os.org)… 2a01:4f8:190:64c3::2, 78.46.189.196
Connexion à download.haiku-os.org (download.haiku-os.org)|2a01:4f8:190:64c3::2|:80… connecté.
requête HTTP transmise, en attente de la réponse… 200 OK
Taille : 301065529 (287M) [application/zip]
Sauvegarde en : « haiku-nightly-hrev50495-x86_gcc2_hybrid-cd.zip »

haiku-nightly-hrev5 100%[===================>] 287,12M 3,08MB/s in 93s

2016-08-19 12:33:31 (3,09 MB/s) — « haiku-nightly-hrev50495-x86_gcc2_hybrid-cd.zip » sauvegardé [301065529/301065529]

Continuer la lecture de « Bon anniversaire, Haiku. Déjà 15 ans ? »

Viperr 9 : une évolution en douceur ?

Comme tous les 6 à 8 mois, j’ai le plaisir de voir arriver une nouvelle édition de la seule distribution GNU/Linux au nom qui ravirait les herpétologues, j’ai nommé la Viperr. Dans les deux mois qui suivent la sortie d’une nouvelle Fedora, cette version revampée pour utiliser OpenBox est rendue disponible.

La dernière fois que j’avais parlé de la Viperr, c’était pour Noël 2015. J’ai donc appris l’annonce de la sortie de la Viperr 9 nom de code Vipera Dagon. De l’aveu même des auteurs, c’est une version mineure, qui n’apporte rien de transcendant. Mais est-ce un mal ?

J’ai donc fait chauffé mon ami wget et j’ai fait récupérer les 1,2 Go de l’ISO d’installation de la Viperr 9

[fred@fredo-arch ISO à tester]$ wget -c http://coyotus.com/viperr/iso/Viperr9_x86_64.iso
–2016-08-17 12:47:21– http://coyotus.com/viperr/iso/Viperr9_x86_64.iso
Résolution de coyotus.com (coyotus.com)… 2001:41d0:1:1b00:213:186:33:4, 213.186.33.4
Connexion à coyotus.com (coyotus.com)|2001:41d0:1:1b00:213:186:33:4|:80… connecté.
requête HTTP transmise, en attente de la réponse… 200 OK
Taille : 1272971264 (1,2G) [application/x-iso9660-image]
Sauvegarde en : « Viperr9_x86_64.iso »

Viperr9_x86_64.iso 100%[===================>] 1,19G 3,82MB/s in 5m 22s

2016-08-17 12:52:48 (3,77 MB/s) — « Viperr9_x86_64.iso » sauvegardé [1272971264/1272971264]

Ensuite, mon ami VirtualBox a pris le relai pour faire fonctionner cette nouvelle version de la Viperr.

Continuer la lecture de « Viperr 9 : une évolution en douceur ? »

Confession d’un amateur de musique, épisode 4 : ma découverte de la musique libre avec Tryad…

Quatrième épisode de cette série, il sera plus fourre-tout que les précédents, car il ne concerne pas un genre en particulier. Mais une méthode de publication, la musique libre.

C’est vers 2006 ou 2007 que je découvre Jamendo, ainsi que des sites comme Altermusique ou dogmazic. Je ne sais plus par quel moyen j’entends parler d’un mouvement que je trouve bizarre : la musique sous licences libres. De la musique qu’on pouvait récupérer gratuitement et légalement, comme je l’avais fait pour mon système d’exploitation.

Un des albums qui cartonnait à l’époque, c’était « Listen » de Tryad. Je sortais d’une époque où je récupérais illicitement un peu de musique commerciale sur des réseaux comme Kazam ou encore sur Limewire… Toute une époque 🙂

J’étais déjà utilisateur de logiciels libres, mais de la musique sous licence libre, je me suis dit « Quoiiiiiiii ? »

J’ai donc lancé la lecture de l’album, m’attendant au pire, et une fois passé la première piste, je tombe sur « Breathe ». Et c’est le coup de coeur.

Je me suis alors mis à fouiller frénétiquement les sites de musique libre, et comme pour la musique commerciale, j’ai trouvé à boire et à manger.

Mais surtout des artistes que j’ai continué de suivre par la suite : Ehma, Roger Subirana (dont je reparlerai dans un futur billet), Zero Project, Strange Zero, In Limbo, Marker Beacon ou plus récemment Lily Anne Jutton. J’ai dû en oublier une tripotée ou deux, mais cela m’a permis de m’ouvrir à des univers musicaux que j’aurais boudé autrement…

SalixOS 14.2rc1… euh rc2 : où en est la « ubuntu » de la Slackware Linux ?

Petite précision d’introduction. Par « ubuntu », j’entends l’idée développée au début par Canonical, à savoir rendre l’accès de la Debian GNU/Linux moins abrupt.

La SalixOS, dont j’ai parlé la dernière fois pour la sortie de sa version 14.1 avec Mate Desktop en juin 2014, est une distribution qui m’est toujours apparue comme plaisante.

Deux ans après la sortie de sa version 14.1, et un gros mois et demi après la sortie de la Slackware Linux 14.2, dans quel état est la SalixOS ? Est-elle toujours aussi agréable ? J’ai donc récupéré une version 14.2rc2, qui semble corriger un méchant bug concernant Xorg et le support de l’UEFI, vous savez ce circuit qui succède au BIOS… Et dont le SecureBoot s’est pris en ce mois d’août une énorme baffe en pleine tronche par la faute d’un de ses promoteurs, Microsoft…

Bref, j’ai fait chauffer mon outil de tipiakeur, Transmission pour récupérer l’ISO de la SalixOS 14.2rc2 en version 64 bits. Cette fois, l’ISO utilise Xfce en lieu et place de Mate-Desktop.

Étant d’une humeur joueuse, j’ai créé une machine virtuelle dans VirtualBox en activant le support de l’UEFI, histoire de voir ce que donne la SalixOS avec un circuit UEFI, même émulé.

Continuer la lecture de « SalixOS 14.2rc1… euh rc2 : où en est la « ubuntu » de la Slackware Linux ? »

En vrac’ de fin de semaine.

Comme chaque fin de semaine, l’obligatoire billet en vrac’. Il est assez copieux, week-end prolongé oblige 🙂

Côté logiciel libre et informatique :

Dans le domaine « fourre-tout » :

  • Quand Benjamin Bayart remet à sa place le ministre de l’intérieur sur la limitation du chiffrement, ça mérite le détour.
  • Tout comme quand Didier alias Iceman parle de la guerre des publicitaires contre les outils de salubrité publique les bloqueurs de publicité.

Continuer la lecture de « En vrac’ de fin de semaine. »

Vieux geek, épisode 68 : Beonex Communicator, le fork oublié de la suite Mozilla.

Le 30 mars 1998, Netscape libère le code de ce qui devait être Netscape 5. C’est la naissance de Mozilla. Après une remise à zéro du code fin 1998, il fallu attendre jusqu’en 2002 pour voire sortir Mozilla 1.0. Comme tout logiciel libre qui se respecte, il y a toujours la possibilité – trop souvent utilisée à toutes les sauces – de forker un projet.

Entre 2000 et 2003, un fork du code de la suite Mozilla est publié à destination du grand public. En effet, la suite Mozilla était destinée à servir de base aux différents Netscape Navigator 6 et suivants. C’est en septembre 2002 qu’un projet de séparation du code pour se concentrer sur le navigateur est proposé, un certain Phoenix, devenu Firebird puis… Firefox 🙂

Mais revenons à la période précédant Phoenix. Beonex Communicator – dont le site existe toujours au moment où je rédige cet article, en août 2016 – propose une version réemballée de la suite Mozilla. La dernière version sortie fût une 0.8.2 sorti en mars 2003. Elle était basée sur la version stable 1.0.2 de la suite Mozilla.

Continuer la lecture de « Vieux geek, épisode 68 : Beonex Communicator, le fork oublié de la suite Mozilla. »

Nolubuntu, une distribution GNU/Linux qui se résume à du siphonnage de compte bancaire ?

Derrière ce titre foncièrement putaclic, mais dont le contenu est raccord, il se cache un problème fondamental, celui du financement du logiciel libre. Il est classique de récolter des fonds via la vente de support technique ou d’autres produits, comme des coffrets de CD/DVD contenant la distribution, des tee-shirts, des mugs ou autres tapis de souris. OpenBSD ou la Slackware Linux en sont des exemples parfaits.

Mais il y a aussi des méthodes franchement limites, comme celles de proposer des distributions GNU/Linux volontairement bridées et faire payer le prix cher des options comme l’installation de Wine ou de VirtualBox.

Il y a bien sûr la ZorinOS qui fait payer l’accès à des thèmes complémentaires et des codecs non libres, mais il y a pire. J’ai nommé la Nolubuntu. Distribution dont les agissements me font penser à ce xkcd

Continuer la lecture de « Nolubuntu, une distribution GNU/Linux qui se résume à du siphonnage de compte bancaire ? »